Malaisie: centrale à charbon supercritique de 1000 MW

Astom a signé avec TNB Janamanjung Sdn Bhd un contrat d’un montant de plus de 650 ME portant sur la fourniture d’équipement clé de production d’électricité pour la première centrale à charbon supercritique construite en Asie du Sud-Est à Manjung (Malaisie).

Cette unité d’une puissance de 1000 MW, la plus importante d’Asie du Sud-Est, produira suffisamment d’électricité pour alimenter près de 2 millions de foyers malaisiens.

Les centrales supercritiques fonctionnent à une température plus élevée que les centrales à charbon conventionnelles. La température élevée augmente la pression de fonctionnement, ce qui entraîne une hausse du rendement, une augmentation de la quantité d’électricité produite et une réduction des émissions par unité de combustible brûlé.

Aux termes de ce contrat, Alstom sera responsable de l’ingénierie, de la fourniture d’équipements, de la construction et de la mise en service d’une turbine à vapeur de 1 000 MW, d’un alternateur ainsi que d’une chaudière supercritique et des éléments auxiliaires.

Ce contrat prend la suite d’un accord signé en 1999 entre TNB et Alstom portant sur la construction de la centrale à charbon de Manjung (2 100 MW) actuellement en exploitation. Les trois tranches de 700 MW, entrées en service en 2004, font appel à la technologie Alstom de combustion de charbon propre et aux systèmes de contrôle environnemental développés par Alstom.

Cette centrale devrait entrer en exploitation en 2015 et fournir 1 000 MW supplémentaires au réseau électrique malaisien.

Philippe Joubert, Président d’Alstom Power, a souligné que les solutions Alstom en matière d’énergie propre permettaient d’accompagner la croissance de la Malaisie. « Ce contrat constitue une nouvelle étape dans le cadre du long et fructueux partenariat conclu avec TNB pour la poursuite d’une recherche mutuelle visant à fournir une électricité moins chère et plus propre aux consommateurs et aux entreprises de Malaisie, a-t-il indiqué. Notre technologie supercritique, leader sur le marché, permettra de réduire les émissions de la centrale de Manjung, tout en fournissant une capacité supplémentaire destinée à répondre à la forte demande dans l’une des économies les plus dynamiques du monde. Ce contrat est la concrétisation de la stratégie d’Alstom en Asie, elle nous permet d’offrir des solutions compétitives grâce à des schémas industriels et des partenariats locaux. »

** Plusieurs contrats ont déjà été signés par Alstom en Malaisie, notamment les contrats clés en main signés en 1994 pour la construction des centrales à cycle combiné de Lumut (1 300 MW) et de Kuala Langat (670 MW), les contrats signés en 1989 portant sur la fourniture de turbines à gaz GT13 pour les centrales de Paka, Pasir Gudang et Connaught Bridge, les contrats clés en main signés en 2000 relatifs à la construction des centrales à cycle combiné GB3 et Perlis, ainsi que les contrats de 2003 et 2004 portant sur l’installation de systèmes de contrôle environnemental pour les centrales à charbon de Tg Bin et de Jimah. Plus récemment, Alstom a décroché en 2010 un marché avec TNB pour la fourniture du groupe électromécanique (deux turbines hydroélectriques de 125 MW, un alternateur et les équipements connexes) destiné à la centrale hydroélectrique de Hulu Terengganu (250 MW).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Malaisie: centrale à charbon supercritique de 1000 MW"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
renewable
Invité

La france ne sait que vendre la peste ou le choléra, charbon ou nucléaire… On laisse aux autres les ventes d’éoliennes, de panneaux solaires, de centrales biomasse ou geothérmiques!

fredo
Invité

complètement d’accord sur le premier point. Sur le second, la stratégie est plus subtil pour EDF et Areva/Cea en tête, Total, Gdf-Suez et Alstom pas loin derrière, et apparaît a posteriori: d’abord empêcher le développement de fabricants significatifs en France, ensuite prendre des participations dans les fabricants leaders émergeant à l’étranger, puis les utiliser pour faire du greenwashing de l’offre fossile (nucléaire, pétrole, gaz et charbon). Bonjour le cynisme et au revoir les emplois verts!

Dan1
Invité

Le problème est beaucoup plus simple pour Chelya : le fonctionnement en base n’existe pas… sauf quand ça l’arrange : Pour renewable : Et puis pour votre inquiétude “Et avec une opinion publique ou l’on compte de nombreux “lion” ce n’est pas près d’évoluer…”. Ben je croyais que ça s’arrangeait doucement sur ce front là, on m’a dit qu’il y avait de moins en moins de lions. Et apparemment, ce ne sont pas les lions qui rugissent le plus… sur les forums.

Dan1
Invité
je ne sais si vous avez envie de passer pour un guignol (à moins que vous ne soyez un troll professionnel), mais je vous bien à l’aise de parler de subventions au charbon alors que vous avez toujours refusé de développé cela quand j’ai été quasiment le seul à relancer ce sujet notamment à cause des subventions allemandes à la production de houille. Je ne peut que constater que ça vous manque que l’on parle des subventions au charbon : Et je constate que personne ne veut parler des dizaines (voire centaines) de milliards deversés (notamment en Allemagne, Espagne…) depuis… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Toujours les mêmes inepties sur la “consommation en base” et “la production en base”. Sur les 3600MW charbon qu’EDF est en train de construire dans le Mékong, je pense, sauf à nous trouver de multiples sources incontestables ( 3600MW, on doit en parler et ça doit se voir sur Internet)que vous allez vous ridiculiser. On attend….

Dan1
Invité

A Chelya. Vous voulez peut être parler de cela : Manifestement EDF y a penser en 2007 et d’autres l’ont fait. Bon tout cela vous permet de fuir pour ne pas parler des subventions au charbon en Allemagne.

wpDiscuz