Enerzine

Médical : doses de rayonnements ionisants en hausse !

Partagez l'article

"Les doses de rayonnements ionisants délivrées aux patients augmentent en France comme dans les autres pays développés du fait notamment de la contribution très large de l’imagerie médicale au diagnostic des maladies" a alerté la semaine dernière, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).

A cela, s’ajoute l’orientation de la stratégie thérapeutique, au suivi de l’efficacité des traitements et à la réalisation précise sous contrôle par l’imagerie d’actes thérapeutiques (radiologie interventionnelle).

Par ailleurs, les doses reçues par les « radiologues interventionnels » (cardiologues, chirurgiens, etc.) et leurs assistants sont importantes du fait de leur travail à proximité des sources de rayons X lors des actes qu’ils réalisent. L’ASN indique surtout que ces doses augmentent en même temps que le nombre des actes réalisés, en particulier dans les blocs opératoires.

En conséquence, l’ASN appelle les acteurs de la santé (professionnels et institutionnels de la santé) à se mobiliser. Elle considère que l’augmentation des doses de rayonnements ionisants délivrées par l’imagerie médicale (principalement en scanographie et en radiologie interventionnelle) devient préoccupante et doit être maîtrisée.

L’ASN a décidé d’agir sur la radioprotection et sur la maîtrise des doses en imagerie médicale. Les actions proposées par l’ASN pour améliorer la radioprotection dans le domaine médical et maîtriser l’augmentation des doses sont entre autres :

  • Le développement des techniques alternatives, au premier rang desquelles l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ;
  • La mise en œuvre plus rigoureuse des principes de la radioprotection (justification et optimisation) ;
  • Le renforcement de la formation à la radioprotection ;
  • L’implication plus forte dans le champ de l’imagerie médicale de radiophysiciens ;
  • L’augmentation de la disponibilité des Personnes Compétentes en Radioprotection (PCR[1]) et des moyens qui leur sont alloués.

Si les professionnels de l’imagerie médicale sont les premiers acteurs des progrès en radioprotection médicale, note l’ASN, les acteurs institutionnels de la santé et du travail sont également à mobiliser du fait de leur rôle décisif en ce qui concerne les équipements, les ressources humaines, le financement des formations, le développement de l’assurance de la qualité et l’évaluation des pratiques professionnelles.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz