Méthanisation : un chantier écologique d’envergure pour le territoire breton

En lançant la construction de l’unité de méthanisation, LIGER devient le centre d’énergies renouvelables le plus avancé au niveau européen. Le site de Locminé applique concrètement le principe de l’économie circulaire, ou encore de Boucle Energétique Locale (BEL).

En effet, ajoutée à la chaufferie à bois mise en place en 2012, cette unité de méthanisation va produire 5 énergies ‘vertes‘ qui seront redistribuées aux différents acteurs de la commune (industriels, habitants, agriculteurs, …). Pour cette seconde phase de travaux, LIGER a choisi de faire appel à un spécialiste des solutions environnementales d’envergure, le groupe Hera, qui s’est installé pour 24 mois sur le territoire de Locminé, participant à l’économie bretonne.

Installé courant février sur le site de LIGER et ce jusqu’à la mi 2016, le chantier de l’unité de méthanisation réunit un ensemble de compétences bretonnes au sein de plusieurs corps de métiers. D’un point de vue économique, Hera France a fait appel au maximum, aux ressources humaines et matérielles bretonnes. Pour la construction de l’unité de méthanisation de LIGER, c’est plus de 35% du chiffre d’affaires global qui est réalisé par les entreprises du territoire.

"Notre choix pour le groupe Hera s’est imposé de façon logique. En effet, le groupe répond à l’ensemble du cahier des charges que nous avions fixé au niveau technique et financier" a déclaré Grégoire Super, Maire de Locminé et Président de LIGER.

"Transformer les déchets en ressources est la mission du groupe HERA depuis sa fondation. Le groupe Hera réalise 100% de son chiffre d’affaires dans le domaine de l’environnement et consacre une part majeure de ses budgets au développement de solutions technologiques complètes et innovantes s’inscrivant dans le cercle vertueux de la seconde vie des résidus et déchets. Dans le cas du projet LIGER, Hera a relevé le défi de mettre en place une proposition technique et environnementale garantissant la plus grande efficience énergétique dans le plus grand respect du site d’implantation du projet. Hera attache une grande importance à ce projet dont la réussite ouvrira la voie à un modèle économique énergétique d’un nouveau genre, fruit d’une collaboration intelligente entre le monde industriel et communal" a déclaré Fabrice Hermance, Directeur Général de Hera France.

Méthanisation : un chantier écologique d'envergure pour le territoire breton

LIGER, un projet inscrit dans une économie circulaire locale et territoriale

Dès sa mise en fonctionnement début 2016, l’unité de méthanisation de Locminé va permettre de produire 5 millions de m3 de biogaz par an. Elle sera alimentée par les acteurs locaux, qui sont très impliqués dans le projet depuis le début. En effet, afin d’optimiser la mise en place de cette unité, LIGER a évalué auparavant les sources de déchets qui pourraient l’alimenter et la taille du projet a donc été établie en fonction de ces éléments. Ainsi, 56 000 tonnes de déchets générés par des industriels du territoire, les agriculteurs ainsi que par les habitants, seront traités chaque année par l’engin écologique :

– Les déchets industriels : 46 800 tonnes de matières brutes par an
– Les excédents agricoles : 8 000 tonnes de matières brutes par an
– Les boues et graisses des collectivités : 4 200 tonnes de matières brutes par an.

Soucieux de mettre en place une économie circulaire parfaite, le site de LIGER est installé au plus près des différents acteurs du projet. Une fois les déchets organiques traités par l’unité de méthanisation, les 5 énergies créées seront réinjectées aux acteurs concernés sans risque de déperdition. De plus, le territoire de Locminé bénéficie d’un ensemble d’infrastructures qui se complète et qui a des besoins en énergies répartis sur toute l’année. Le rendement de l’unité de méthanisation devient ainsi optimal.

L’objectif premier de LIGER est de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et d’améliorer les conditions de vie des habitants du territoire. Afin de fédérer les habitants du territoire autour du projet, LIGER a choisi d’utiliser les techniques de construction les plus avancées au niveau technologique. Le site de LIGER restera un lieu silencieux et inodore, où d’ailleurs, même quelques nouvelles espèces d’oiseaux ont élu domicile. En effet, LIGER dispose de 20.000 m2 de zone humide protégée dont s’occupe la Ligue de Protection des Oiseaux, et va devenir un observatoire de la biodiversité accessible aux écoles et au grand public.

"LIGER est un réel plus pour le bassin de Locminé : notre volonté est de conforter et de renforcer l’emploi sur le territoire et d’ouvrir des portes à nos jeunes en leur permettant d’accéder aux métiers de l’environnement, notamment, les métiers des énergies renouvelables" a expliqué Grégoire Super.

Méthanisation : un chantier écologique d'envergure pour le territoire breton

Le projet en quelques chiffres

• L’investissement total du projet représente 14,5 M€
• A ce jour, on estime la future production de Liger à 5 millions de m3 de biogaz équivalent à 2 850 000 Nm3 de gaz naturel par an, qui seront répartis de la façon suivante :
•> 10 200 MWh d’électricité représentant la consommation de plus de 4000 foyers par an
•> 9 690 MWh thermique qui alimenteront le réseau de chaleur collectif
•> 550 000 Nm3 de bio méthane injectés dans le réseau de Gaz représentant la consommation de 960 foyers par an
•> Et l’équivalent 550 000 litres de gasoil en bioGNV (Gaz Naturel Véhicule) pour une mobilité décarbonnée, sans émission de particules pour la flotte des véhicules des collectivités ainsi que des flottes de véhicules d’industriels ou professionnels du transport.

Basé à Locminé en Bretagne, la SEM (Société d’Economie Mixte) LIGER est le 1er site décarbonné en Europe. LIGER est constituée d’une chaufferie à bois (depuis 2012) et d’une unité de méthanisation (en cours d’installation), qui utilisent les ressources du territoire et les transforment en énergies renouvelables.

L’objectif est de garantir l’indépendance énergétique du territoire et de réduire, durablement les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. On estime la future production de LIGER à 5 millions de m3 de biogaz équivalent à 2 850 000 Nm3 de gaz naturel par an.

Ce projet, dont l’investissement représente 14,5M€, est un projet exemplaire tant au niveau français qu’européen.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Méthanisation : un chantier écologique d’envergure pour le territoire breton"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Envircinq
Invité

un seul mot : FELICITATIONS Bel exemple de ce qui est possible de faire aujourd’hui

Sicetaitsimple
Invité
J’étais très étonné de ne voir aucune réaction positive sur cette news, en voilà une, certes enthousiaste mais peu argumentée. Je l’ai déjà dit au moins 20 fois, la méthanisation de déchets ou effluents avec injection de biométhane dans le réseau me parait être une voie d’avenir, même si on reste dans un domaine de traitement de déchets, donc sans rentabilité intrinsèque (ça “coutera” toujours plus que ça ne “rapporte”, il faut des aides à l’investissement ou par des tarifs d’achat) Ca restera également limité en volume, faut pas réver sur le potentiel. Mais si à terme on pouvait produire… Lire plus »
Tech
Invité
my 2 cents! l’efficacité viendra de la multiplicité des tailles d’équipement. plus certains vont vouloir aller vers les enormes équipements plus la getion sera difficile, car un des acteurs voudra forcément tirer la couverture à lui et donc pervertir la solution! l’exemple inverse extrème, les gazinière à bouse de yack , suffisant pour réchauffer le frichti dans les montagnes himalayennes! pas de production agricole spéciale, local, à taille humaine! par cet exemple, je veux simplement souligner que la prod répartie serait certainement mieux gérée et plus adaptée, encore faut il trouver des solutions à la taille souhaitée! toutes les fermes… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

La méthanisation en allemagne c’est des cultures intercalaires et des cultures en surproduction qu’on aurait simplement pas récolté s’il n’y avait pas de méthanisation tout en donnant la possibilité aux agriculteurs de négocier avec les acheteurs sur un pied d’égalité parce qu’ils peuvent toujours balancer la culture dans le méthaniseur On n’est jamais trop prudent, surtout un agriculteur allemand! “Of the 2.5 million ha in Germany used for maize production in 2012, 900,000 ha were used in biogas production” Pour la source, je n’ai pas mieux que celle-ci, désolé! … rgy-crops/

wpDiscuz