Mise en service de la centrale photovoltaïque géante de Toul-Rosières

EDF Energies Nouvelles, filiale du groupe EDF dans les énergies renouvelables, a annoncé mardi avoir mis en service la centrale solaire de Toul-Rosières en Lorraine, d’une puissance installée de 115 MWc.

Outre la superficie occupée (120 Ha), la particularité de ce méga-projet a permis de de dépolluer et reconvertir une ancienne base militaire. Il a permis ainsi de redonner vie à une ancienne base aérienne tout en dépolluant le site : "désamiantage de 170 bâtiments, déconstruction de 280, évacuation des cuves d’hydrocarbures et plusieurs kilomètres de réseaux, traitement de 8 000 tonnes de terre polluée."

Située dans le département de la Meurthe-et-Moselle, près de Nancy, la centrale photovoltaïque de Toul-Rosières a donné lieu à un chantier soutenu par les élus et acteurs locaux, qui a fait de l’emploi local et de la qualité environnementale ses deux priorités.

Cette réalisation d’envergure est équipée d’environ 1,4 millions de panneaux photovoltaïques nouvelle génération, dits « à couches minces », fabriqués par l’américain First Solar. La production électrique de cette centrale est équivalente à la consommation annuelle d’environ 55 000 habitants et permet d’éviter l’émission d’environ 4.600 tonnes de CO2 par an.

"Implantée sur des terrains désaffectés de l’ancienne base aérienne de l’OTAN, la centrale de Toul constitue un projet de reconversion ambitieux qui a permis de dépolluer le site tout en lui offrant une seconde vocation, la production d’électricité verte", a déclaré Yvon André, PDG d’EDF EN France. "L’aboutissement de ce projet tient à une collaboration réussie avec l’ensemble des acteurs locaux et à un souci constant de performance environnementale."

Initiée en 2009, la centrale a été développée et réalisée par EDF EN France et mise en service progressivement depuis mai 2012. Son exploitation et sa maintenance sont assurées par EDF EN Services, filiale d’EDF Energies Nouvelles.

La mise en service de la centrale photovoltaïque de Toul fait suite aux mises en service des centrales de Massangis (56 MWc, Bourgogne) en octobre et de Crucey (60 MWc, Centre) en septembre, deux projets également de revalorisation territoriale.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Mise en service de la centrale photovoltaïque géante de Toul-Rosières"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité
vu le hold up financier de cette centrale sur la cspe (0,30€/kwh / CA env 725M€, ça doit laisser dans les 600M€ de velours sur 20 ans pour EDF), EDF aurait pu avoir la décence d’acheter les panneaux en France, le payback serait resté très interessant. Tout ça avec un tarif T5 à 0,10€ qui vient d’être diminué car trop généreux… Et parler de dépolluer avec des panneaux au cadmium dont le fabriquant lui même précise qu’il ne faut pas les toucher sans protection, c’est le pompon! Il serait également interessant de connaître les conditions d’utilisation de ce terrain: est-ce… Lire plus »
Ambiel
Invité

plutôt ok avec vous, et aussi, ça fait 6 mois qu’on annonce tous les 3 jours son inauguration…. par contre sur le cadmium c’est plutôt une bonne solution de le stocker dans des panneaux solaires plutôt que dans des centre de stockages de déchets. Au moins ils ont une seconde vie, surtout qu’on est pas prêt d’arrêter d’en utiliser dans le monde (déchet de la fabrication du zinc). S’il est recyclé correctement il n’y a aucun souci, et à priori first solar est rigoureux sur ce point dans le monde, et la legislation en France leur laisse peu de choix.

Triskell
Invité

Bien entendu, il ne doit pas y avoir de production française de panneaux…..toujours aussi bon les grands pontes. Faites ce qui je dis mais pas ce que je fais.

claudio
Invité
le compte-rendu de la réunion qui a eu lieu hier matin réunissant les membres du Conseil Supérieur de l’Energie et le représentant du gouvernement. A part une résolution, le gouvernement a émis 21 avis défavorables sur les 22 amendements proposés et contre l’avis de la CSE entre autre sur l’annulation de la baisse de 20% du tarif T5 : – Arrêté modifiant l’arrêté du 4 mars 2011 : Adt du SER n°1 – Simplification structure tarifaire T1 à T4 et baisse de 2,6 % par trimestre Vote du CSE : ADOPTE – Avis du gouvernement : DEFAVORABLE Adt du SER… Lire plus »
Enpassant
Invité

Paris M. avait surtout convaincu son actionnaire principal d’acheter les panneaux les moins chers ! Parce qu’avant de basculer ses projets en First Solar, nos “amis” d’EDF-EN n’achetaient que du Trina ou du Suntech (cf. GABARDAN (33). Honte sur ces prédateurs (publics qui plus est !!!) et les politiques complaisants (c’est pas de Toul qu’elle vient la poissonnière Morano ?) Quand un pays n’est plus capable de diriger les entreprises où il est l’actionnaire ultra majoritaire (86 % dans EDF), c’est qu’il est dans un état nécessitant de changer rapidement les médecins et les médicaments…

Rice
Invité

@ecoenergie (le mal nommé). Vous avez surement remarqué que l’Allemagne (pays nettement plus au sud de TOUL ce je comprends bien votre post), franchira dans quelques semaines le cap des 30 GW de capacité de production photovoltaïque installée … Faut vraiment qu’ils soient c… ces gens là, pour en installer autant, non ?

Laxou
Invité

Ancienne base militaire de l’OTAN. Pollution phénoménale, l’OTAN s’en va en laissant ses saloperies sur le terrain. Où est le principe du pollueur-payeur ? Ensuite, il faut dépolluer avant de pouvoir construire une centrale photovoltaïque. Les coûts sont très importants avec l’amiante et le volume de bâtiments et terrains. Cela est finalement payé avec l’électricité solaire. La C.S.P.E. a bon dos. Même réalité pour les autres anciennes bases militaires.

Lhommedelabaie
Invité
first solar : fabricant de panneaux bas de gamme au tellurure et au sulfure de cadmium ultra-toxique ( fiche de toxicité n°60 de l’INRS), de plus, le verre des panneaux est très fragile. De plus, le tarif a été obtenu avec la complicité de la CRE et de la DGEC qui ont validés la procédure de demande de racordement PTF de RTE et qui permet d’obtenir le tarif sans permis de construire. ( ce qui n’est pas le cas avec ERDF ) Que fait la justice? le code pénal prévoit pourtant ce cas, quand des agents publics permettent l’enrichissement de… Lire plus »
wpDiscuz