Mission MASCOT : des batteries Saft sur un astéroïde en 2014

L’industriel français Saft a annoncé récemment avoir remporté un contrat auprès de l’agence spatiale française (CNES) pour fournir le système de batteries au lithium primaire LSH20 qui alimentera le module d’atterrissage franco-allemand MASCOT hébergé par la mission Hayabusa-2**, destinée à étendre le champ des connaissances scientifiques.

Saft va ainsi voir l’un de ses systèmes de batteries spatiales atterrir sur un astéroïde suite au contrat remporté auprès du CNES, l’agence spatiale française, portant sur la fourniture de la seule et unique source d’énergie embarquée pour le véhicule spatial MASCOT (Mobile Astéroïde surface SCOuT).

Le module d’atterrissage franco-allemand devrait atterir en 2014 sur l’astéroïde 1999 JU3 de type C, riche en carbone et proche de la Terre. Il se déplacera ensuite en « sautillant » entre plusieurs sites pour effectuer les premières mesures jamais réalisées in situ sur un astéroïde, ce qui constitue une première pour l’humanité.

"La sélection des batteries spatiales de Saft pour cette mission exigeante renforce leur réputation en tant que choix optimal lorsque la fiabilité de l’énergie disponible est absolument vitale", a déclaré Serge Fouilhaux, Directeur de la Division Défense et Espace de Saft. "Les batteries primaires et rechargeables fournies par Saft ont accompli avec succès de nombreux vols emblématiques à bord d’engins spatiaux et de satellites. Aujourd’hui, nous sommes particulièrement ravis de savoir qu’elles vont atterrir sur un astéroïde avant la fin de la décennie".

Le système de batteries lithium-chlorure de thyonile (Li-SOCl2) LSH20 a été sélectionné du fait de son poids extrêmement léger, de sa capacité électrique élevée, de son aptitude avérée à supporter les conditions spatiales et à rester en veille pendant très longtemps, avant de passer en mode actif. Grâce à la chimie de l’élément, ce système présente une faible autodécharge, ce qui constitue un atout particulier pour le module MASCOT étant donné les distances considérables à parcourir dans l’espace avant d’atteindre un astéroïde.

Le CNES fournit le sous–système complet d’énergie de MASCOT au DLR (le centre spatial allemand) qui est chargé du développement du module d’atterrissage de 10 kg – doté d’une charge utile de 3 kg. Le système de batteries Saft comptera un total de 9 éléments LSH20 dans une configuration 3s3p (trois séries – trois parallèles), assurant une tension nominale de 11V et une capacité de 39 Ah.

À l’issue du lancement, le système de batteries Saft demeurera en veille pendant 4 ans, le temps nécessaire au voyage depuis la Terre. Une fois que Hayabusa-2 (qui signifie « faucon pèlerin-2 ») aura rejoint l’astéroïde en juin 2018, le module MASCOT sera libéré pour effectuer un vol de 100 mètres vers la surface de l’astéroïde et la batterie alimentera les quatre charges utiles : l’ordinateur embarqué ; les capteurs de navigation ; le dispositif lui permettant de se déplacer par « sautillements » afin de se relocaliser sur l’astéroïde ; et le système de communication avec le véhicule spatial qui l’héberge.

** Agence spatiale japonaise (JAXA)

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz