Enerzine

Mobilité électrique : les scénarios du projet européen SCelecTRA

Partagez l'article

Sélectionné dans le cadre du programme ERANET- Electromobility+, et à l’issue de 3 ans de travaux, le projet européen SCelecTRA  – Scenarios for the electrification of Transport – vient de publier son rapport final.

Le projet visait à identifier les politiques publiques favorisant le développement de la mobilité électrique européenne (véhicules particuliers électriques et hybrides rechargeables) à horizon 2030 et à évaluer leurs impacts environnementaux ainsi que leurs coûts externes.
   
Coordonné par IFP Energies nouvelles (IFPEN), SCelecTRA regroupait cinq partenaires aux compétences complémentaires : IFPEN, IFFSTAR, Kanlo, EIFER et Thinkstep.

Les principales conclusions de SCelecTRA portent sur les éléments suivants :

Les scénarios de pénétration des véhicules électrifiés dans le marché européen à horizon 2030
   
Plus d’une soixantaine de scénarios ont été élaborés avec un modèle Times d’optimisation économique, simulant tous les secteurs énergétiques européens et leurs interactions. Il apparaît que la part des véhicules électrifiés (véhicules électriques et hybrides rechargeables) pourrait atteindre jusqu’à 30 % du marché automobile européen dans le scénario le plus optimiste, et 20 % dans le scénario le plus réaliste (10 % pour les hybrides rechargeables et 10 % pour les véhicules électriques).
  
Les bénéfices environnementaux des véhicules électrifiés
   
Les véhicules électrifiés représentent l’alternative au véhicule conventionnel la plus favorable, surtout en termes d’impact sur la réduction de la consommation d’énergies fossiles et des émissions de gaz à effet de serre. Le rapport souligne l’importance de l’étape de production des batteries dans le bilan environnemental global du véhicule électrique. L’impact de l’étape d’utilisation est donc plus réduit que pour les véhicules conventionnels.    
  
L’étude des outils de politiques publiques a montré que les programmes de mise à la casse et les aides à l’achat de véhicules électrifiés sont plus efficaces que les actions sur les taxes de carburants.
      
• Dans tous les cas, le développement de l’infrastructure de bornes de recharge est un facteur déterminant dans le développement du marché des véhicules électrifiés.
  
• En raison des meilleurs rendements des véhicules électrifiés, la demande d’électricité additionnelle due au déploiement de l’électro-mobilité ne représente, en 2030, qu’une faible part de la demande totale d’énergie du transport routier et de la demande totale d’électricité tous secteurs confondus.
  
L’approche modélisée SCelecTRA, fondée sur des équilibres économiques, a aussi montré que la demande additionnelle en électricité sera couverte par de nouvelles capacités et non par une moindre consommation dans les autres secteurs. De plus, si seul un plafond carbone global est fixé, les efforts réalisés dans le secteur transport donnent un « budget carbone » additionnel pouvant être émis dans d’autres secteurs.

>>> Tout savoir du projet Scelectra (en anglais) : ici

>>> Simulations : ici


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz