Enerzine

Montoir-de-Bretagne : Transbordement d’une cargaison de GNL au terminal

Partagez l'article

En provenance de l’usine de liquéfaction de Snøhvit en Norvège, le GNL a été acheminé jusqu’à Montoir-de-Bretagne, pour y être transbordé dans un second méthanier qui assurera la livraison jusqu’au client final en Asie.

Les deux méthaniers utilisés ont été affrétés court et moyen terme auprès de NYK, armateur et partenaire de GDF Suez, depuis 2004. La souscription de ce service de transbordement a permis à GDF Suez d’optimiser la gestion de sa capacité de transport maritime en affrétant un navire à court terme, le Grace Dahlia, pour une partie du trajet, tout en utilisant le Grace Barleria, un navire affrété moyen terme de sa flotte pour la seconde partie du trajet.

L’opérateur de terminaux méthaniers Elengy, filiale de GDF Suez, utilise les canalisations existantes reliant directement les deux appontements : "le GNL est ainsi transféré directement d’un navire à un autre sans passer par les installations terrestres de stockage."

Montoir-de-Bretagne : Transbordement d'une cargaison de GNL au terminal

Dans un marché en pleine évolution, avec de nouvelles zones de production comme l’Arctique, les Etats-Unis ou l’Afrique de l’Est, les routes commerciales se densifient et l’optimisation de l’utilisation des flottes de méthaniers devient un enjeu majeur.

Les possibilités de transbordement apportent une flexibilité nouvelle aux expéditeurs, notamment pour parcelliser une grande cargaison en plusieurs petites ou changer de navire à mi-chemin du producteur et du consommateur.

Pour sa part, GDF Suez bénéficie de son expérience au Chili où il a déjà réalisé ce type d’opération au sein de sa filiale GNL Mejillones qui compte parmi les opérateurs les plus expérimentés au monde dans ce domaine.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    2 Commentaires sur "Montoir-de-Bretagne : Transbordement d’une cargaison de GNL au terminal"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Pastilleverte
    Invité

    Si le sympatique M Poutine avait l’idée de nous couper le robinet de gaz, voilà une solution alternative toute trouvée ! (en attendant l’exploration du gaz de schiste… désolé, je viens d’écrire un gros mot).

    Sicetaitsimple
    Invité

    La solution alternative, c’est surtout d’arriver à réduire ( forcément progressivement) notre consommation de gaz. Pas de chance, avec la promesse présidentielle de 50% de nucléaire dans la production d’électricité , on va aller (si elle est tenue) exactement dans l’autre sens! C’est quand même ballot…..

    wpDiscuz