Enerzine

Nano-Vent-Skin : de l’électricité à l’échelle du vivant

Partagez l'article

A première vue, en regardant l’image ci-contre, on pense spontanément qu’il s’agit d’une sorte d’éolienne géante. Vous avez en partie raison. Son concepteur, Agustin Otegui, aurait tendance lui à se tourner plutôt vers l’infiniment petit, de l’ordre du nano, d’où le nom de son invention : le Nano-Vent-Skin (NVS).

"NVS combine les différentes sortes de micro-organismes qui travaillent ensemble pour absorber et transformer l’énergie naturelle. Qu’est ce qu’il pourrait bien en sortir de cette combinaison d’organismes vivants ? C’est en fait une peau qui va transformer deux des plus abondantes sources d’énergie verte sur terre : la lumière du soleil et le vent. Plus un autre avantage : l’absorption du CO2 de l’air."

Le revêtement extérieur de la structure absorbe la lumière du soleil à travers une peau photovoltaïque organique et la transfert à la nano-fibre dans des nano-fils. Ces derniers transmettent ensuite l’énergie à des unités de stockage situés aux extrémités de chaque panneau.

Le Nano-Vent-Skin ou des micro turbines à vent

Chaque turbine de chaque panneau génère de l’énergie par des réactions chimiques. Se sont des organismes polarisés qui sont responsables de ce processus. Par ailleurs, la peau intérieure de chaque turbine fonctionne comme un filtre absorbant le CO2 lorsque le vent passe à travers.

Le Nano-Vent-Skin ou des micro turbines à vent

Ces micro-organismes n’ont pas été génétiquement modifiés ; ils travaillent en symbiose comme une colonie d’insectes où chaque membre a une tâche spécifique à réaliser. Par exemple, dans une colonie d’abeilles ou de fourmis, la reine sait ce qui doit être fait et distribue les tâches entre les individus.

NVS fonctionne un peu de la même façon. Chaque panneau dispose d’un capteur à chaque extrémité avec un réservoir de matériel.

Le Nano-Vent-Skin ou des micro turbines à vent

Lorsque qu’une turbine ne fonctionne pas, un signal est envoyé par les nano-fils au système central et des matériaux de construction (micro-organismes) sont envoyés au travers de la structure centrale afin de régénérer la partie endommagée avec un processus d’auto assemblage.

Attention, le projet NVS n’en est encore qu’au stade d’étude !


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Nano-Vent-Skin : de l’électricité à l’échelle du vivant"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Roxy
    Invité

    ca marche??Ca fait tres futuriste.Quid du  prix , du  rendement , de l’industrialisation  ???Beaucoup de questions……..

    wpDiscuz