Nucléaire iranien : “être autonome est la seule option”

Le quotidien gratuit Metro a recueilli en exclusivité les propos de Reza Najafi, le directeur du département de la Sécurité internationale au Ministère des affaires étrangères de la République islamique d’Iran.

Metro révèle que l’Iran, ainsi que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU se sont réunis lundi matin à Genève pour "relancer le dialogue sur le nucléaire, interrompu depuis 14 mois, dans un climat tendu après l’annonce par Téhéran qu’il contrôlait la totalité du cycle de production du combustible nucléaire".

Voici ci-dessous, quelques questions posées à Reza Najafi (RN) :

ER : L’Iran a entamé les discussions sur son programme d’énergie nucléaire avec les cinq membres du conseil de sécurité des Nations Unies et l’Allemagne, les 5+1. Qu’est ce que l’Iran attend de la communauté internationale?

RN : L’important pour l’Iran est que la communauté internationale reconnaisse que selon le TNP (Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires qui autorise les pays à se servir pacifiquement de l’énergie nucléaire), nous avons le droit d’utiliser partout cette énergie nucléaire de façon pacifique. Cela inclut la production de combustibles nucléaires. Nous ne pouvons rien accepter de moins.

ER : L’Iran affirme qu’il n’essaye pas de développer des armes nucléaires. Comment est-ce vérifiable ?

RN : Ca l’est en effet. C’est étrange que l’Iran, qui a signé le TNP, soit constamment surveillé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Ils ont des milliers de caméras installées dans nos équipements nucléaires, alors qu’en Corée du Nord, que les rumeurs accusent de développer des armes nucléaires, il n’y en a aucune. Aucun pays au monde ne subit ce type de rapport de l’AIEA, excepté l’Iran.

ER : En d’autres mots, l’Iran est injustement montré du doigt ?

RN : Oui. Le conseil de sécurité veut que nous suspendions nos activités nucléaires alors que ça n’est pas un devoir international de renoncer à ce pouvoir nucléaire. Comment nos équipements nucléaires, qui sons sous surveillance constante de l’AIEA, peuvent-ils être une menace pour la paix mondiale? Et pourquoi le conseil de sécurité ferme les yeux sur Israël qui a déjà mis au point 200 têtes nucléaires, chacune d’elles braquée sur une capitale du Moyen-Orient ? C’est ça la vraie menace.

ER : Est-ce-que l’Iran a besoin de l’énergie nucléaire ?

RN : La production du combustible nucléaire est un long procédé. Nous avons besoin de ce combustible pour notre réacteur nucléaire à Bushehr. Nous ne pouvons pas nous mettre dans une situation où nous dépendons du combustible d’autres pays qui pourraient ensuite arrêter de nous le vendre sous des pressions politiques. Pour l’Iran, être autonome est la seule option.

 

par Elisabeth Braw

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz