Nucléaire : la France adopte la déclaration du GNEP

Le 21 mai dernier, à Washington, s’est tenue une conférence ministérielle sur le "Global Nuclear Energy Partnership" (GNEP) à laquelle participaient les représentants de cinq pays (France, Chine, Japon, Etats-Unis, Russie) et de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).

A cette occasion, ces cinq pays ont adopté une déclaration commune en faveur d’une coopération internationale pour le développement de l’énergie nucléaire civile. Rappelons que le GNEP est une initiative américaine pour la relance de l’énergie nucléaire, dont le volet national prévoit la fermeture du cycle du combustible et le retraitement à grande échelle des combustibles usés, ce qui représente un changement d’orientation radical pour les Etats-Unis qui, depuis trente ans, excluaient le recours au retraitement des combustibles.

Au niveau international, le GNPE vise à prévenir la dissémination de technologies potentiellement proliférantes en recherchant un partenariat avec les Etats désireux d’accéder à l’énergie nucléaire ou d’en accroître l’utilisation. Aussi l’objectif du GNPE est-il de leur offrir des solutions de traitement et de recyclage des combustibles usés sans qu’il soit besoin de se doter de capacités nationales.

Dans le cadre du GNPE, l’accent est mis par ailleurs sur la poursuite du développement de technologies avancées du cycle, ainsi que de réacteurs rapides pour consommer les actinides, dans l’optique d’une meilleure utilisation des ressources naturelles et d’un renforcement de la résistance à la prolifération. Rappelons que dans ce domaine, la recherche fait l’objet d’une concertation et d’une coordination dans le cadre du forum dit "Génération IV", actuellement présidé par la France.

BE France numéro 193 (6/06/2007) – ADIT / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43105.htm
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz