Enerzine

Nucléaire : la sécurité aérienne en question

Partagez l'article

L’intrusion mercredi matin d’un militant de Greenpeace sur le site de la centrale nucléaire du Bugey à bord d’un parapente motorisé, pose la question de la sécurité des installations nucléaires face aux menaces aériennes. Quelles mesures sont prévues ? Comment réagissent les pouvoirs publics en cas d’intrusion ?

 

Sécurité globale des installations

Les sites nucléaires font l’objet d’une surveillance permanente, menée conjointement par l’exploitant (EDF) et les autorités. Chaque centrale nucléaire dispose à proximité d’un peloton de gendarmerie chargé de la surveillance et à d’éventuelles interceptions d’intrusion.

Au niveau national, c’est le Haut Fonctionnaire de Défense et l’Autorité de sûreté nucléaire qui chapeaute ces problématiques de sécurité.

Les dispositifs de sécurité des installations nucléaires a été renforcé en début d’année après l’intrusion en décembre 2011 de militants Greenpeace sur les sites de Nogent-sur-Seine et de Cruas. Des patrouilles cynophiles, des renforcements des grillages et des caméras supplémentaires ont été installées.

Sécurité aérienne

En matière de sécurité aérienne, la gendarmerie est secondée par l’armée de l’Air pour la mise en place de ses dispositifs de sécurité. L’armée de l’Air apporte ses moyens en terme de renseignement et de surveillance militaire, et peut être appelé à effectuer des interceptions.

La sécurité aérienne des sites nucléaires est facilitée par l’interdiction de survol à basse altitude, par tout type d’appareil, de tout le périmètre autour de la centrale

Conception des centrales nucléaires

Le risque d’attaques aériennes est pris en compte dès la conception des bâtiments des centrales nucléaires, au même titre que les risques sismiques.

L’épaisseur de béton des enceintes de confinement des réacteurs nucléaires est notamment calculée pour pouvoir résister aux agressions externes, telles que l’impact d’avions de petite et moyenne taille.

Depuis les attentats du 11 septembre à New York, une coque de béton complémentaire a été conçue pour pouvoir également résister à l’impact d’un avion gros-porteur. Cette nouvelle structure de sécurité n’est toutefois présente que sur l’EPR actuellement en construction à Flamanville.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    48 Commentaires sur "Nucléaire : la sécurité aérienne en question"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Actro
    Invité

    Depuis les incidents de Nogent, des équipes de gendarmerie et GIGN dorment au sein même des centrales.

    meminick
    Invité

    la question n’est pas d’énumérer les mesures et dispositions ce qui s’apparente à l’obligation de moyens .Mais se concentrer sur l’obligation de résultats, hélas non au rendez vous.

    energiestr
    Invité
    On sait effectivement (surtout depuis le 11 septembre 2001) que les concepteurs et architectes ne veulent pas prendre en compte le pire car cela remettrait en cause la rentabilité de leur projet. Dans le cas du World Trade Center, les architectes ont conçu leurs tours pour résister à l’impact d’un avion, mais pas à l’incendie consécutif ! Bilan : 3.000 morts. Dans le cas de nos centrales, un ingénieur de Framatome m’avait expliqué après le 11 septembre que le risque d’impact d’un avion avait été évoqué lors de la conception, mais limité à de petits avions pour ne pas renchérir… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
     »…sites nucléaires font l’objet d’une surveillance permanente »  »Chaque centrale nucléaire dispose à proximité d’un peloton de gendarmerie chargé de la surveillance et à d’éventuelles interceptions d’intrusion. »  »L’armée de l’Air apporte ses moyens en terme de renseignement et de surveillance militaire, et peut être appelé à effectuer des interceptions. La sécurité aérienne des sites nucléaires est facilitée par l’interdiction de survol… Les cas récents mis en exergue par GreenPeace ont démontrés que les intrus arrivaient à PENETRER ! Heureusement que ce n’était que des fumigènes et autres gestes démonstratifs sans objectif de nuire…Qu’aurait-ce été si les intentions avaient été dectructrices? Et… Lire plus »
    Reivilo
    Invité

    Visiblement certaines de nos centrales auraient plus à craindre d’un problème interne que d’une agression aérienne. Doutes sur la fiabilité des robinets du circuit de refroidissement, heureusement il va y avoir des contrôles….

    Flo
    Invité

    Le soucis c’est qu’on a beau dire qu’ils sont passés au dessus d’une centrale, qu’en aurait-il été si ils avaient été descendu par l’armée de l’air ? Sincèrement, il peut y avoir une surveillance accrue, mais ce n’est pas pour ça qu’il tire sur tout ce qui bouge .. et heureusement. En fait, je vois pas comment on peut facilement repousser un objet volant au dessus d’une centrale sans des mesures un peu violente, qui dans le cas d’un gars seul sur un ULM n’a pas trop de raison d’être ..

    Bofbof
    Invité

    ce qui est extraordinaire dans l’info, c’est que pour n’importe quel tordu en herbe, il y a ici tout lemode d’emploi pour entrer dans une centrale!!!

    Bofbof
    Invité

    ce qui est extraordinaire dans l’info, c’est que pour n’importe quel tordu en herbe, il y a ici tout lemode d’emploi pour entrer dans une centrale!!!

    Catalan
    Invité

    la securité militaire sur les sites nuclaire n’est pas assurée en France ! il y a une grosse difference entre la vitesse d’arrivee d’un ULM, et d’une roquette par exemple ! il est amusant deconstater le manque d’imagination de nos garants de la sécurité, c’est comme en 14, on en est encore au tranchées !

    Filgood
    Invité
    Analysons objectivement la situation. Si on veut tenter (je dis bien tenter) d’atteindre le risque 0, il faut que la riposte à une tentative d’aggression soit à la hauteur de la menace. Une sorte d’équilibre de la terreur en sorte. La voie logique est donc que toute tentative d’intrusion, notamment par voie aérienne, de l’espace interdit d’une centrale déclenche un feu nourri de la part de ses défense. Comme ça, le 1er parachutiste, parapentiste, … qui voudra démontrer quelque chose se fera mettre en charpie à 200m du sol et calmera dans la foulée les éventuelles vélléités de ses camarades… Lire plus »
    Qwartz
    Invité

    petite remarque au passage sur le WTC : ni l’impact de l’avion ni l’incendie qui a suivit ne sont responsable de l’effondrement des tours façon « chateau de carte ». Les poutrelles étaient conçues pour endurer des température bien supérieures. Ce fait est bien mis en avant dans Loose Change

    Guydegif(91)
    Invité
    Pour poursuivre dans le sens de Catalan, en 14, et qqs années plus tard pour évoquer la Ligne Maginot, peut-être bien pensée par le père André, mais bigrement inefficace dans les faits…. Ne faisons pas de nouvelles lignes Maginot autour de nos centrales NUC en pensant qu’elles se défendront bien elles-mêmes !!!! Donnons-nous des VRAIS moyens de les protéger pour qu’elles ne nous sautent pas dans la figure…en inetren et externe ! Et petit retour sur le poste d’une autre André à 9:17 ce jour pour souligner certains raccourcis pris par certains concepteurs…et aussi défenseurs du tout_NUC soulignat que pas… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Pour poursuivre dans le sens de Catalan, en 14, et qqs années plus tard pour évoquer la Ligne Maginot, peut-être bien pensée par le père André, mais bigrement inefficace dans les faits…. Ne faisons pas de nouvelles lignes Maginot autour de nos centrales NUC en pensant qu’elles se défendront bien elles-mêmes !!!! Donnons-nous des VRAIS moyens de les protéger pour qu’elles ne nous sautent pas dans la figure…en inetren et externe ! Et petit retour sur le poste d’une autre André à 9:17 ce jour pour souligner certains raccourcis pris par certains concepteurs…et aussi défenseurs du tout_NUC soulignat que pas… Lire plus »
    Nuage
    Invité

    donc si j’ai bien suivit, il aurait fallu que la sécurité abatte les ulm pour que green peace dise « ok tout va bien on a 2 morts mais les centrales sont sauves… »

    Reivilo
    Invité

    Revoilà le lien manquant sur mon précédent post.

    Rice
    Invité

    Est-ce ici ou ailleurs que j’ai trouvé ce magnifique (mais inquiétant) rapport ? Mais bon, comme ne manqueront pas de le rappeler certains éminents membres du GGP : « s’agissant d’un rapport commandité par Greenpeace, quel crédit y apporter ? » 🙂 Petite précision : la pire des hypothèses ne semble pas être celle du crash d’un avion directement sur l’enceinte de confirnement, mais sur les bâtiments autour et absolument pas protégés, qui assurent l’approvisionnement électrique et/ou en eau et qui ne seraient plus en mesure de le faire, ni de permettre d’arrêter le réacteur dans des conditions sûres et stables).

    Rice
    Invité

    Est-ce ici ou ailleurs que j’ai trouvé ce magnifique (mais inquiétant) rapport ? Mais bon, comme ne manqueront pas de le rappeler certains éminents membres du GGP : « s’agissant d’un rapport commandité par Greenpeace, quel crédit y apporter ? » 🙂 Petite précision : la pire des hypothèses ne semble pas être celle du crash d’un avion directement sur l’enceinte de confirnement, mais sur les bâtiments autour et absolument pas protégés, qui assurent l’approvisionnement électrique et/ou en eau et qui ne seraient plus en mesure de le faire, ni de permettre d’arrêter le réacteur dans des conditions sûres et stables).

    Anom
    Invité
    Il n’y a pas nécessairement besoin d’une réponse létale à une action d’intrusion dans les centrales nucléaires. Dans le cas d’ULM à faible capacité de nuisance par exemple, il est claire que pour démontrer une sécurité sans faille, il faut parvenir à empêcher l’intrusion sans pour autant en venir à la mort du contrevenant. Pour cela j’imajine des moyens possibles et très réalistes: système de surveillance efficace pour repérer les contrevenants avants l’intrusion, décolage d’hélicoptères stationnés sur site pour se mettre en travers du chemin puis l’accompagner jusqu’à sa rédition. Les moyens violents doivent être utilisé à partir du moment… Lire plus »
    Madal
    Invité

    Repéré, il aurait fallu l’abattre, mais le tireur aurait fini au tribunal ! En attendant, vu son atterissage cahotique, il a dû se faire mal notre trublion ! Si c’est le copain d’Eva Joly qui passe, il s’en tirera avec les félicitations du jury !

    Anti greenpeace
    Invité

    Ils vont se faire tirer dessus la prochaine fois…

    Manquepasdair
    Invité

    en paramoteur supide . le vol libre et le paramoteur va subir les affres de la reglementation aérienne que jespere pas c est un moyen idiot de ce faire comprendre des paramotoristes idiots avec les risques de se tuer

    De passage
    Invité
    Parcequ’un monte en l’air dépose un pot fumigène en haut d’une tour et la Sécurité Aérienne du territoire est en « danger ». Une fois de plus média, journaleux et autres commentateurs se déconsidèrent auprès de 99% des français de bon sens. Continuez comme ça à nous amuser avec vos non-évènements et le Nucléaire en sortira renforcé: il y a 66 tranches en construction dans le monde, montant jamais atteint par le passé. Alors c’est la Corée qui n’a rien compris à Fukushima? Pas sûr, c’est Greenpeace qui une fois de plus se fourre le doigt dans l’oeil: Ils feraient bien de… Lire plus »
    jymesnil
    Invité

    Une centrale doit être refroidie en permanence, le point sensible c’est la salle des pompes ! Ensuite les piscines de refroidissement des barres hautement radioactives qui n’ont aucune protection ?! En fait pour le moment les terroristes n’ont pas souhaite s’en prendre au nucléaire sinon il n’y a aucune réelle parade…..

    Tech
    Invité

    le problème est de ne pas être ne retard d’une « guerre » et le rappel de maginot dans certains commentaires, n’est pas innoportun. il n’est pas besoin de parapentistes ou ULMistes il existe aujourd’hui des « drones » télécommandés peu chers et peu détectables. et ce rique devrait être envisagé, un point c’est tout. il ne s’agit pas d’interdire greenpeace ou la construction de nouvelles centrales, mais d’essayer de garantir au mieux le fonctionnement de celles en service! et pour cela, pas de dogmes pro ou anti, mais une perpétuelle remise en cause de nos certitudes au vu de l’évolution technologique et économique.

    Dan1
    Invité
    Au risque de radoter, je repose le problème plus globalement. Dans le monde, il y a plus de 400 réacteurs nucléaires dont plus cent aux Etats-Unis et il y a encore 11 réacteurs de type RBMK en service. Bilan, toutes les actions médiatiques sont ciblés sur les seuls 58 réacteurs français. Pas une action spectaculaire de Greenpeace ailleurs dans des centrales pour partie moins sûres. Le 26 avril aucune action sur les réacteurs RBMK. Aucune action à Beznau en Suisse sur la plus vieille centrale du monde. Cherchez la ou les erreurs ! A priori, Greenpeace aurait délégué le pilotage… Lire plus »
    Tech
    Invité

    votre réponse n’ en est pas une, prenez de la hauteur ;o) ce n’est pas parce que les centrales thermiques ne sont pas sures, que les nucléaires, peuvent ne pas l’être non plus! oui d’autres sites stratégiques, peuvent être atteints par de nouvelles formes d’agression, c’est à cela qu’il faut réfléchir et répondre.

    Dan1
    Invité

    A propos de réponse : Pourquoi donc aucune action de Greenpeace sur les 11 réacteurs RBMK encore en service ?? Prenez du recul et de la hauteur !

    Guydegif(91)
    Invité
    Par souci de cohérence mondiale, ou tout du moins européenne au vu des distances en jeu par rapport à chez nous, il faudrait élargir la sensibilisation sur les risques du NUC au-delà des 58 réacteurs français, – pour ses formes plus anciennes encore plus dangeureuses, RBMK, etc…-, il faudrait élargir la sensibilisation et les actions de protestation de GreenPeace à ces autres sites évoqués par Dan1 de par le monde !…où de gros doutes de sécurité sont permis, qqs bouilloires NUC du côté de l’Ukraine, ou pays de l’Est au global….ainsi que sur d’autres territoires…. Certes les 58 français nous… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Je précise qu’il y a 63 km à vol d’oiseau entre Fessenheim et Beznau. Moi je croyais naïvement que les nuages ne s’arrêtaient pas aux frontières après l’affaire du RBMK de Tchernobyl. Ce sentiment a été renforcé depuis Schengen ou plus rien de s’arrêtent aux frontières. Mais bon le jour où nous aurons un problème à Beznau alors que Fessenheim sera fermée, nous rappelerons Brigitte Simonetta pour remettre un sens interdit à la frontière sur la carte météo. Et le jour où nous aurons un ou plusieurs problèmes sur les 11 RBMK encore en service, nous appelerons les copines de… Lire plus »
    gcb
    Invité
    Comme trop souvent, cette action de Greenpeace frappe les esprits mais n’est qu’un coup d’épée dans l’eau. – Ecorcher l’enceinte de béton armé du bâtiment réacteur (tout ce qu’une charge transportée par ULM(s) peut produire) n’est rien. Resterait encore à pénétrer le bâtiment puis esquinter les appareils nucléaires proprement dits, ce qui ne pourrait jamais arriver, les militaires ayant agrippé les malfaiteurs en huit minutes. – Mettez-vous à la place d’un terroriste : où frapper pour maximiser les dégâts ? Des sites non nucléaires sont autrement plus dangereux. Filgood en cite et on peut ajouter les stockages de chlore, les… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    « A moins de rester cloitré dans une cave obscure, toute activité humaine comporte des risques » Encore que dans les caves mal ventilées, il y a précisément de très gros risques nucléaires : le RADON. La principale dose de radioactivité naturelle absorbée par les français : c’est le radon. Notre bon ermite qui voudrait se protéger dans son abris antinucléaire naturel au coeur du massif central…. mourrait d’un cancer dû au radon… c’est trop bête ! Ceci dit ça demeure une mort lente et incertaine. Pour mourir immédiatement, vous prenez un paramoteur et vous essayez de vous poser entre deux réacteurs… Lire plus »
    Uk
    Invité
    ACH..tention au n’importe quoi… Extrait du rapport : « En général, les détails de la conception du bâtiment combustible ne sont pas accessibles. Toutefois, l’ASN a exprimé des doutes quant à la résistance de la structure, les bâtiments combustibles de toutes les centrales (y compris du futur EPR) étant constitués « d’un toit métallique et de murs de béton armé de 300 mm, soit une épaisseur relativement fine » J’espère que Greenpeace n’a pas payé trop cher le rapport puisque l’ASN a deja fait tout le boulot 🙂 Pour info, les auxiliaires ne sont pas protégé contre les avions puisqu’ils sont séparés… Lire plus »
    Tifauge
    Invité
    Un ULM ne peut pas transporter de charge explosive suffisante pour commettre des dommages entraînant un problème du point de vu de la sûreté. Greenpeace n’a rien prouvé, à part montrer qu’on peut éventuellement risquer de se tuer en atterrissant sur un site nucléaire (les images parlent d’elles-même). D’ailleurs les mesures de protection des sites ne sont pas là pour empêcher quelqu’un de rentrer, mais de l’empêcher de commettre une agression efficace pouvant entraîner un problème sur la sûreté. Que se soit l’intrusion de cet ULM ou les intrusions il y a quelques semaine, elle prouvent que les intrus ont… Lire plus »
    Rice
    Invité

    @ uk Je transmets votre remarque à Greenpeace qui avait bien besoin de spécialistes de votre trempe. QUand à moi je suis vraiment rassuré. Merci.

    Uk
    Invité

    Sans trop avancer, je suis un bien meilleur spécialiste que les guignols des Greenpace qui passent à la TV 🙂

    Rice
    Invité

    Me voila rassuré alors. Toutefois… .. tous les guignols de Greenpeace (environ 3.000.000 dans le monde) ne passent pas à la TV… statistiquement il en reste donc beaucoup plus de meilleurs spécialistes que Vous, non ? Dans le doute, je continuerai à prendre mes informations des deux « cotés »….

    Dan1
    Invité

    Je ne suis pas tout rassuré par l’efficacité des 3 millions de spécialistes qui ont été incapables de faire fermer les 11 réacteurs soviétiques de types RBMK et qui n’en parlent d’ailleurs quasiment plus, même lors de l’anniversaire de Tchernobyl. Ces spécialistes sont « spécialistes » des REP français et des courants d’air autour des bâtiments réacteurs (une étude in situ vient de débuter !).

    Rice
    Invité
    @ Dan : Je vous prend encore une fois en flagrant délit de « n importe quoi » … J’ai en effet cité en juin dernier (déjà) le rapport de l’ong norvégienne Bellona et la problématique des systèmes d’arrêt automatique des RMBK 1000 MW, alors vos remarques prseudo-scientifiques (mais toujours très prétentieuses) ne trompent plus grand monde en dehors des nouveaux venus sur Enerzine… Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, « atomic président » a été battu, Fessenheim fermera et le 2ème EPR ne sera pas construit… Faites vous une raison : on ne veut plus de nucléaire, ni en France ni… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Ce n’est pas parce que Bellona a publié quelque chose sur les RBMK que Greenpeace s’est focalisé sur la question. Je remarque simplement que Greenpeace en « fait des tonnes » sur les 58 réacteurs français et quasiment rien sur les RBMK ex soviétiques et rien de plus sur les 104 réacteurs américains. 26 ans après Tchernobyl, 11 réacteurs RBMK sont toujours en service en Europe (géographique). Greenpeace est donc impuissante face aux RBMK. Je remarque également que « on ne veut plus de nucléaire, ni en France ni ailleurs dans le monde » est une remarque prétentieuse qui ne reflète que les rêves… Lire plus »
    Rice
    Invité

    Méthode Coué dites vous… A vous lire, on voit bien que c’est la méthode désormais employée par le GGP face au désamour démocratique planétaire du nucléaire. Et prendre le score d’EELV aux dernières élections pour argumenter sur l’inintérêt des français sur le devenir du nucléaire, c’est oublier un peu vite que le PS (et sa promesse de réduction de 75 à 50 % de la part du nucléaire) à fait un peu plus de 51 %……………..

    Dan1
    Invité
    Je vais une fois encore rappeler la promesses n° 41 du président élu : In extenso : « Je préserverai l’indépendance de la France tout en diversifiant nos sources d’énergie. J’engagerai la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% à l’horizon 2025, en garantissant la sûreté maximale des installations et en poursuivant la modernisation de notre industrie nucléaire. Je favoriserai la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur. La France respectera ses engagements internationaux pour la réduction des émissions de gaz à… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    . « On ne veut plus de nuke ni ici ni ailleurs » Je m’attarderai sur ce que vous décrivez comme une remarque prétentieuse. Il ressortait encore le mois dernier que 68% des français souhaitent une inflexion dans la politique voire une perspective de sortie à terme. Cette question faisait partie d’une démonstration video parue dans les echos pour illustrer les couacs de la démocratie ou le déni de démocratie pour les plus abrupts d’entre nous. Pour cette grosse majorité de personnes , imaginez quel peut être l’impact de NS et ses blagues pas drôles sur la recherche d’un océan à Fessenheim.… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Mouais, c’est sûr certaines populations ont un gros problème d’éducation qui les pousse à adorer le nucléaire. Tiens, prenez les Finlandais et les Suédois. Ils ont une attitude martiale et solennelle et ils ne sont pas du tout démocrates… Comme les Suisses. C’est d’ailleurs cela qui explique leur goût pour le nucléaire. Pour les japonais c’était déjà bien connu, ils avaient les Ninjas et les samouraïs. Certains qui avaient une forte culture martiale adorent le charbon ou le lignite. Les Norvégiens adorent l’hydraulique le gaz et le pétrole, quand les Danois adorent l’éolien, le charbon, le gaz et le pétrole.… Lire plus »
    Rice
    Invité
    Interessant de voir comment Dan et ses confrères ne se remettent absolument pas en question, regardent systématiquement dans le rétroviseur pour imaginer l’énergie de demain (…) et se posent en donneurs de leçons de morale (ou politique)… Quant aux (vraies) démocraties, depuis Fukushima, lesquelles ont opté pour le nucléaire ????? AUCUNE. Hier, « bling-bling » est définitivement parti. Et il y a fort à parier qu’en matière de politique énergiétique de grands changements vont s’opérer, à commencer par le passage de 75 vers 50 (…), la fermeture de Fessenheim (ouf !) et la non construction du 2eme EPR (re-ouf !). LE CHANGEMENT… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Comme le dit Rice : le changement c’est maintenant. François Hollande et Jean-Marc Ayrault n’y sont pas allé de main morte : « Elue sénatrice de la Seine-et-Marne le 26 septembre 2004, elle s’est imposée dans ce monde d’hommes qu’est la commission des finances du palais de Luxembourg par la qualité de son travail et par sa capacité à apprivoiser les sujets économiques ou fiscaux les plus larges comme les plus pointus. C’est ce qui lui a valu la reconnaissance de ses pairs et lui a permis de succéder à Philippe Marini comme rapporteur général de la commission des finances d’un… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Ce n’est donc pas Eva qui s’occupera de la fermeture des 4 réacteurs de Fesseinheim? Elle a peut-être une chance dans le remaniement qui suivra certainement les législatives… Moi, je la verrais bien au secrétariat d’Etat aux anciens combattants, qui me semblent particulièrement oubliés dans ce nouveau gouvernement.

    Dan1
    Invité

    Non Eva ne fermera pas les « quatre » réacteurs de Fessenheim, pas plus que sa coach Cécile Duflot qui va aller isoler les logements français. Vous savez ces fameux logements qui ont le chauffage électrique d’EDF et qui ne sont absolument pas isolés puisqu’EDF donnait ses kWh. Eva ne sera pas secrétaire d’Etat aux anciens combattants puisque le nouveau (Kader Arif) est carrément ministre délégué !

    Sicetaitsimple
    Invité

    Excusez moi, je n’avais pas eu réellement le temps d’aller dans les détails.Si le poste des anciens combattants est déjà pris, c’est effectivement facheux….

    wpDiscuz