Enerzine

Nucléaire : le débat se déplace sur le terrain économique

Partagez l'article

A l’heure où le gouvernement promet du sang et des larmes aux Français pour tenter de résorber la dette nationale, les questions sur l’impact économique d’une sortie du nucléaire se sont invitées au centre du débat… et semblent désormais dominer les inquiétudes sur la sûreté des installations.

Un million d’emplois menacés ?

Une brèche dans laquelle s’est engouffrée mercredi le patron d’EDF, Henri Proglio, en affirmant qu’une sortie du nucléaire coûterait pas moins d’un million d’emplois (directs et indirects) à la France et "entre 0,5 et un point de PIB".

L’abandon du nucléaire "menacerait 400.000 emplois directs et indirects de la filière nucléaire, 500.000 emplois dans les entreprises actuellement localisés en France et très gourmandes en énergie, comme l’aluminium, qui risqueraient de partir à l’étranger. Il faut y ajouter 100.000 emplois futurs provenant du développement du nucléaire mondial à partir de la France", a-t-il indiqué.

Des propos qui font écho aux chiffres publiés la semaine dernière par l’Union française de l’électricité (UFE) et détaillant le coût, non pas d’une sortie totale du nucléaire mais d’une baisse de sa part dans le mix énergétique français tel que proposée par François Hollande.

Selon l’UFE, une baisse d’environ 25% de la part du nucléaire (le candidat socialiste souhaite ramener à 50% la part du nucléaire contre 75% actuellement), coûterait 60 milliards d’euros à l’économie française, auxquels devrait s’ajouter 322 milliards d’euros d’investissements dans les années à venir.

Les écologistes moins convaincants sur l’économie ?

Les écologistes, qui ont vu leur vision en faveur d’une sortie du nucléaire considérablement progresser depuis la catastrophe de Fukushima (autour des thématiques de la sécurité et des risques), semblent moins convaincants en matière économique et sociale.

Europe Ecologie Les Verts, qui milite depuis de nombreuses années en faveur d’une sortie totale du nucléaire, n’est pas pour autant pris au dépourvu et dispose de projets alternatifs chiffrés pour expliquer la pertinence économique de l’option zéro nucléaire.

Premier axe défendu, la question des provisions pour le démantèlement des centrales et le coût de leur entretien, mal pris en compte selon eux par EDF.

Sur la question de l’emploi, ils estiment également qu’une sortie du nucléaire engendrerait une conversion énergétique créatrice de 500.000 emplois d’ici 2020. Des données radicalement opposées aux grandes tendances évoquées ces derniers jours.

Pourtant, à l’heure de la crise économique européenne, le volet économique du programme écologiste ne semble pas audible. Comme si EELV n’avaient pas encore fini sa mutation pour passer d’un parti de proposition à un parti de gouvernement.

[ Archive ] – Cet article a été écrit par Matiduc


Partagez l'article

 



    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz