Enerzine

Ouverture à la concurrence… dans l’electricité

Partagez l'article

C’est vrai des centrales nucléaires mais également des barrages hydroélectriques qui ont été construits à des époques ou l’Etat était plus riche que maintenant et avait une comportement encore plus régalien, l’un, le comportement, allant généralement de pair avec l’autre, la richesse.

On vient d’apprendre à l’occasion des cérémonies qui ont eu lieu pour fêter les 60 ans du barrage de Genissiat, que les barrages nous/vous appartiennent et que EDF, ou Suez pour une partie d’entre eux, n’en sont que les exploitants avec des concessions qui courent sur 75 ans voire 70 pour les barrages plus petits.

Ce qui sous entend qu’il doit exister un loyer entre les deux dont la valeur, comme pour le loyer du réseau ferré à la SNCF, est un élément dont il est difficile de vérifier la validité par rapport aux investissements consentis initialement et à un "marché", s’il en existe un dans ce domaine.

Nous allons le savoir bientôt puisque le Ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Jean-Louis Borloo, vient d’annoncer que les contrats d’exploitation qui viennent à échéance à court terme allaient être soumis à la concurrence.

C’est donc par appel d’offre et adjudication que seront renouvelées les quinze concessions de barrages qui arrivent à échéance d’ici 2012 dont le plus connu est celui de Bort les Orgues en Correze. Et d’ici 2030 ce sont 5000MW, l’équivalent de 4 tranches nucléaires qui seront mis en adjudication.

Une révolution pour ceux qui, sans doute, considéraient cette capacité de production comme un quasi propriété, EDF pour 80pct et Suez pour les 20pct restant via la Compagnie du Rhône et la SHEM( Société Hydroélectrique du Midi) . Une démarche qui aura l’intéret de faire le point sans frais, après les rapports divers plutôt alarmistes sur l’état de ces barrages, sur leurs conditions réelles car les divers adjudicataires potentiels, avant de faire des offres, ne manqueront pas de faire un audit détaillé de leurs installations.

Les nouveaux appel d’offres comporteront des clauses de performance environnementale et impliqueront une augmentation des performances techniques car depuis l’installation de ces barrages et de leur turbines,on peut faire tirer 10pct de rendement de plus. Ce qui sous entend qu’EDF n’a pas beaucoup fait progresser la technique des installations qui lui avaient été confiés. Autre élément interessant, on va peut être s’apercevoir que les barrages en concession à EDF sont finalement loués pour une bouchée de pain ce qui ne manquera pas d’avoir un impact sur les barrages en fin de concession ( Serre Ponçon en concession jusqu’en 2052 pour 6000MW, l’équivalent de 2 centrales nucléaires) ou ceux qui ont été renouvelés récemment( 70 barrages de petite et moyenne taille renouvelés à 100pct à EDF).

Une bataille intéressante entre les grands acteurs de l’électricité européens qui devrait bénéficier au contribuable. Peut être même verrons nous Genissiat être exploité un jour par un électricien allemand ou espagnol. C’est la règle de l’Europe et on ne peut à la fois se féliciter qu’EDF reprenne British Energy sans état d’âme nationalistes chez nos amis anglais et que nous mêmes soyions réticents à l’arrivéee d’autres sociétés européennes sur notre territoire De toutes façons, pour satisfaire Kyoto et les engagements que nous avons pris ( 23pct d’énergie renouvelable d’ici à 2020) il va falloir faire feu de tout bois….

[ Archive ] – Cet article a été écrit par CaDerange


Partagez l'article

 



    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz