Enerzine

Ouverture du capital de RTE : « nous ne laisserons pas brader ce patrimoine »

Partagez l'article

Les annonces du Ministre de l’Économie, Emmanel Macron, se précisent. Ainsi dans le cadre de la velléité de vendre 5 à 10 milliards d’actifs pour renflouer les caisses de l’État, céder une partie du capital de RTE est bel et bien envisagé.

"Nous sommes ni plus ni moins face à une nouvelle phase de privatisation de nos entreprises et d’un Service Public essentiel à la Nation et aux français. Pour combler ses déficits, et répondre aux dogmes financiers libéraux et européens, le gouvernement veut vendre ses bijoux de familles, mettant ainsi en danger une infrastructure vitale et stratégique pour les usagers, l’économie française, le secteur de l’énergie. Le réseau de transport d’électricité n’est pas une marchandise banale qui peut être bradée aux intérêts mercantiles" a dénoncé la CGT dans un communiqué.

Le syndicat précise :

"L’État est prêt à vendre une partie de ses participations dans les autoroutes de l’électricité après le désastre (pour le contribuable et l’usager) de la cession des autoroutes terrestres. Les exemples sont nombreux, y compris dans le secteur de l’énergie avec la privatisation de GDF… C’est une stratégie qui apporte du cash à court terme, mais qui se révèle très rapidement ruineuse."

Et d’ajouter :

"Les nouveaux actionnaires vont exiger une rentabilité élevée dès les premières années. Pour RTE, les leviers d’actions sont connus : augmentation du tarif (TURPE), coupes budgétaires aussi bien sur les investissements que sur les dépenses d’exploitation et baisse de la masse salariale. Sachant que le coût de l’énergie est un sujet sensible, l’effort maximal va devoir être porté par les agents et in fine par l’usager au travers de la facture."

"Dans ce cadre là, une cure d’amaigrissement pour RTE sera nécessaire, pour arriver à un GRT allégé, en emplois, en missions et activités. Cela passera nécessairement par une stratégie de « bas coûts », en interne et à l’externe avec un impact fort sur le tissu économique de nos territoires et des renoncements à venir dans tous les domaines."

Avant de conclure :

"A l’heure de la transition énergétique, alors que nous construisons le réseau de l’intelligence électrique, mettons aussi de l’intelligence et du bon sens dans ces choix politiques majeurs qui nous concernent. Les réseaux sont stratégiques pour une maîtrise publique du secteur énergétique, nous ne laisserons pas brader ce patrimoine."


Partagez l'article

 



             

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    17 Commentaires sur "Ouverture du capital de RTE : « nous ne laisserons pas brader ce patrimoine »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Propv
    Invité

    Ce n’est pas pour renflouer les caisses de l’Etat que l’Etat va vendre les parts qu’il détient dans RTE : c’est pour tenter de combler le gouffre financier d’AREVA et de l’EPR !

    Sonate
    Invité
    C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire ! Si on s’en tient à la logique d’un marché libéralisé de l’énergie, ce sont des parts de EdF même que l’État devrait vendre, mais il devrait détenir RTE en propre et en direct à 100% car RTE est une infrastructure stratégique. Vendre des parts de EdF irait dans le sens de mettre EdF sur un pied d’égalité avec les autres opérateurs énergétiques. Mais je suppose que justement, EdF ne l’entend pas de cette oreille-là, alors tant qu’à devoir vendre des parts, EdF a dû suggérer que vendre des parts de RTE… Lire plus »
    seb
    Invité
    Confier à un acteur privé la gestion du réseau de transport me parrait n’avoir aucun sens (à part gratter quelques milliards ce qui peut être tentant en période de restriction budgétaire…): RTE n’est pas confronté à la concurence, ses clients sont par nature captifs. RTE applique des décisions en matière d’évolution des réseaux découlant directement de choix politiques. RTE fonctionne déja sur un statut privé, et on ne peut donc pas espérer de baisse des coûts liée à la sortie d’un système public dont on nous dit qu’il serait moins efficace. Ceci pose la question de la détermination des tarifs.… Lire plus »
    jmdesp
    Invité

    Pour RTE, je ne sais pas bien, mais pour ERDF j’ai de gros indices qu’une gestion plus efficace, plus proche des standards habituels du privé, pourrait permettre de rendre le même service en dépensant sensiblement moins.

    Tech
    Invité
    il faudrait déjà récupérer l’argent des publiciités !!! est-ce qu’une pub AREVA en france fait acheter des actions? idem pour RTE ?!? une PUB RTE !!!! quel est l’andouille qui a eu cette idée aussi saugrenue que dispendieuse? que nous payons donc dans nos abonnements! un bon vieil emprunt comme ceux des charbonnages de france et le tour est joué! ou une avance sur consommation , il y a tellement d’autres moyens de recevoir du cash que de privatiser! spécialement le transport qui doit être géré de bout en bout, même transfrontières et réadapté aux ENR sur leurs impôts locaux… Lire plus »
    Ph13
    Invité
    Quelques remarques en réponses aux différents posts ci-dessous, pour le plaisir de la discussion bien sûr: – même si ce n’est pas un bon calcul financier (le réseau de transport est une véritable vache à lait et les qq milliards récupérés ne seront qu’un goute d’eau dans l’océan de la dette…), vendre des parts de RTE ne mènera pas nécessairement au désastre qu’on nous annonce. Voir ce qui se passe ailleurs en Europe où certains GRT ont une part de leur capital ouvert. Les mêmes arguments catastrophistes ont été utilisés il y a dix ans quand EDF est passé SA… Lire plus »
    chelya
    Invité

    Vous confondez le réseau d’électricité qui appartient à l’état français et RTE qui est une société anonyme privé appartenant à la société anonyme privé qui a la charge d’être le concierge de ce réseau. RTE est une coquille vide qui a juste une autorisation de concession qui ne vaut pas plus que du papier. Je ne vois pas d’investisseur infrastructures se faire rouler comme ça. L’explication de seb est la plus réaliste (en rajoutant l’étape des dividendes d’EDF) : c’est juste un moyen de camoufler de l’endettement de l’état à un taux élevé.

    fredo
    Invité

    RTE est un réseau d’infrastructures à profil long terme, donc particulièrement adapté au financement des retraites type Fonds de Reserve des retraites, établissement public. donc vendre même une part de RTE est un manque de vision évident, maintenant si le Rastignac de l’Inspection Générale des FInances émet un oukaze par ordonnance…

    Dan1
    Invité
    A chelya – troll impénitent Lequel troll écrit : « Vous confondez le réseau d’électricité qui appartient à l’état français et RTE qui est une société anonyme privé appartenant à la société anonyme privé qui a la charge d’être le concierge de ce réseau. » Et encore : « RTE est un concessionnaire, le réseau électrique appartient à l’état et tout les investissments de RTE appartiennent également ab initio à l’état. Tout ce que fait RTE c’est gérer ce réseau pour le compte de l’état. » Deux questions au troll : 1) Avez vous lu l’article 9 LOI n° 2004-803 du 9 août 2004… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    ou aime avoir l’air ridicule plusieurs fois de suite: voir 20/08/14 à 14h06 et reponse de Bachoubouzouc qui suit.

    Dan1
    Invité

    Bien vu, je ne me rappelais plus que Bachoubouzouc lui avait déjà fait la leçon en lui administrant un peu de potion magique. Mais bon j’avais déjà un doute sur l’efficacité du produit dans le cas de chelya : Si quelqu’un possède un produit plus efficace que le dosage 100% Truth, je suis preneur.

    Dan1
    Invité

    Sinon il restera la solution ultime, l’élimination physique par privations :

    Dan1
    Invité

    Au troll Bon vous avez découvert une belle image qui soit dit en passant est depuis longtemps sur Enerzine… c’est de là que je l’ai copiée hier. M’enfin et alors pour le patrimoine de RTE et la loi 2004-803 du 9 août 2004 ?

    I. lucas
    Invité

    EDF a bien été concessionnaire du réseau à Haute Tension, mais c’était de 1946 (loi de nationalisation) à 1997 source : Le but était de transformer les amortissements de caducité qui figuraient dans les comptes d’EDF en fonds propres. La création de RTE date de 2005, donc RTE n’a jamis été concessionnaire des lignes Haute Tension, mais propriétaire!

    I. lucas
    Invité

    lire : le but- de la loi de 1997- le reste inchangé

    Dan1
    Invité

    A I.lucas Merci pour le lien Nous considérerons donc que chelya a juste une vingtaine d’années de retard, c’est un homme du 20ième siècle, pas du 21ième.

    Sicetaitsimple
    Invité

    De la dernière décade du 20eme siècle. Car quand il nous dit ici: « L’Allemagne a été la plus grosse contributrice à l’effort de baisse des émissions de CO2 de l’Union Européenne » (voir la suite des posts.). il a juste oublié ce qui s’est passé fin 1989 en Allemagne….

    wpDiscuz