Pas de moratoire sur le maïs MON810 en France !

Les ministres de l’Ecologie Alain Juppé et de l’Agriculture Christine Lagarde ont décidé hier de poursuivre la culture et la com- mercialisation du maïs transgénique MON810 de Monsanto en France.

Le MON810 vise à protéger les cultures de la pyrale du maïs, une sorte de papillon dont les larves se nourrissent de l’intérieur des tiges de la plante.

Ce maïs modifié génétiquement qui est utilisé dans l’alimentation animale a pourtant été suspendue en Allemagne. Les ministres français ont donc suivi la recommandation de la Commission du Génie Biomoléculaire (CGB) qui la juge inoffensif pour les animaux et pour les autres cultures.

Le maïs concerné est autorisé à la culture commerciale dans l’Union depuis 1998. La Commission du génie biomoléculaire avait préalablement examiné le dossier en avril 1996 et exprimé alors un avis favorable.

La Commission du génie biomoléculaire relève que l’étude ayant notamment conduit à ce réexamen s’appuie sur un protocole ne permettant pas de déterminer si les concentrations de toxines Bt observées dans ce cadre correspondent à la production réelle de toxines dans les plantes testées. Les études en laboratoire montrent par ailleurs un bon contrôle des individus sensibles. Enfin, une étude récente montre que les variétés MON810 n’ont pas plus d’impact sur les invertébrés non cibles que les autres variétés de maïs Bt.

Greenpeace condamme cette décision et déclare dans un communiqué : "le risque du MON810 est totalement indéterminé, sur la chaîne alimentaire et sur les écosystèmes. Les études totalement insuffisantes de toxicité manquent absolument de pertinence".

En France, les ONG estiment à environ 30 000 hectares la surface cultivé de cette variété.

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz