Pétrole : des forages en mer toujours plus profonds

La multiplication par 5 du prix du pétrole entre 2003 et 2008, de 30 à 150 $, a envoyé au monde le message que la demande mondiale de carburants et de combustibles ne pourrait pas être satisfaite au 21e siècle comme elle le fut au 20e, c’est-à-dire à partir de ressources pétrolières abondantes, aisément accessibles, sans risques géopolitiques et techniques majeurs.

L’effondrement du prix du baril dans le contexte de la récession de 2008-2009 a donné la fausse impression que cette problématique a disparu. Le prix du pétrole a rapidement retrouvé depuis 2010 un niveau conforme à l’état du marché et aux réalités de l’industrie : "un prix durablement supérieur à 100 $ est nécessaire pour développer les ressources offshore (en mer) indispensables à l’équilibre du marché."

Selon l’Energy Funds Advisors (ENFA), plusieurs indicateurs annoncent l’amplification du cycle des investissements sur ce segment  :

"La profondeur d’eau moyenne ne cesse d’augmenter pour dépasser désormais les 600 mètres et l’industrie s’attaque à de nombreux nouveaux projets aux très grandes profondeurs entre 2000 et 3000 m. En dépit des innovations techniques développées de façon continue par l’industrie, la profondeur d’eau croissante est synonyme de hausse des investissements."

Pétrole : des forages en mer toujours plus profonds

"L’orientation massive des compagnies pétrolières sur le pétrole offshore se traduit par des investissements en fort développement pour les appareils de forage à haute technicité, en particulier pour les très grandes profondeurs. Ce segment de l’industrie des services para-pétroliers est en passe d’atteindre la saturation des capacités disponibles : les compagnies pétrolières sont désormais prêtes à s’engager sur des contrats de location d’appareils de forage pour lesquels elles payent plus de 600 000 $ par jour pour garantir l’exécution de leurs programmes de forage d’exploration et de développement de leurs nouveaux projets. Un contrat a même récemment atteint le seuil sans précédent de 800 000 $ par jour."

"La forte demande pour les appareils de forage offshore est en passe de générer un nouveau cycle d’investissement de construction : pour être en mesure de répondre à la demande des compagnies pétrolières, les opérateurs d’appareils de forage offshore vont à brève échéance commander de nouveaux appareils à haute technicité auprès des sociétés de construction. Or, les grands chantiers de Corée et de Singapour présentent des excédents de capacité en raison de la faiblesse des carnets de commande pour les navires de commerce. Les opérateurs de forage en offshore profond devraient ainsi bénéficier simultanément de la hausse des taux journaliers payés par les compagnies pétrolières dans le cadre des contrats de location et de la maîtrise des coûts de construction pour leurs propres investissements."

Dans le contexte d’un marché pétrolier mondial toujours tendu, soutenu par la demande des économies émergentes et de l’ensemble du secteur des transports, les résultats de l’ensemble des acteurs des secteurs pétrolier et para-pétrolier, en premier lieu des services liés à l’exploitation offshore, ont déjà commencé à refléter au 4e trimestre 2011 le gonflement des flux de trésorerie (cash-flows). Cette tendance est en voie de confirmation et s’accentuera dans le courant de 2012 et 2013.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Pétrole : des forages en mer toujours plus profonds"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Rice
Invité

Toujours plus profond ! Toujours plus de risques ! Statistiquement, on a jamais été aussi proches d’une méga catastrophe écologique ! Mais bon, pas grave pour les affairistes pourvu qu’il y ait des dividendes à la fin de l’année…………..

Actro
Invité

Et vive l’anarchie c’esr ca ? Au faites vous vous déplacez comment ?

Rice
Invité
Il faudra m’expliquer le rapport entre mon post et “l’anarchie”. Si regretter que la majorité de ces entreprises préfèrent exploiter le pétrole en eaux profondes ou le gaz de schiste par fracturation pour faire un maximum de bénéfices (avec un maximum de risques écologique) c’est de l’anarchie… c’est que vous avez un problème de compréhension (ou de vocabulaire). Quant à mes moyens de locomotion, j’ai deux voitures fonctionnant au “pétrole” : la première à 13 ans et 70.000 kms, la deuxième a 11 ans et 130.000 kms. Autrement dit, je fais 17.000 kms par an en voitures ce qui est… Lire plus »
Actro
Invité

Vous vous plaignez donc que l’on puisse trouver du pétrole qui par la suite et les évolutions technologiques et/ou éventuelle quantité astronomique trouvée, permettre de réduire votre facture à la pompe de vos 17 000 kms ? Personnelement c’est votre raisonnement que je trouvais anarchique… d’autant plus avec ces informations… Et je suis navré de vous l’apprendre mais nous sommes dans un monde capitaliste, qui grâce à toutes ces grandes entreprises que vous dénigrez, vous permet de voyager dans toutes nos régions de France que vous appreciez tant… Le changement ? J’attends…

traction0
Invité

Que je soutiens à 100 %, pourtant retraité d’une carrière de technicien automobile, je dis “STOP”, même si je crache dans la soupe, il n’y a plus d’énergie fossile, il faut brûler les fonds de bougies, alors je dis aux autres, vous n’êtes que des égoïstes, vous oubliez même vos enfants, vos petits enfants car, quand nous serons aux dernières gouttes ce sera “chacun pour soi” la révolution totale, attendez encore quelques années, si vous ête encore relativement jeunes, ce sera bientôt pour vous, bon courage !!!!

Daehl
Invité

@Actro Oui nous sommes dans un monde capitaliste. Vous ne voulez pas en changer? Oui nous profitons du pétrole d’une manière ou d’une autre. Mais vous croyez qu’on a le choix de l’utiliser autrement? En clair, vous attendez le changement?? C’est marrant ça. Vous croyez que le changement va venir d’en haut, d’en bas, d’un coté? Eh bien non monsieur le pessimiste, le changement viendra de chacun de nous ou alors de la nature elle-même. Fukushima en est un bon exemple. Si Rice ne prend plus l’avion, c’est un début… Je le félicite déjà pour ça.

Actro
Invité

Je serais mort et mes petits enfants aussi avant qu’il y ai “un changement”. Et ne je ne veux pas changer notre société capitaliste !

Jmn
Invité

c’est la qu’on voit comment le petrole qui etait stocke la sans intervention humaine devient un risque pour l’humanite. Ce n’est pas moins dangereux que le nucleaire tous comptes faits. Il faudrait un moratoire sur la depense energetique dans nos societes gourmandes et gaspilleuses.

einstein30
Invité

en fait ,je crois que effectivement beaucoup de gaspillage ,je pourrais mëme dire enormement de gaspillage ; mais ça c’est dans la nature humaine ; malgre le coût des produit de plus ens plus eleve , la consommation ne diminue pas ou tres peu ; mais la profondeur de forage a des limites ;

wpDiscuz