PhotoFuel entre en phase de production pré-industrielle

Après 18 mois de R&D, l’entreprise de cleantech française PhotoFuel lance la production de préséries industrielles de plusieurs tonnes de ses matériaux innovants.

Ces matériaux améliorent l’efficacité des procédés de conversion de la lumière du soleil par les végétaux ou les panneaux solaires.

Les matériaux développés par PhotoFuel modifient les caractéristiques de la lumière solaire afin de l’adapter aux applications photovoltaïques et photosynthétiques. La plateforme technologique est applicable aux panneaux solaires, aux films pour serres agricoles, et aux dispositifs de culture de microalgues. Elle cible précisément les étapes clés des procédés pour améliorer leur compétitivité.

L’équipe dirigeante de PhotoFuel est composée de scientifiques ayant effectué des études et recherches dans les meilleures universités anglaises et américaines. Ils sont revenus en France pour lancer leur projet technique et commercial. PhotoFuel développe aussi naturellement plusieurs collaborations à l’échelle internationale. La création d’une filiale consacrée au développement du photovoltaïque en milieu urbain est aujourd’hui en préparation à Singapour.


A propos de la technologie de PhotoFuel

La terre reçoit du soleil une énergie 8 000 fois supérieure à la demande mondiale annuelle moyenne.

Cette énergie peut être convertie en chaleur, en électricité ou en biomasse. Les matériaux photoniques propriétaires de PhotoFuel permettent une modulation spectrale et une concentration de la lumière solaire pour optimiser deux types de conversions : la photosynthèse et le photovoltaïque. Un des principes de base, reposant sur la luminescence, est de décaler certaines longueurs d’ondes (ou couleurs, pour le visible) vers d’autres longueurs d’ondes plus utiles. Par exemple, les UV, généralement inutiles ou dommageables, sont transformés en bleu, le bleu peut être transformé en vert, le vert en rouge, puis en infrarouge. En combinant l’effet de plusieurs substances optiquement actives bien choisies et diverses propriétés optiques, les matériaux uniques de PhotoFuel créent, à partir de la lumière naturelle, une nouvelle lumière, conçue sur-mesure pour une utilisation finale donnée.

Trois marchés à fort potentiel sont visés :

• le photovoltaïque et notamment le solaire intégré au bâtiment.
• l’agriculture sous serre en milieu rural, urbain ou dans des installations autonomes ;
• la culture de microalgues, pour la production de composés alimentaires, de produits chimiques et de biocarburants de troisième génération ;

Les bénéfices économiques, environnementaux et sociétaux attendus sont donc majeurs.

Appliqués au photovoltaïque, sous forme d’encapsulants, les matériaux de PhotoFuel apportent une diminution des coûts de production d’électricité et offrent plusieurs avantages spécifiques dont la transparence, la faible sensibilité à orientation et la capacité à fonctionner en lumière diffuse.

Sous forme de films ou plaques plastiques, ces matériaux permettent aussi d’améliorer de manière simple et peu coûteuse la photosynthèse et le rendement des cultures sous serre (1 million d’hectares de cultures concernés dans le monde).

Appliqués à la culture de microalgues, les matériaux de PhotoFuel augmenter la productivité surfacique en biomasse et donc le principal facteur de rentabilité des futures bio raffineries.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "PhotoFuel entre en phase de production pré-industrielle"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

interessant, mais manque de chiffres sur l’efficacité obtenue. Bon vent à Photofuel!

wpDiscuz