Enerzine

Photovoltaïque : « la profession a besoin de volumes immédiatement »

Partagez l'article

Le nouveau cadre d’appels d’offres (pour les centrales 100 à 250 kW et au-delà de 250 kW), supposé permettre la survie des entreprises du secteur photovoltaïque, s’avère inadapté car il ne répond pas à l’urgence qui est de générer de l’activité suffisante à sauvegarder l’emploi dans les PME/PMI.

Tels sont les propos d’Enerplan, l’organisation professionnelle de l’énergie solaire qui demande par conséquent l’extension du tarif d’achat jusqu’à 250 kW.

Le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a annoncé le 26 mars, la refonte du cadre des appels d’offres pour les installations solaires entre 100 et 250 kW de puissance, après avoir publié mi-mars celui pour les centrales de puissance supérieure à 250 kW. Ce nouveau cadre légal constitue une mesure d’urgence, censée permettre à la filière photovoltaïque de disposer d’un volume à installer rapidement. Il vise à générer de l’activité notamment pour les PME du secteur en grandes difficulté, dans l’attente des orientations issues des conclusions du Débat National sur la Transition Energétique (DNTE).

Or après l’avoir étudié dans les détails, Enerplan a constaté que les nouveaux appels d’offres étaient inadaptés à ces enjeux. En premier lieu parce que les lauréats ne seront connus qu’en 2014, "un délai de réponse bien trop long pour des PME d’un secteur sinistré."

Ensuite, "concernant le cadre de l’appel d’offres pour les projets de 100 à 250 kWc (toitures essentiellement), sur 300 MW de volume cible prévus par le précédent appel d’offres (AO), seuls 115 MW ont été attribués compte tenu de l’annulation des deux dernières tranches. La nouvelle procédure d’AO prévoit d’attribuer 120 MW en trois périodes, mais la première tranche ne sera que de 40 MW (offres à déposer au 31 octobre 2013 et attributions en 2014). Au final, il y aura donc deux années consécutives (2013 et 2014) de très faible activité pour les PME sur le segment des toitures photovoltaïques de taille moyenne."

Enfin, "le cahier des charges de l’appel d’offre des projets supérieurs à 250 kW, quant à lui, s’avère inadapté aux PME qui ont besoin d’accéder à ce segment pour se développer."

Par ailleurs, Enerplan considère que l’obligation de « contribution à la R&D dans le secteur du solaire » instaurée reste démesurée et pénalisante pour des PME : "cela ne devrait pas relever d’une mesure d’urgence qui fait peser de lourdes charges sur les PME qui développent des centrales solaires." De même, "la garantie de démantèlement exigée est une barrière pour les PME, qui auront de grandes difficultés à constituer une telle garantie auprès des banques" a t-elle poursuivi.

"Ces appels d’offres ne répondent pas à l’urgence dans laquelle se trouve la profession qui a besoin des volumes immédiatement, puis d’une visibilité sur le moyen terme. Nous demandons donc une extension du tarif d’achat jusqu’à 250 kW, en lieu et place d’une procédure d’appel d’offres inadaptée et la révision du cahier des charges de l’appel d’offres supérieur à 250 kW. Cela pour permettre d’amorcer la réanimation du secteur, de fournir du travail au PMI/PME photovoltaïques et de sauver des emplois" a expliqué Thierry Mueth, Président d’Enerplan. Avant d’ajouter "Enerplan veut croire dans l’engagement et la volonté de ce gouvernement de voir émerger et se pérenniser une filière française du photovoltaïque. C’est pourquoi nous avons sollicité une audience dans les meilleurs délais auprès de Mme la Ministre Delphine Batho, pour lui exposer les conséquences que risquent d’avoir ce nouveau cadre d’appels d’offres sur la profession dès cette année".


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    9 Commentaires sur "Photovoltaïque : « la profession a besoin de volumes immédiatement »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    sansun
    Invité

    Les mendiants des subventions et autres crédits d’impôts se retrouvent piègés , dont ENERPLAN .Désolé de vous dire qu’une fois de plus vous ne servez à rien , vous avez créer la bulle spéculative du PV , sans jamais profiter de l’occasion pour élaborer de nouvelles solutions . et maintenant l’état EDF et sa clique impose les appels d’offres qui contribuent à couler la filière définitivement . Bravo !

    Sicetaitsimple
    Invité
    Un best-off des communiqués d’Enerplan serait interessant à analyser. Il y a quelques années, le prédecesseur du Monsieur ci-dessus se pourléchait les babines d’un tarif de l’ordre de 600€/MWh dans un congrès(à Barcelone, je ne sais plus?), j’avais passé le lien sur la vidéo sur Enerzine, c’était à pleurer sur le fond et à rire sur la forme. Il y a environ 2 ou 3 ans ans, la grid parity était reine….Pas de souci, encore 3 ou 4 ans de tarifs et après vogue la galère, plus besoin … Et là, bah faut des tarifs quand même… Bon, très honnêtement,… Lire plus »
    fredo
    Invité

    Si le best off des communiqués d’Enerplan a pour but de refaire l’histoire, il serait interessant de faire aussi la corrélation avec l’évolution des devis, on constatera qu’il qu’il y a bien un lien avec les coûts d’installation. Parler de grid parity pour 2013, vous voulez plutôt dire 2015, évoqué par Suntech aujourd’hui disparu ! Concernant votre proposition de tarif inférieur pour la tranche 100-250kwc, le dernier AO 100-250kwc a abouti a un tarif moyen supérieur à la tranche 100kwc (229€ Mwh vs 193 Mwh source rapport Hespul Cler juillet 2012). Etre même niveau serait donc un progrès !

    Sicetaitsimple
    Invité

    Si le tarif 36/100 est « workable », il ne serait pas anormal qu’un tarif « 100/250 » soit un peu inférieur, non? ( coûts fixes quasi identiques). Mais effectivement, si le résultat des AO est supérieur aux tarifs d’achats proposés, autant en rester à ceux-ci, ça limitera la paperasse et poussera au développement des projets les moins chers pour la collectivité.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Bien sûr avec un « cap » annuel et une diminution solide des tarifs en fonction du % d’atteinte de ce « cap ». Ce n’est pas aux développeurs de PV quelqu’ils soient ( du particulier à EDF En) de décider de l’augmentation de la facture des consommateurs d’électricité via la CSPE, mais bien aux pouvoirs publics, d’où l’absolue nécessité d’un cap et d’une trajectoire tarifaire plus qu’incitative, ne laissant la place qu’aux meilleurs projets.

    Pan gao
    Invité

    Suntech exixte, mais son bilan est déposé. Il n’a pas pu faire face à une échéance de 540 Millions USD le 20/03. 8 banques chinoises ont engagé une action à son encontre. Je ne pense pas que « le chinois s’en fiche » et « qu’il travaille pour son marché intérieur » maintenant…

    Sonate
    Invité

    Le processus d’appel d’offres national est d’une lourdeur complètement inadaptée pour des projets de cette taille. Bien sûr, cela tue les PME. Le tarif hors-appel d’offres existe pour répondre aux obligations de la France de proposer un tarif d’achat tout en étant conçu pour s’assurer que aucun projet ne pourra exister à ce tarif-là, hors des appels d’offres et donc du contrôle de l’état.

    s4m
    Invité

    et moi j’ai besoin d’une voiture, d’un appart et de 100 000€, je vais de ce pas prendre rdv avec Madame Batho =)

    Catalan
    Invité

    cherchez moi sur google… il y a des MW Chinois disponibles actuellement, déja dédouanés et hors quota des taxation à postiori . tarif très attractif si cde au container

    wpDiscuz