Pics de consommation: haro sur le chauffage électrique

Face aux records de consommation électrique enregistrés cette semaine, des voix s’élèvent pour porter la responsabilité de ces pics sur l’important taux d’équipement en chauffage électrique des français.

"L’exception française, qui réside dans un très important pourcentage de chauffages électriques, coûte très cher d’un point de vue environnemental, économique et social", pointe le Comité de Liaison des Energies Renouvelables (CLER).

Greenpeace chiffre cette part du chauffage à "10 % de la consommation globale d’électricité [en France]". "80 % des constructions neuves sont aujourd’hui équipées en chauffage électrique", ajoute l’ONG.

Du côté des Verts, on met en cause le modèle nucléaire français : "pour consommer la surproduction électrique d’EDF, le chauffage électrique a été implanté massivement en France", estime le parti.

Pour les associations écologistes, le chauffage est directement responsable des pics de demande lors des périodes de froid : "Les jours de grand froid, la demande dépasse l’offre et il faut faire appel aux vieilles centrales au fioul d’EDF et importer du courant d’Allemagne, championne des centrales à charbon", expliquent les Vetrs. S’appuyant sur une étude à paraître prochainement, Greenpeace en évalue l’impact environnemental : "le contenu en CO2 du chauffage électrique approche les 600 g de CO2 pour tout kWh supplémentaire, contre 230 g par kWh pour le gaz, par exemple."

Dans un entretien au Parisien, le PDG d’EDF dément ces accusations : "Les pics actuels de consommation ne viennent pas du chauffage électrique chez les particuliers mais de l’usage d’appareils électroménagers" affirme-t-il.

Le CLER en demande la preuve, et réclame la "publication de statistiques précises sur les consommations liées au chauffage électrique et […] la réalisation d’études sur ses conséquences environnementales, économiques et sociales". Le Comité de Liaison qui en profite pour rappeler que les pompes à chaleur ne sont toujours synonymes d’économie d’énergie : "leurs performances en période froide sont aussi mauvaises que celles du chauffage électrique direct", rappelle-t-il.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

37 Commentaires sur "Pics de consommation: haro sur le chauffage électrique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
lion
Invité

Depuis le début de cette semaine, nous battons auusi les records de consommation de gaz, alors haro sur le chauffage au gaz?

lion
Invité

Depuis le début de cette semaine, nous battons aussi les records de consommation de gaz, alors haro sur le chauffage au gaz?

pasnaif
Invité
Le moins éduqué des français voit de lui même, en comparant les courbes RTE de puisance appellée sur le réseau électrique, que le chauffage électrique des immeubles et particuliers n’est pour rien dans les pics: En effet comparons les courbes d’hier à celle de demain samedi: En gros le même froid glacial – donc tous les chauffages électriques à fond (moyen principal de chaufage) qui pompent régulièrement 24h/24  n’affectent que la “base”, c’est à dire sont inclus dans le creux de 4h du matin (conjointement avec l’éclairage public, l’industrie alimentaire (frigos) et les usines au ralenti –  mais en jour… Lire plus »
Petar91
Invité
“19h et 23heures? Eh oui, ce sont les pointes sur le réseau dues esentiellement aux consommations individuelles (cuisine, retour à la maison, PC, TV etc). Ah, ces Greepeace se dégradent chaque année, ils étaient plus crédibles il y a 20ans !!!!”A verifier, les gens rentrent du travail et allument donc leurs chauffage (en imaginant que la plupart utilise un thermostat d’ambiance programmable ou non). D’ou le pic de consommation. L’electromenager ne onsomme pas autant que le chauffage electrique, et on attend pas d’etre en hiver pour s’en servir. Le chauffage reste donc l’element majeur du pic de cette période de… Lire plus »
Dan1
Invité
Je ne vais pas revenir sur le contenu en CO2 du chauffage électrique que j’ai largement développé par ailleurs. Je voudrais simplement souligner le fait qu’on nous ressort encore les fameux 600 g/kWh qui n’ont aucune signification présente et que d’aileurs l’ADEME ne cautionne plus.  Je rappelle, qu’au plus fort du pic, et en faisant l’hypothèse très improbable que tout ce qui est consommé hors hydraulique et nucléaire (20 %) faisait 1000 g/kWh, à 19h00 le 05 janvier nous étions péniblement à 200 g/kWh.Ce qui est plus grave, c’est que cette désinformation et propagande est relayée par l’industrie gazière nationale.… Lire plus »
Bombom
Invité
Je me demande pourquoi, en cette semaine si particulère, le débat se focalise sur les pointes de 19h. Les courbes montrent que la production hydroélectrique arrive ban an mal an à encaisser le choc.Il faut donc d’intéresser à la quantité globale d’énergie demandée sur la journée. Et là il est incontestable que plus il y a de chauffage électrique plus il y a de consommation électrique.Je ne connais rien aux interconnections France-étranger mais j’ai cru comprendre que la France exportait de moins en moins d’élec. Je demande à être convaincu du fait qu’il ne faut pas raisonner à l’échelle européenne (ou au… Lire plus »
Jerome
Invité
A en croire les politiques, le chauffage est un poste qui ne consomme rien ! Alors que c’est bien le contraire et que c’est aussi pour cela qu’ils ont pousé à l’extrême l’aberration du chauffage électrique pour justifier l’une des énergie les plus sales… le nucléaire.Normalement avec un peu de bon sens, l’habitat devrait être quasi passif concernant les besoins en chauffage et refroidissement. Un logement qui ne coute pas en frais d’exploitation n’intéresse pas les “puissants” car où trouveraient-ils leur argent… C’est le même pb concernant la maîtrise de la prolifération des vehicules particuliers et des moteurs qui loin d’être… Lire plus »
Dan1
Invité
Essayez également d’adhérer à la vérité démontrée, vous verrez, c’est pas mal non plus ! Cela évite de finir par se mentir à soi-même. Comment arrivez-vous à 600 g de CO2 pour le chauffage, même lors d’un record de consommation et même avec des importations extrêmement polluante. Exposez-moi vos calculs.Pour y arriver, il faut tordre la vérité et admettre dans le même temps que des utilisations type télévision, pourtant très liées aux pointes, consomme moins de CO2/kWh que la moyenne journalière, ce qui est un comble et qui est démenti par l’étude REMODECE.Le contenu en CO2 du kWh est le… Lire plus »
Nature
Invité

Dans ces circonstances de forte consommation éléctrique on constate l’inanité de l’apport éolien,dont on aimerait connaître la réalité en date et en heure.Mais il semble évident qu’une bonne part de la solution se trouve dans l’isolation thermique,elle aussi facteur d’apport économique et d’une logique absolue.Il y a une quinzaine d’années j’avais découvert le triple vitrage à 200 km au nord du cercle polaire,le confort surprenait les bons français enfermés dans leur routine.

Reivilo
Invité
 Nature, tout à fait d’accord sur l’isolation qui s’inscrit dans la bonne démarche globale :1 sobriété  – conscience individuelle et comportement – c’est la base de tout le reste2 efficacité –  production et consommation efficace – c’est de la technologie par exemple triple vitrage. C’est aussi la performance des équipements (rendement) – contre-exemples en production centrales thermiques sans cogénération (35%), en consommation lampes à incandescence (10%), évidemment chauffage électrique qui fait au mieux du 35 sur le cycle complet…3 renouvelables – parce que même en étant très bon sur 1 et 2 il faut toujours de l’énergie consommable moins vite… Lire plus »
Emilou
Invité

Le Comité de Liaison qui en profite pour rappeler que les pompes à chaleur ne sont toujours synonymes d’économie d’énergie : “leurs performances en période froide sont aussi mauvaises que celles du chauffage électrique direct”, rappelle-t-il.Il faudrait préciser qu’ils parlent des PAC air-air , car les PAC eau-eau avec captage en sous-sol ont toujours un COP de 3-4 même par temps froid.

Startijenn
Invité
Pour répondre aux questions de Dan1 sur la forte production de CO2 liée au fonctionnement des centrales thermiques, je relaye les propos de Reivilo sur le scénario Néga Watts. Dans le lvre “La Maison des Néga Watts” cela est bien expliqué. Nous pouvons voir à la page 53 le chiffre de 950 g de CO2 produits par kWh électrique produit par les centrales à énergie fossiles en France. Ces centrales électriques au fioul, ou au gaz ou au charbon n’ont un rendement de 30 à 35% de fourniture d’énergie finale par rapport à l’énergie primaire consommée. Alors qu’une simple chaudière individuelle… Lire plus »
Remy
Invité
je veux bien croire que le chauffage électrique n’est pas le seul responsable de la pointe et que les appareils électroménagers sont des vilains méchants mais si  leur consommation ne se cumulait pas à l’appel de puissance déjà occasionné par le chauffage électrique, on entendrait même pas parler de la pointe. D’ailleurs, en dehors de l’hiver, vous en entendez parler de la pointe ?Juste un chiffre tiré du bilan RTE 2007, secteur consommation des professionnels et particuliers : août 10.800 GWh, janvier 21.371. La différence c’est quoi ? y’aurait pas un peu de chauffage électrique là dedans ?Le problème c’est que pendant… Lire plus »
stef.baly
Invité
“les pics ne viennent pas du chauffage électrique mais de l’usage d’appareils electroménagers”. C’est vraiment nous prendre pour des cons !… Comme si l’hiver je faisais tourner 3 fois plus mon lave-vaisselle que l’été !…Sur l’analyse de la ventilation des consommations dans un ménage, je vous invite à consulter :’est fou comme le nucléaire plombe le débat en France. Hélas, il faut bien faire le constat que 30 ans d’aveuglement dans une seule et unique technologie et nous a pas sauvé !Sardou chantait “ils ont du pétrole, on a des idées”. J’ai surtout l’impression qu’on a eu une seule et… Lire plus »
larsais
Invité
Certainement le chauffage électrique a sa part de responsabilité dans les pointes de consommation en période de froid.Pour deux raisons principales : d’abord l’utilisation de chauffages “d’appoint”, que l’on met pour compenser un chauffage de base calculé un peu tro juste ( problème de l’investissement initial)Ensuite par la perte simultanée du phénomène de foisonnement des consommations. Pourquoi, parcequ’en fonctionnement normal, les convecteurs commandés par thermostat se coupent lorsque la température de consigne est atteinte et se remettent en service un peu après. On calcule le foisonnement autour de 20%. Mais lorsque la puissance du dit convecteur ne suffit plus pour… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour Emilou : Je suis tout à fait d’accord sur le distinguo qu’il faut faire entre PAC géothermique et aérothermique. Le handicap des PAC aérothermiques, même les meilleurs, est d’avoir un rendement qui se dégrade quand la température baisse, en clair : quand on a on a besoin de beaucoup de chaleur, le rendement est médiocre. Pour conserver un rendement acceptable, il faut de plus utiliser un chauffage à basse température. Ce défaut n’existe pas ou est très atténué avec les systèmes géothermiques horizontaux et quasi inexistant avec les sondes sur forage. De plus, dès que l’on descend un peu en profondeur,… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour Startijenn : Cela fait déjà quelques mois que j’ai exposé la problématique du contenu en CO2 du kWh sur Enerzine. Cherchez bien vous y trouverez toutes les références qui vous intéressent et que vous connaissez déjà peut être. Vous y trouverez aussi de très long développement sur l’énergie primaire et finale. Donc rien sur le contenu et le rendement des centrales thermiques. Je connais par ailleurs le rendement des chaudières au gaz, car j’en ai une à la maison qui fonctionne très bien. J’ai par ailleurs aussi longuement exposé mes réticences vis à vis du scénario Négawatt qui prévoit la… Lire plus »
christian
Invité
Sans vouloir ajouter de confusion à la discussion, j’aimerai souligner que les records de 91 GW sont dénués de sens : forcément on bat des records, puisque la population augmente !Peut-être ceux qui ont les chiffres ici peuvent distinguer ce qui est le secteur résidentiel (qui est proportionnel à la population) et les autres secteurs (qui fonctionnent aussi pour l’export, et sont décorrélés de la population).J’aimerai bien, un jour, voir ramené à 1 habitant toutes ces grandeurs de consommations électriques, d’émissions etc…Comme ça, si on fait des progrès en termes d’économies, ou en terme de transfert d’une source vers une… Lire plus »
marius76
Invité
Pour Dan1, bmd (et d’autres…)les émissions de CO2 se comptent sur les cheminées où il est émis, et pas ailleurs. Vouloir affecter un contenu en CO2 pour les usages finaux d’électricité relève de la gageure : il n’y a aucune relation physique entre productions et consommations (puisque le réseau mutualise l’ensemble), et on est obligé de se livrer à des spéculations purement intellectuelles pour en inventer. Du coup, tout le monde y va de la sienne : certains sont de farouches partisans du contenu moyen, d’autres du contenu marginal…Dan1 nous invite à diviser les tonnes de CO2 émises par les… Lire plus »
Dan1
Invité
Votre raisonnement trouve ses limites dans les chiffres publiés par RTE en 2007. Je reprends ci dessous, une partie de l’argumentaire développé dans l’article : La B Zero de Bolloré une électrique prometteuse » publié le 17 octobre 2008. Début de citation : L’argumentaire complet a déjà été développé dans les commentaires de l’article : « Des hydroliennes en France au large de Paimpol en 2011 » publié le 16 juillet 2008. Simplement une conclusion : si vous imputez 600 g de CO2 au chauffage électrique qui consomme 65 TWh par an, vous lui imputez au total 39 millions de tonnes de CO2 par an. Or,… Lire plus »
marius76
Invité
Je sors du bois et donne une illustration de la méthode que j’avais esquissé mardi dernier. Selon les chiffres de RTE, le 19 décembre 2007 (jour de consommation maximale de l’hiver 2007/2008), on a eu :- consommation : 1931 GWh- production nucléaire : 1372 GWh / charbon : 133 GWh / fioul : 41 GWh / hydrau : 165 GWh- échanges : import de 66 GWhLe 7 décembre avait été nettement plus doux :- consommation : 1508 GWh- production nucléaire : 1228 GWh / charbon : 119 GWh / fioul : 0,1 GWh / hydrau : 161 GWh- échanges :… Lire plus »
stef
Invité
Dan, comme à chaque fois votre critique du scénario Negawatt est de dire qu’il prévoit 160 TWh de gaz en 2030. Et ce pour l’électricité. Vous ne regardez que la production d’électricité en occultant le reste. Il ne faut pas regarder uniquement les émissions dues à l’électricité, mais bien les émissions globales du pays. Sinon on ne peut pas comparer deux scénarios, un qui privilégierait le tout électrque (chauffage, transport, …) et un qui chercherait d’autres vecteurs énergétiques.Et donc si on regarde l’ensemble des émissions prévues dans Negawatt, on arrive bel et bien à un facteur 4 en 2050. Mais… Lire plus »
Django
Invité
Evidemment  , le scénario  négawatt  est  “sans le nucléaire”  … Ou  comment Greenpeace  et  consort  voudraient  imposer   à  la  planète  entière ” Leur  mode  de vie  à  eux ” (s ‘ il le pouvaient) au  détriment  de  l ‘ avis  de  tous  ceux  qui  refusent  de penser comme eux .  Ils  voudraient  (s ‘ il le pouvaient) décider  pour tout  le monde ;de l ‘ avenir commun  de  l ‘humanité  .  Sauf  que  ce scénrio  “négawatt” n ‘est  que la projection  abusive de  leur idéologie  qu ‘ ils voudraient  imposer  comme “vérité” à  tous les  autres  .  Cela  sera  bien  entendu à  l ‘ avenir  laissé  aux … Lire plus »
stef
Invité
Voici un commentaire très constructif… Pourquoi faites vous le lien entre Greenpeace et Negawatt ? Quel est le rapport ?Et Greenpeace ne veut pas “imposer” son mode de vie à la planète entière, mais tire la sonnette d’alarme sur des sujets sensibles, qui de son point de vie mérite réflexion. Ca a aumoins le mérite d’ouvrir le débat sur des questions environnementales. Sans les ONG les politiques n’auraient jamais pris conscience (pour peu qu’ils en aient pris conscience…) de certains problèmes environnementaux.Et pour l’instant ce ne sont pas les ONG qui imposent leur moded e vie à la terre entière,… Lire plus »
Django
Invité
Et  surtout   Greenpeace   qui   fait  pleinement  parti   de  la  mouvance  Alter-mondialistequi  a  des  projets  politiques . Greenpeace  est  aussi  devenu   sous  pretexte  de  tiré  la sonnette d’alarme sur des sujets sensibles( qui de son point de vie mérite réflexion) une   machine  à  faire  du  Fric   tout  azimut   .  Et  les ” greenpeacistes”  ne  considèrentun  commentaire  comme  constructif  que  lorsqu’  il  va    dans   le   sens  de  leurs  idées .Et  toutes   ces  ONG    écolos-altermondialistes  veulent  vraiment   imposer   à  la  planète  entière ” leur  mode  de vie  à  eux ” (s ‘ il le pouvaient) au  détriment  de  l ‘ avis  de  tous  ceux  qui  refusent  de penser comme eux… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour marius76 : Votre méthode est intéressante, et les informations sont justes, mais cette méthode présente deux biais évidents qui invalident la comparaison sur l’année : 1) Vous mélangez des informations de flux « physiques » et des informations de flux  « contractuels ». Or cela est incompatible car les échanges physiques et contractuels ne correspondent pas. 2) Vous fixez une référence relative qui ne permet pas de connaître exactement la part du chauffage électrique dans le nombre de MW appelé. On ne peut donc en déduire, un contenu global sur l’ensemble de la période de chauffage.     Pour ceux que cela intéresse, je donne… Lire plus »
Django
Invité
Mais  cela  concernent  ce genre  d’ Ong  à  la   Greenpeace , réseau  SDN , etc…Qui  truquent  au  profit  de leurs  idéologies  politico-économiques  un  débat  important sur les choix énergétiques  de la  France  et de l ‘ europe .  Regardez  comme  ils  ont bienréussi  à  infiltrer  les  grands  médias  comme  Télé  , radio , presse  écrite  ou  il est du  “plus  grand  chic”  d’ être   Antinucléaire  …  ou  les  rares  pronucléaires  en sont presque  à  raser  les murs :  Cela  n ‘ a   rien de démocratique  ,cette  situation là ,honteusement  truquée  par  infiltration  progressive  du milieu médiatique , c ‘ est  mêmehorripilant… Lire plus »
christian
Invité
Cher Marius,Vous dites :”Je m’étonne d’ailleurs que les nucléophiles français ne manient pas davantage cet argument”Certes, je profondément suis d’accord avec vous sur le fait de considérer l’Europe comme l’horizon pertinent, car je suis viscéralement européen.Il n’empêche que les règles communautaires ignorent cette logique, que les émissions sont comptabilisées “sur le sol” et pas “sur la ligne électrique”, que la France même moins émettrice est assujettie aux mêmes efforts que ses voisins…Ah, si l’intégration européenne était allée plus vite…Par ailleurs, si EDF est certainement contente de vendre de l’électricité nucléaire à nos voisins, ne croyez-vous pas qu’Areva serait contente de… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour marius76 :  1ière objection : les systèmes européens d’électricité sont certes interdépendants… selon les limites des lignes actuelles de transport THT qui peuvent absorber aux alentours de 10 % de la production nationale. Le raisonnement national est donc encore majoritairement valable et on peut lui adjoindre la valeur des échanges physiques qui est connue et notamment publiée par l’UCTE. Pour rendre les systèmes électriques européens encore plus interdépendants et ainsi s’approcher de la théorie des marchés, il suffit… de construire beaucoup de lignes à très haute tension !   2ième objection : je trouve que c’est très-très fort de culpabiliser le consommateur… Lire plus »
christian
Invité

Cher Dan1,J’aurai quelques questions personnelles à vous poser, et, en fonction des réponses peut-être une proposition (honnête) à vous faire. Pouvez-vous me contacter hors-forum ?Merci d’avance,

marius76
Invité
Je reprends point par point les 3 objections de Dan1 :1) sur les capacités d’export françaises : la France a exporté 47 TWh l’an dernier, elle en avait exporté 77 en 2002 ; faire 30 TWh de plus que l’an dernier comme je le suggère n’a rien d’irréaliste, surtout que les capacités sont supérieures maintenant à ce qu’elles étaient il y a 5 ans (vers la Belgique notamment), et qu’elles devraient augmenter vers l’Espagne.2) sur où sont les vrais problèmes : là, je suis bien d’accord avec Dan1 (et Christian), ils sont bien en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Espagne… Lire plus »
lion
Invité
Ce débat est curieux. En hiver, lorsqu’il fait froid et nuit très tôt, nous assistons toujours à des pics de consommation énergétiques. Pics de consommation de gaz, pic de consommation de fioul domestique, pics de consommation de bois, pics de consommation de chauffage urbain et pics de consommation électrique. pourquoi chaque fois se focalise-t-on sur l’électricité. Pour moi c’est un mystère. Diabolise-t-on l’électricité en tant que telle ou à cause de ses modes de production. Si c’est cette dernière hypothèse qu’on le dise et qu’on ne se casse pas la tête avec le CO2 par kWh. Pourquoi n’ouvre-t-on pas un… Lire plus »
christian
Invité

Merci lion, sincèrement : c’est la première fois que j’éclate de rire en lisant les débats… J’adore “le débat insensé sur le pic de consommation de gaz”.

Enthalpie
Invité

je vois que mon point de vue est largement partagé. Juste un points qui n’a pas été cité. Le chauffage électrique c’est à vie et interdit tout autre forme d’énergie primaire. imaginé les travaux dans un immeuble pour repasser des tuyaux d’eau… Avoir un chauffage gaz par exemple c’est demain du solaire (renouvelable et sans C02) ou du bois qui est le combustible de demain renouvelable et à faible co2.. ou un mixte, avec par exemple pour les immeubles un réseau de chauffage urbain

Francois2
Invité
Ce qui est certain et connu, c’est que la France est sous-consommatrice de gaz par rapport aux pays voisins, notamment en raison de la proactivité d’EDF dans le chauffage électrique ( et d’investisseurs immobiliers peu scrupuleux) depuis la fin des années 70. Ce qui est sûr aussi, c’est que le chauffage explique pour grande partie le différentiel de consommation entre l’été et l’hiver sur la courbe de consommation élec totale de la france. Et l’écart s’est réduit avec le développement de la clim. Tout le monde sait que le RTE fait des prévisions très précises en fonction des prévisions de… Lire plus »
Francois2
Invité
Du fait de son fort équipement en chauffage électrique(30%), la France a une très forte sensibilité aux baisses de température. Ce taux de 30% est totalement atypique en Europe. Il faut quand même savoir que la publicité pour le chauffage électrique est interdite en Belgique ! Il faut quand même savoir qu’EDF a donné des aides sonnantes et trébuchantes aux installateurs, aux promoteurs immobiliers. et à ses clients pendant des années pour développer le chauffage électrique face au chauffage au Gaz. Près de 30% des logements étaient équipés de chauffage électrique en 2006, contre environ 2% trente ans plus tôt,… Lire plus »
Francois2
Invité
Sensibilité aux températures extérieures Du fait de son fort équipement en chauffage électrique(30%), la France a une très forte sensibilité aux baisses de température. Ce taux de 30% est totalement atypique en Europe. Il faut quand même savoir que la publicité pour le chauffage électrique est interdite en Belgique ! Il faut quand même savoir qu’EDF a donné des aides sonnantes et trébuchantes aux installateurs, aux promoteurs immobiliers. et à ses clients pendant des années pour développer le chauffage électrique face au chauffage au Gaz. Près de 30% des logements étaient équipés de chauffage électrique en 2006, contre environ 2%… Lire plus »
wpDiscuz