Plan de vol pour la réduction des émissions aériennes

Lundi, le ministère de l’Ecologie a signé une convention avec le secteur aérien, qui fixe des objectifs de réduction des émissions de CO2, du bruit et de la consommation de carburant.

Air France-KLM, La Société des Aéroports de Paris (ADP), la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande (FNAM), le Groupement des Industries Françaises d’Aéronautiques et Spatiales (GIFAS), l’Union des Aéroports Français (UAF), ainsi que le Syndicat des Compagnies Aériennes Autonomes (SCARA), se sont engagés sur des objectifs de réduction dans trois domaines : les émissions de gaz carbonique, les émissions d’oxydes d’azote (NOX) et les nuisances sonores.

Les émissions devront être réduites de 50 % d’ici à 2020 pour les nouveaux avions, impliquant une réduction de la consommation des nouveaux appareils. Cet effort apelle également la modernisation de la flotte existante.

Au niveau européen, la recherche aéronautique s’est fixée comme objectif pour 2020 une réduction de la consommation de carburant et des émissions de CO2 de 50% par passager/km, et de 80% les émissions de NOX, tout en réduisant de moitié le bruit perçu. Pour soutenir ce programme de recherche, le ministère de l’Environnement rappelle que la France a doublé en 2008 ses aides à la recherche aéronautique.

Pour la période 2005-2012, Air France-KLM s’est engagée à réduire de 20% ses émissions de CO2 sur la desserte Métropole-DOM et de 5% sur ses vols intérieurs. La Compagnie promet également faire passer le niveau bruit de son activité sous le niveau enregistré en 2005.

Les compagnies ont également promis de renforcer l’information du public, par la mise en place de moyens d’information tels que des calculateurs de CO2 et en renforcement de l’accessibilité des mécanismes de compensation.

Les aéroports se sont pour leur part engagés à recourir à l’architecture HQE pour la construction du futur quartier d’affaires Coeur D’Orly, et des terminaux T2G et S4. Roissy a annoncé sa volonté de se doter de véhicules propres.

Pour combattre les nuisances sonores, l’altitude des avions en région parisienne sera relevée de 300 m d’ici à 2011. La taxe sur les nuisances sonores a été revue à hausse au 1er janvier 2008 pour les aéroports d’Orly et Nantes, note à ce sujet un communiqué du ministère. Cette taxe vise à fournir une aide à l’insonorisation des logements riverains.

 

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz