Enerzine

Plus de 100 MW photovoltaïque pour GDF Suez en France

Partagez l'article

Le parc de Besse-sur-Issole (Var) compte parmi les plus puissantes installations photovoltaïques de France. Il produira plus de 20 millions de kilowattheures par an, l’équivalent de la consommation électrique de 11.000 personnes, près de 4 fois la population de la commune.

Cette installation se caractérise par une densité énergétique remarquable (1,2 hectare/ MWc installé, soit près de deux fois mieux que la moyenne du secteur), et donc une emprise au sol restreinte. Adossée à une colline dans le centre du Var, l’intégration paysagère de la centrale a été particulièrement travaillée pour une implantation parfaitement adaptée au site, réduisant la surface du parc à 17 hectares contre les 30 initialement prévus. Cette performance a été rendue possible grâce à l’utilisation d’un logiciel innovant développé en interne pour optimiser l’agencement des panneaux sur des reliefs complexes.

Pour la construction du parc, GDF Suez a impliqué des entreprises locales et régionales pour les travaux de génie civil, de voirie et d’installation électrique. 50 emplois en moyenne ont ainsi été mobilisés durant 8 mois sur le site.

Avec le parc solaire de Besse-sur-Issole, GDF Suez exploite aujourd’hui un total de 105 MWc photovoltaïques en France. Cette année, à travers La Compagnie du Vent et La Compagnie Nationale du Rhône, le Groupe a gagné dix nouveaux projets lors d’un dernier appel d’offres national, pour une puissance totale de 53,35 MWc. Ces nouveaux projets confortent l’objectif de GDF Suez d’exploiter 200 MWc en France d’ici 2016.

Plus de 100 MW photovoltaïque pour GDF Suez en France

"Ce parc solaire illustre notre stratégie ambitieuse de développement en faveur de projets concertés et participant à la transition énergétique en France. Notre Groupe est particulièrement engagé autour de cet enjeu majeur pour notre pays. Notre ambition est forte : devenir leader de la transition énergétique en Europe, en nous appuyant sur le développement des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le smart energy" a déclaré à l’occasion de l’inauguration, Jean-François Cirelli, Vice-Président Directeur Général Délégué de GDF Suez.

Avec déjà 7.000 MW de capacités renouvelables installées en Europe, GDF Suez prévoit d’investir 1 milliard d’euros d’ici 2016, en priorité dans l’éolien terrestre et le solaire. GDF Suez est par ailleurs engagé dans le développement des énergies renouvelables marines, telles que l’hydrolien et l’éolien en mer. Dans ce domaine, le Groupe vient d’être retenu par l’Etat pour construire et exploiter les parcs éoliens en mer du Tréport (500 MW) et des îles d’Yeu et Noirmoutier (500 MW).


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    40 Commentaires sur "Plus de 100 MW photovoltaïque pour GDF Suez en France"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Tech
    Invité

    d’un coté gdf va se plaindre que des centrales thermiques au gaz ne seraient plus rentables et de l’autre ils construisent du renouvelable !!!!

    Bachoubouzouc
    Invité

    Le discours de GDF n’a rien de double : Ils ne sont pas contre les ENR en elles-même. En revanche ils sont contre le système actuel, où les moyens de production de pointe ne sont pas valorisés à leur juste valeur.

    Longaz
    Invité

    Il y aura bientot un marché de capacité pour les besoins de pointes.C’est inévitable pour l’avenir.

    Verdarie
    Invité
    Entre deux vérités il y a toujours ce qu’on souhaite et ce qu’on peut Aucun des fournisseurs d’énergie ne peut s’exclure de travailler-ou plutôt de faire travailler, Suez est devenu Inéo -sur les nouvelles technologies, car c’est en travaillant sur ces questions qu’on pourra sans doute améliorer l’offre et la faire correspondre avec les attentes ? Et les nouvelles technologies sont partout. Par exemple le charbon propre est une nouvellle techno utilisée par Gdf Suez pour développer son offre au Maroc. Evidemment la question qui vient ensuite c’est: Est ce que le charbon peut être propre ? Est ce qu’en… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Ca s’appelle de la destruction créatrice, une nouvelle technologie chasse l’autre et les revenus de la nouvelle technologie compense ceux qui sont perdus par l’ancienne. Les grands groupe de l’électricité avaient toute liberté pour développer les EnR et ils ne se sont pas privé de le faire. Il faut peut être rappelle que ces groupes ne perdent toujours pas d’argent, tout ce qui s’est passé c’est qu’ils en gagnent moins pour la simple et bonne raison qu’auparavant ils avaient un monopole et que maintenant ils se font prendre des parts de marché par des nouveaux entrants. J’aime bien cet édito… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Et si chaque pays se mettait à subventionner des centrales qui ne produiront jamais d’électricité de leur vie (=marché de capacité), on risque même de se retrouve avec encore plus de centlales inutiles que maintenant ! » Absolument. Et à votre avis, on peut faire comment autrement pour assurer la sûreté du système électrique ?

    Tech
    Invité

    à Chelia et Bachou mais ça existe déjà avec les centrales nuke au ralenti en non périodes de pointe. c’est à dire plus que la moitié de l’année! elles fonctionnent presque à mi puissance! donc ne sont pas optimisées! solution transformer progressivement le réseau en smartgrid et améliorer le stockage en obligeant chaque nouveau moyen de prod à prévoir une part de stockage.

    Lionel-fr
    Invité
    J’aurais bien ma petite idée à ce sujet.. Reste à connaitre le coût annuel exact de la super pointe, lui retrancher ce qu’on peut effacer grâce au déploiment national de Linky chez les utilisateurs de fossile bien pourvus en réseau. (Absorber l’excédent permet de « remonter » la ligne de prod-base au détriment de la pointe) Diviser le coût global par le reliquat en GWh/pointe et comparer ce cout par GWh à celui d’une installation hydrogène …. Là on tient un aloritme bien plus intéressant que celui que font les gens de ce forum en comparant l’hydrogène (pointe) à la production en… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « mais ça existe déjà avec les centrales nuke au ralenti en non périodes de pointe. c’est à dire plus que la moitié de l’année! elles fonctionnent presque à mi puissance! donc ne sont pas optimisées! » Vous racontez des conneries : Comme on l’a déjà dit plusieurs fois sur Enerzine, l’utilisation des centrales nucléaires est optimisée par le calage des arrêts de tranches. En été, quand la consommation est la plus faible. La preuve : Sur le portail client de RTE, vous trouverez la disponibilité des tranches nucléaires. Par exemple, en ce moment (en été) la disponibilité est de 45GW, sur… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Il n’y aucun risque sur la sûreté du système électrique. » Encore une fois, Chelya raconte des conneries pour cacher ce qu’on disait depuis longtemps : A cause du modèle économique actuel des ENR, des centrales thermiques ne sont plus rentables, sont mises sous cocon, et viennent à manquer l’hiver quand on a besoin d’elles et que les ENR ne sont pas au RDV : Alors si en plus de ça vous rajoutez des fermetures politiques de centrales nucléaires…

    Bachoubouzouc
    Invité

    « Tous les warnings que vous avez ce sont des warnings sur le fait que les régulateurs nationaux n’auront pas tous 20% de marges sur le territoire national pour passer les pointes sans importations… » Là encore, vous ne racontez qu’un tas de conneries : Par exemple, RTE a bien pris en compte les importations dans son bilan prévisionnel 2014. Vous pouvez même voir p12 qu’ils ont simulé l’ensemble de la plaque ouest-européenne au pas horaire :

    Temb
    Invité

    Au lieu de vous énerver que pensez-vous de ceci : Ils ont modélisé sur un an en conditions climatiques réelles la production et la conso allemande avec 100% d’ENR. Très intéressant.

    Bachoubouzouc
    Invité

    « Au lieu de vous énerver que pensez-vous de ceci Ils ont modélisé sur un an en conditions climatiques réelles la production et la conso allemande avec 100% d’ENR. Très intéressant. » Nous en avons déjà débattu ici : Je ne pense pas qu’il faille nous répéter. La conclusion était : Tout cela est bien beau, mais trop cher.

    Lionel-fr
    Invité
    Pour sécuriser à court terme d’ici 2018, il n’y a qu’une solution : supprimer la TVA sur les timers, communiquer régulièrement sur la consommation électrique (dans les bulletins meteo) , prendre des partenariats avec les enseignes de bricolage. Comme la meteo a des alertes oranges et rouges, la consommation électrique doit en faire autant et en tous cas, couper une partie des moyens de chauffage chez les particuliers entre 18.30 et 19.30. Même en l’absence de rétribution , les gens ont suffisament de sens commun pour faire l’effort de ménager le réseau contre les blackouts. D’ici 2018, il n’y a… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Même en l’absence de rétribution , les gens ont suffisament de sens commun pour faire l’effort de ménager le réseau contre les blackouts. » On pourrait (devrait) faire ça en effet. Mais ça compliquera la tâche de prévision de la consommation. L’autre solution (à faire en parallèle) serait de ne pas fermer Fessenheim en 2016. Je parlais tout à l’heure de messages sybillins des gestionnaires de réseau vers les politiques, celui-là semble le plus gros !

    chelya
    Invité
    Le bilan prévisionnel de RTE montre que ça passe… Tout ce que vous avez c’est un risque d’avoir moins de marge de sécurité si on a le plus gros hiver jamais connu en France pendant une année bien spécifique ET qu’on a pas de capacité renouvelable ET que les pays étrangers ferment plus de centrales que prévus… En gros ce que vous proposez c’est tout simplement l’équivalent de commander (puis de jeter) pour 1 milliard d’euro de Tamiflu au moment de la « crise » du H1N1… Pour répondre à ce problème : les centrales gaz sont déjà inutiles parce qu’en cas… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « Tout ce que vous avez c’est un risque d’avoir moins de marge de sécurité » C’est le principe d’une alerte sur un scénario prévisionnel. Normalement, ça passe, mais en cas d’aléa il ne faudra pas venir gueuler… Et vous connaissant, vous serez pourtant le premier à le faire. « Pour répondre à ce problème : les centrales gaz sont déjà inutiles parce qu’en cas de froid extrème le réseau de gaz est saturé… » Prouvez le. « Si vous installer directement une chaudière fioul vous avez besoin de 3 fois moins de puissance et strictemnet aucun raccordement électrique, ni de générateur électrique… » Le raisonnement… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Les périodes de « tension » sur le réseau , c’est au pire une centaine d’heures par an, On ne va quand même pas en parler tous les jours à la météo….. Et les « alertes » sur le mode « citoyen », ça existe déjà au moins au plan régional, cf. pg Ecowatt: Vous pouvez je pense vous inscrire, même si vous n’êtes pas breton.

    Sicetaitsimple
    Invité

    « Je ne pense pas qu’il faille nous répéter. La conclusion était : Tout cela est bien beau, mais trop cher. ». C’était effectivement la conclusion de certains ( dont la mienne), le problème c’est que l’étude en question n’abordait jamais ce sujet des coûts. Si on ne compte pas, tout (ou presque) est possible. Avec un budget infini (et des industriels qui suivent coté fourniture, notamment de batteries), je vous fais un scénario 100% PV en Allemagne Allez, soyons raisonnables, on gardera un peu d’éolien!

    Tech
    Invité

    à bachou, en parlant de conneries vous vous tirez une balle dans le pied! 27% des centrales à l’arrêt! autrement dit il faut en gros construire 4 centrales pour en faire travailler 3 tout cela pour les faire fonctionner toutes ensemble quelques semaines par an! on a donc construit des centrales nuke pour fournir la pointe!!! et après on critique l’intermittence ou la CSPE!

    trimtab
    Invité
    « …Et les « alertes » sur le mode « citoyen », ça existe déjà au moins au plan régional, cf. pg Ecowatt:… » Bonjour l’ami. Oh que vous avez raison. Ceci dit, pourquoi pas une petite mention à la météo du soir pour dire que demain coté jus c’est ‘rouge’! Comme mon petit boitier TEMPO qui me prévient à 20h du soir (tiens tiens! c’est l’heure de la météo sur FRance 2 !) que le lendemain ‘ça craint’, et que si je suis assez bête pour vouloir faire un pizza au four atomique à 19h du soir, ça va me couter un bras et une… Lire plus »
    Lionel-fr
    Invité
    Tout ce qui est dit ici confirme la nécessité d’un smart grid. Mais tout ceci ne restera que paroles en l’air si on ne sensibilise pas les gens à ce dont il est question ici. Aucun smart grid ne fonctionnera bien si les gens n’en comprennent pas l’utilité. 6ct : la meteo ne publie pas d' »alerte verte », elle ne dit rien dans ce cas. Le terme alerte ne s’applique qu’à l’orange et au rouge. La disponibilité electrique répond exactement aux mêmes critères. Une carte de France avec des départements colorés uniquement en cas d’alerte lorsque l’approvisionnement est limite.. Actuellement, on… Lire plus »
    trimtab
    Invité

    « ……6ct : la meteo ne publie pas d' »alerte verte », elle ne dit rien dans ce cas.. » Patience l’ami, comme j’ai dit plus haut….ça vient…..: trimtab

    Hyppieunpeuglan
    Invité

    Je ne comprendrai jamais la logique d’avoir favoriser les grands champs de solaire au lieu de l’implantation systématique de panneaux solaires partout. Nos toits ne servent à rien, nos parkings prennent le soleil, mais on se bouffe de la nature pour foutre du panneau… Niveau économie ok, niveau écologie on attendra.

    Dan1
    Invité

    Le PV c’est écologique évidemment… ça va sans dire ! Pour voir la chose du côté du lézard (ocellé), je vous suggère un peu de lecture :

    Bachoubouzouc
    Invité

    « tout cela pour les faire fonctionner toutes ensemble quelques semaines par an! on a donc construit des centrales nuke pour fournir la pointe!!! » Ca n’est un secret pour personne que le nucléaire français a un taux de disponibilité autour des 80% (pas vraiment comparable à celui des ENR…). Qu’on place ces périodes d’indisponibilité au moment à cela nous arrange le plus, c’est du bon sens ! Je ne vois pas trop ce que vous trouvez à reprocher !?

    Dan1
    Invité
    A Tech Comme Bachoubouzouc, je ne vois pas très bien ce que vous voulez démontrer avec votre critique de la disponibilité du parc nucléaire 2G ? Connaissez-vous beaucoup de gros systèmes capables de fonctionner en moyenne, à pleine puissance 75% du temps sur 40 ans ? Connaissez-vous des systèmes capable de fonctionner parfois 8 760 heures par an ? Parce qu’il arrive qu’un réacteur nucléaire (en Finlande ou Corée) fonctionne 100 % du temps d’une année. Si vous voulez calculer l’adéquation de la production nucléaire française avec la demande, vous pouvez toujours consulter les données de de RTE : En… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    « autrement dit il faut en gros construire 4 centrales pour en faire travailler 3 tout cela pour les faire fonctionner toutes ensemble quelques semaines par an! on a donc construit des centrales nuke pour fournir la pointe!!!  » Il n’y a en effet comme expliqué ci-dessus par Bachou et Dan1 aucun scoop dans ce qui semble tant vous étonner.La seule chose, c’est qu’en France cette « pointe » dure envirion 6 mois ( disons Octobre/Mars). Vous pouvez nous faire l’équivalent pour le PV, puisque c’est le sujet? Ca donnerait « on a donc construit des centrales PV pour fournir aux moments où il… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    C’est sûr qu’on peut se poser la question quand on voit certaines prédictions : Que va faire l’Allemagne avec 200 GW de PV et accessoirement 750 GW de moyens de production d’électricité ? 750 GW qui tourneraient 8760 heures par an, c’est 6 570 TWh/an ! Soit 10 fois plus que ce que l’Allemagne produit actuellement… c’est pas un peu beaucoup pour un pays à la pointe de l’écologie… et en déclin démographique ? Ou alors, ce parc pléthorique tournera au ralenti… moins de 800 heures par an ? Ou alors, les prédictions sont du gros pipeau… environ 10 fois… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité

     »GDF Suez prévoit d’investir 1 milliard d’euros d’ici 2016, en priorité dans l’éolien terrestre et le solaire. GDF Suez est par ailleurs engagé dans le développement des énergies renouvelables marines, telles que l’hydrolien et l’éolien en mer. Dans ce domaine, le Groupe vient d’être retenu par l’Etat pour construire et exploiter les parcs éoliens en mer du Tréport (500 MW) et des îles d’Yeu et Noirmoutier (500 MW) ». ça avance ! A+ Salutations Guydegif(91)

    Tech
    Invité
    comme monmessage n’est pas passé, je le réécri aux toujours les mêmes bachou dan et 6CT. mon propos était de dire que pour le nuke aussi il y a des dépenses qui ne produisent pas! reproche qui n’est fait en général qu’aux ENR! la non utilisation d’un quart des centrales est quand même à noter, peu de ‘vulgum pecus ‘ sont « au courant » ;o)) exemple un seul EPR va enter en fonction, quand il va être arrété pour maintenance, ce sont autour de 2 veilles centrales qui ne seront pas en maintenance qui devront prendre le relais, seront elles dispos,… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    A Tech « la non utilisation d’un quart des centrales est quand même à noter » Vous n’avez rien trouvé de mieux comme prose ? Quand on disserte sur un facteur de charge éolien de 25% ou un facteur de charge photovoltaïque de 10%, on ne dit pas que 75 % ou 90% des capacités installées sont inutilisées… bien au contraire on dit que même quand 100% des capacités sont disponibles et utilisées, elles ne produisent que 25% ou 10% de l’équivalent pleine puissance et de façon intermittente et aléatoire.

    Sicetaitsimple
    Invité
    pour le nuke aussi il y a des dépenses qui ne produisent pas! Il y a des dépenses pour un parc qui produit entre 75% et 80% de ce qu’il produirait s’il était à pleine charge du 1/01 au 31/12, oui, mais c’est juste un calcul idiot car c’est techniquement impossible. Que le « velgum pecus » ne soit pas au courant,soit. Maintenant je vous invite quand même à comparer sur le site RTE la variabilité de la production nucléaire ( sur une semaine, un mois, voire une année) avec celle de l’éolien ou du PV (les trois étant considérés comme chacun… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    un arrêt pour maintenance d’un site NUKE de 900 MW, ce n’est pas comme une maintenance d’un éolienne ou d’une centrale PV d’1 ou 2 MW! Oui, je vous confirme que personne n’a rien à faire ( je parle d’une situation type france métropolitaine) de l’arrêt pour maintenance d’une éolienne ou d’une centrale PV de 1 à 2 MW, car même s’il y en a 100 ou 500 dans le même cas, c’est totalement du second ordre vis-à-vis de la variabilité d’un jour à l’autre du soleil ou du vent. Le système electrique doit vivre sans soleil (ce qui arrive… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    « Chaque fois que vous mettez une grande centrale vous êtes obligé de la doubler avec une capacité de réserve tournante en permanence parce que vous ne savez pas si elle va tomber en panne » Sauf que c’est mutualisé sur l’ensemble des moyens de production raccordé au réseau européen. Vous allez tout de même pas nous faire croire que pour chaque réacteur (ou centrale à charbon) « utile » il faut une autre centrale « inutile » ! Curieusement, c’est l’éolien qui pose le plus de problème à cause des coupures brutales et quasi synchronisées lorsqu’il y a trop de vent…. et là pas question… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Et Tech parlait essayait déjà de rendre le nucléaire intermittent : Sauf que son « intermittence » est pilotée et que le 8 février 2012 (dies horribilis) pendant la pointe historique de consommation, le nucléaire français produisait plus de 59 GW (sur 63,2 installé). Bizarrement personne ne parle du score excellent du nucléaire durant les mois de l’hiver 2011-2012. A ce moment là, le parc 2G a pas dû trop pomper sur la réserve !

    Dan1
    Invité
    « Avec les grosses productions thermique comme le nucléaire ou le charbon vous êtes obligé à la fois de doubler les lignes et de garder des centrales à mi charge capable de remonter. » Doubler les lignes, c’est d’abord avoir deux points (voire trois) d’évacuation de la puissance produite et accessoirement pour assurer la sécurité d’alimentation des auxiliaires de la centrale. Cela s’appellent un réseau maillé… rien de nouveau. Maintenant, vous allez nous expliquer commebt on a fait jusqu’à maintenant pour garder des centrales à mi-charge lorsque toutes les cenrales thermiques sont à fond. Donc comment fait la France, quand le nucléaire… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    Chelya va bientôt nous démontrer que pour assurer un équilibre entre la production et la consommation, il faut installer plus de puissance dans un réseau alimenté majoritairement par du « pilotable »de grande puissance unitaire ( nuchéaire, thermique, hydro) que dans un réseau alimenté majoritairement par de l’intermittent ( éolien, solaire))! Racontez ça au « vulgum pecus » de Tech si vous voulez…. La réserve primaire en France c’est environ 700MW, la secondaire environ pareil, et la tertiaire ( à l’arrêt mais prête à démarrer) environ 1000.Point barre, et ça sert à l’ensemble de la production, du déclenchement d’une tranche nucléaire de 1400MW aux… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    « Les réseaux les plus fiables en Europe sont les réseaux danois et allemands BTW. » L’expert chelya a encore frappé, c’est sûr l’Allemagne c’est solide, jugez plutôt : Mais bon, depuis novembre 2006, les Allemands ont peut être renforcé les lignes à haute tension pour pouvoir au moins en déconnecter une sans risque !

    Dan1
    Invité

    Pour ceux qui s’intéressent à la problématique de la stabilité des réseaux électriques, voici le document très didactique de RTE : Je ne sais plus si nous l’avions déjà cité.

    wpDiscuz