Plus de 6 000 raccordements au réseau en 2007

En 2007, 6 290 demandes de raccordement au réseau national ont été accordées, représentant une puissance déclarée de 7 118 MW.

ERDF a publié le relevé des installation raccordées au réseau au 31 décembre 2007. Il en ressort qu’en nombre, le photovoltaïque montre une prédominance des petites installations, avec un total de 3401 raccordements effectués dans toute la France pour une puissance maximale déclarée de 11,5 MW.

En tête des régions de France les plus demandeuses, l’Ouest (898 raccordements), Rhône-Alpes-Bourgogne (879) et la Méditerranée (637). Pour une moyenne de 3,4MW par demande de raccordement.

Répartition du nombre de raccordements au réseau en 2007

C’est également dans l’Ouest que l’on compte le plus de raccordements d’installations éoliennes : 77, pour une puissance maximale de 432 MW. En terme de puissance, la Manche-Mer du Nord déclare 527,1 MW de puissance réparties sur 71 nouvelles installations.
Au total, La France a vu tourner 341 nouvelles installations raccordées en 2007 au réseau national, pour une puissance déclarée de 2 336 MW. Soit 6,8 MW en moyenne par raccordement effectué.

Au total, 7 118 MW de nouvelles capacités ont été raccordées au réseau, correspondant à 6 290 nouvelles demandes.

Répartition des raccordements en 2007 par puissance

On observe notamment 1 347 Mw de puissance hydraulique, provenant de 1 668 installations, en particulier dans le Sud Ouest (385,9 MW de nouvelles capacités sur 531 sites)
Les nouvelles installations de cogénération ont quant a elles déclaré 2 246 MW de nouvelles capacités, réparties sur 650 sites.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Plus de 6 000 raccordements au réseau en 2007"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dan
Invité
Les 3401 raccordements de PV pour 11,5 MW correspondent a priori à des installations de 1 à 3 kWc. Dans ce cas, en prenant une moyenne de 2 kWc, le kWh produit sur 20 ans vaut en moyenne 0,97 euros (44 000 kWh produit pour une installation coûtant 18 000 € et une vente de 25 000 € d’électricité). le montant moyen des subventions par installation est d’environ 33 000 € sur cette durée. Au bilan, les 11,5 MW installés coûtent au contribuable 190 millions d’Euros ou 16,5 millions d’euros le MW ou bien 750 Euros le MWh. A ce… Lire plus »
Dan
Invité
Ce que j’ai écris est un peu confus et partiel : “pour faire 5% des besoins de la France (24 TWh) cela coûterait 18 milliards d’Euros sur 20 ans dont 7,5 milliards tout de suite (dont 3,8 pours le contribuable).” Reprenons : pour faire 5% des besoins de la France (24 TWh par an), cela coûterait au total 465 milliards d’Euros sur 20 ans (le kWh à 0,97 Euros et 480 TWh au total) dont 368 pour les contribuables et 97 pour les particuliers. Il faudrait investir tout de suite 42 % du total soit 194 milliards d’Euros dont 97… Lire plus »
Lemodian
Invité

Ces calculs sur un coin de table de bistrot n’ont pas grand chose à voir avec la réalité. L’ADEME et RTE ont montré que le coût supporté par les utilisateurs sur chaque kWh était infime. Attention, cette aide aux énergies nouvelles ne représente qu’une petite partie de ce qui est indiqué sur votre facture d’électricité. L’essentiel est constitué par les obligations de service public pour permettre une égalité entre tous les utilisateurs.

G audras
Invité

Ce n’est pas étonnant car la doxa libéral impose de rémunérer les acteurs privés pour qu’ils investissent. Si on était passé par un service public ad’hoc réalisant de grands projets, on aurait économisé sur la rémunération des investisseurs privés, l’énergie dépensées en dossiers administratifs, l’effet d’échelle, le surcoût de l’intégration… bref on aurait pu réaliser 2 à 3 fois plus de puissance pour le même cout.

Dan
Invité
Il s’agit effectivement de calculs de coin de table (mais pas de bistrot !). Beaucoup plus modestement, je fais ce que Jean Marc Jancovici a beaucoup développé sur son site et que j’aime bien. Ma seule ambition est de montrer quelques ordres de grandeur, ni plus ni moins. Il y a peut être quelques erreurs et surtout des approximations. Les plus perspicaces sauront les corriger. Je reste persuadé que ce type d’approche reste nécessaire, bien qu’insuffisant pour faire appréhender au citoyen les enjeux et les remèdes possibles (apothicaire ?) concernant l’énergie. Car sans cela le citoyen est pris à témoin… Lire plus »
Pro pv
Invité
Les commentaires des lecteurs d’Enerzine font preuve d’un manque cruel de vision.1) Concernant le cout du soutien du PVPourquoi le PV n’aurait pas le droit au soutien des pouvoirs publics comme l’ont été à leur époque toutes les filières de production d’énergie électrique (Charbon, Hydraulique, Gaz) et comme l’est toujours le nucléaire. Vous parlez de plusieurs centaines de millions d’Euros en 2015 pour quelques % de la consommation annuelle. Le budget annuel consacré au nucléaire seul et bien supérieur à cette valeur. Rappelons que le budget annuel du CEA est à lui tout seul de 2.7 Milliards d’Euros aujourd’hui !2)… Lire plus »
Dan
Invité
Je n’ai rien contre le PV, bien au contraire. Je me verrai bien en installer sur mon toit… et d’ailleurs si on m’y pousse ! en 7 ans j’aurai amorti l’installation, après c’est du bénéfice… si les subventions demeurent (voir le Japon). 1) Soutien du PV : ce n’est pas un problème de droit, de justice ou d’équité. Toutes les énergies ont bénéficié du soutien publique, en retour, il faut un service rendu. Le nucléaire a produit en base plus de 5000 TWh en 30 ans. Si le PV pouvait faire de même, je signe tout de suite. 2) Coût… Lire plus »
wpDiscuz