Pneumatiques usagés : comment faire du neuf avec du vieux !

Avec les prévisions de croissance du marché mondial du pneumatique, la demande en matières premières va considérablement augmenter dans les décennies à venir ; La mise en place de nouvelles voies de valorisation des pneumatiques usagés devient donc particulièrement opportune.

En réincorporant à l’échelle industrielle des matières recyclées de pneumatiques usagés dans les neufs, les technologies développées par TREC (Tyre Recycling ou recyclage des pneumatiques) renforcent le niveau d’expertise en France, pour le développement d’une économie circulaire en cohérence avec les filières existantes.

Le projet TREC, piloté par Michelin et comprenant également le CEA, Protéus (Groupe PCAS) et SDTech s’attachera à développer deux voies innovantes de valorisation de pneumatiques usagés.

La première, TREC Régénération, consiste en la régénération de mélanges de gomme pour la fabrication de pneumatiques neufs. La seconde, TREC Alcool, permettra la production d’un intermédiaire chimique nécessaire à la synthèse de matières premières utilisées dans la fabrication de pneumatiques.

L’alcool ainsi produit interviendra notamment dans la filière française de production de butadiène BioButterfly, en complément des alcools issus de biomasses telles que sucres, bois, résidus agricoles…

Pneumatiques usagés : comment faire du neuf avec du vieux !

TREC Régénération

SDTech et Protéus partagent avec Michelin leurs savoir-faire en matière de micronisation et de dévulcanisation sélective par des biotechnologies, afin de créer une « micropoudrette » qui pourra être utilisée comme matière première dans la fabrication de pneus neufs performants.

TREC Alcool

Pour cette deuxième voie, Michelin, le CEA et Protéus, vont mettre au point une chaine de technologies allant de la gazéification des pneumatiques usagés à la production d’alcool par fermentation du gaz de synthèse obtenu (syngaz).

TREC couvre l’ensemble des étapes de recherche et de développement des procédés, depuis les concepts scientifiques, jusqu’à la validation sur un démonstrateur industriel, en passant par la phase pilote et en s’appuyant sur la complémentarité des compétences et expertises des partenaires.

D’une durée de 8 ans, TREC dispose d’un budget de 51 ME. Le projet a été sélectionné par l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) pour un financement global à hauteur de 13,3 ME pour Michelin et SDTech dans le cadre du programme Investissements d’Avenir.

"La stratégie d’innovation du groupe Michelin est de toujours faire le meilleur usage possible de la matière première. Le projet TREC est une parfaite illustration du concept d’écoconception et nous permettra de faire des pneus neufs performants en intégrant des matières premières de qualité issues de pneus usagés, grâce aux expertises du CEA, de Protéus et SDTech" a précisé Terry Gettys, Directeur de la Recherche et du Développement du groupe Michelin.

[Photo : Pierre Henry Muller ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Pneumatiques usagés : comment faire du neuf avec du vieux !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

Il y a aussi une autre solution, proche de TREC,… française, basée sur la Pyrolyse à haute température et à l’abri d’O2 ! Technique = BioGreen utilisé en pyrolyse des pneus ! Voir NB.: le site est en anglais, mais ne pas s’y tromper la société est française ! facilité pour s’ouvrir à l’export. A+ Salutations Guydegif(91)

wpDiscuz