Enerzine

Poitou-Charentes : 1er bâtiment d’Habitation Collectif à Energie Positive

Partagez l'article

L’opération immobilière "Les Edens De Royan" qui comprend un Bâtiment collectif achetée en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement) s’inscrit dans un appel à projet lancé conjointement par la Région et l’ADEME, « Appel à Projet Bâtiment Basse Energie ».

La Commune de Royan, venderesse du terrain, le Promoteur EDEN Promotion et le Bailleur Social départemental HABITAT 17, ont travaillé « main dans la main » pour cette réalisation. Le chantier a démarré en octobre 2012 pour une entrée des lieux des 1ers locataires en mai 2014.

Un bâtiment remarquable :

Un cellier d’environ 4 m2 et une place de stationnement sont dédiés à chaque logement.

La performance énergétique de ce bâtiment remarquable est BBC (Bâtiment Basse Consommation) – 40 % soit 30 kWh / m2 /an. La consommation d’énergie nécessaire au sens réglementaire (pour se chauffer, s’éclairer et la production d’eau chaude) et celle spécifique des occupants ( TV, cuisine, lave-linge etc …) est compensée par la production d’une centrale solaire photovoltaïque.

La définition d’un bâtiment BEPOS (BAtiment à Energie POSitive) est qu’il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.

Cette centrale de production d’électricité photovoltaïque de 36 kVa de puissance produit environ 40 MWh par an.

La consommation de bois pour le chauffage et l’eau chaude est 20 MWh, soit 18 tonnes par an, venant en complément de la production solaire.

Poitou-Charentes : 1er bâtiment d'Habitation Collectif à Energie Positive

La conception d’un bâtiment Thermos

L’énergie la moins chère est celle que nous ne consommons pas !

L’enveloppe de ce bâtiment est conçue pour limiter au maximum les besoins de chauffage (déperditions des parois) en recourant à des épaisseurs d’isolant très importantes de 30 à 50 cm.

Les fenêtres côté Nord sont en triple vitrage et les ouvertures sont dimensionnées pour profiter au maximum des apports solaires gratuits (Conception bioclimatique).

Un soin particulier a été apporté pour favoriser le confort d’été par intégration de protection solaire passive, par l’augmentation de l’inertie grâce à la masse des refends en béton banché et du choix architectural de créer des logements traversants permettant la ventilation naturelle (free cooling).

La structure est composée de béton pour ses caractéristiques structurelles, acoustiques, et d’inertie, ainsi que d’ossature bois pour limiter les ponts thermiques, les surcharges de poids sur les fondations et pour l’optimisation des épaisseurs d’isolant.

Un travail sur l’énergie grise (énergie nécessaire pour la production d’un matériau, très élevée pour le béton armé, beaucoup plus faible pour le bois) a influencé le choix de réaliser la fac¸ade sud et le dernier niveau en attique tout en ossature bois.

Un m3 de bois mis en œuvre sur un chantier, c’est une tonne de CO2 stockée.

Les ponts thermiques sont quasiment inexistants avec l’emploi, lorsque cela était nécessaire, d’isolation par l’intérieur et par l’extérieur.

Les choix structurels ont permis également de limiter très fortement les ponts thermiques, coursives béton portant sur des consoles côté nord et balcons sur structure métallique coté sud.

Une attention particulière a été apportée sur la qualité de l’étanchéité à l’air de ces logements. Le résultat obtenu est de 0.6 au lieu de 1, soit 40 % en dessous de ce qui est demandé pour la RT 2012.

Poitou-Charentes : 1er bâtiment d'Habitation Collectif à Energie Positive

Un Bâtiment fonctionnant aux énergies renouvelables

Aussi faible que soit sa consommation, il faut produire un peu d’énergie pour le confort des occupants, chauffage et eau chaude sanitaire.

La centrale de production d’eau chaude est composée d’un champ de capteurs solaires thermiques avec en appoint une chaudière bois à granulés.

L’énergie solaire, gratuite, est stockée dans des ballons pour être redistribuée soit pour le chauffage (pour alimenter les radiateurs), soit pour la production d’eau chaude.

Une chaudière bois à granulés de faible puissance (56 kW) permet de générer de la chaleur en appoint pendant les périodes d’absence d’ensoleillement ou de très grand froid. Un silo de 9 t permet le stockage des granulés de bois (déchets des scieries) et limite l’approvisionnement à deux fois /an.

Les consommations électriques du bâtiment, mais également celles des occupants (éclairage, TV, cuisson etc …) sont compensées par la production d’électricité de la centrale photovoltaïque en toiture.

Poitou-Charentes : 1er bâtiment d'Habitation Collectif à Energie Positive

La prise en compte du confort acoustique

Compte tenu de la présence à proximité de la rocade de Royan, deux études acoustiques ont été réalisées sur la base des esquisses, pour orienter le choix de l’architecte. Les logements traversant dont les balcons donnant tous sur le côté opposé, sont protégés par le bâtiment faisant office de « mur anti bruit ».

Poitou-Charentes : 1er bâtiment d'Habitation Collectif à Energie Positive

L’occupant du logement au centre de la réflexion

Les logements sont tous largement ouverts sur le sud, donnant sans ressaut sur des grands balcons. Ces balcons sont agrémentés de pare-vues bois pour favoriser l’intimité des locataires.

L’architecte s’est attaché à intégrer une pièce de rangement par logement, ainsi que des placards dans chaque chambre.

Le cahier des charges des équipements intérieurs était exigeant pour une pérennité optimale des ces logements (Sol PVC avec sous couche acoustique, des volets roulants électriques, des gestionnaires de chauffage performants etc. …).

Les charges énergétiques restent modestes et le resteront dans le temps, les coûts de l’énergie ne faisant qu’augmenter et sont estimées à 120 euros environ par an et par logement.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    8 Commentaires sur "Poitou-Charentes : 1er bâtiment d’Habitation Collectif à Energie Positive"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    papi12
    Invité
    Belle réalisation. Quelques questions ? comment est produite l’ECS : s’agit-il d’une production collective avec boucle de didtribution et comptage au logement ? Ces solutions sont souvent fortement déperditivessi mal étudiée et mal calorifugée. J’ai en charge une installation à 160 kWh elec + 27 kWh par m3 (je rappelle que le besoin pour 1 m3 de 10 à 55°C est de 1×4186/3600 x (55-10) = 52 kWh hors perte, hors boucle…) 2) Comment l’installation a-t-elle était dimensionnée ? Classiquement en ECS on dimensionne par rapport au minimum de consommation en été, donc on limite la surface pour limiter les… Lire plus »
    Pastilleverte
    Invité

    ce qui est plaisant, c’est l’attention portée au confort des utilisateurs au-delà des consommations énergétiques, à savoir acoustique, rangements, balcons. En ce sens, la démarche est très « DD ». Bravo !

    Lepetit
    Invité

    pour une fois qu’on y fait quelques chose a Royan

    aurel
    Invité

    Des épaisseurs d’isolant de 30 à 50 cm et des fenêtres triple vitrage pour au final n’arriver qu’au label BBC… j’ai l’impression que c’est du gachis ! Et le concept de bâtiment positif est un peu limite: on produit plus qu’on ne consomme… mais pas au moment où on consomme. Donc on revend à EDF sa production photovoltaique au prix fort, et on rachête des kWh nucléaires à bas prix.

    Homer
    Invité

    Je n’est pas vu de stockage sous forme électrique, comment l’électricité est-elle produite en soirée ?

    Sandine
    Invité

    Je ne crois qu’il y ait de stockage le bâtiment doit être raccordé au réseau et doit donc soutirer la nuit et injecter le jour.

    Homer
    Invité

    Si c’est le cas c’est domage, parce que ça veut juste dire que c’est une centrale PV avec des gens dedans ….

    Aloun77
    Invité

    C’est nul le chauffage bois ça pollue en ville , c’est ridicule de continuer à en installer. Même un système électrique ou au pire gaz serait mieux. ça m’énerve le chaufage bois , c’est vraiment un truc de bobo débile

    wpDiscuz