Polémique autour du choix de CEZ en Slovaquie

Greenpeace a demandé à la Commission européenne d’examiner la façon dont le gouvernement de Robert Fico a choisi l’entreprise tchèque CEZ comme partenaire dans son projet de construction d’une centrale nucléaire à Jaslovské Bohunice. Les activistes de Greenpeace reprochent au cabinet d’avoir choisi cette entreprise, sans véritable appel à candidature publique, ce qui est selon eux en contradiction avec la législation de l’Union. Le Ministère de l’Economie rejette cette critique.

La nouvelle centrale nucléaire est censée être créée à Bohunice sur les territoires où deux anciens blocs de la centrale ont été démentelés. Dans le même temps, deux nouveaux blocs nucléaires à Mochovce vont bientôt être terminés à l’aide de la Centrale Electrique slovaque et du groupe italien Enel. Selon les hypothèses, la nouvelle centrale va coûter entre 4 et 6 milliards d’euros. La construction devrait démarrer en 2014, la production en 2020. La décision concernant le type et la capacité du réacteur n’a pas encore été prise.

Le gouvernement a décidé de coopérer avec CEZ l’année dernière au mois de décembre après avoir eu le choix entre une dizaine de candidats différents. En effet, CEZ est devenu le partenaire officiel pour la construction d’un nouveau bloc de centrale nucléaire à Jaslovské Bohunice. L’entreprise slovaque (publique) JAVYS y aura une part de 51%, le tchèque CEZ 49% . Cette coopération avait été vivement saluée par les partenairs engagés dans le projet :
– "Le contrôle de cette société va marcher sur le principe de l’égalité entre les deux partenaires, en dehors du représentant officiel qui va être choisi parmi les délégués de JAVYS," avait indiqué le porte-parole, Dobroslav Dobak.
– "Les liens historiques qu’ont les industries énergétiques tchèque et slovaque font partie des liens les plus forts en Europe. Désormais on va encore les renforcer par la construction de cette centrale qui va contribuer à reconstituer l’indépendance énergétique de la Slovaquie et qui va modérer le déficit de capacités de fabrication de l’électricité slovaque," avait dit le directeur général de JAVYS, Jan Valko.

Aujourd’hui, si le projet n’est pas complétement remis en cause, un début de controverse s’est installé.

[BE Slovaquie numéro 10 (13/07/2009) – Ambassade de France en Slovaquie / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/59947.htm]

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz