Pollution de l’air : plus 430 000 décès prématurés en Europe par an

La pollution atmosphérique constitue le premier risque sanitaire d’origine environnementale en Europe. Elle raccourcit l’espérance de vie des personnes affectées et contribue à l’apparition de maladies graves, telles que des maladies cardiaques, des troubles respiratoires et des cancers.

Selon un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), la pollution de l’air continue de causer plus 430 000 décès prématurés en Europe par an.

Le rapport 2015 de l’AEE sur la qualité de l’air en Europeen dresse le bilan de l’exposition de la population européenne aux polluants atmosphériques et fournit un aperçu de la qualité de l’air fondé sur les données de stations de surveillance officielles dans toute l’Europeen. Le rapport montre que la plupart des citadins restent exposés à des niveaux de pollution atmosphérique jugés nocifs par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les principaux polluants ayant une incidence sur la santé humaine sont les particules (PM), l’ozone troposphérique (O3) et le dioxyde d’azote (NO2). Les estimations de l’impact sur la santé d’une exposition chronique aux PM2,5 montrent que ce polluant a été responsable de 432 000 décès prématurés en Europe en 2012, un chiffre similaire aux estimations des années précédentes. Les expositions au dioxyde d’azote et à l’ozone sont jugées responsables respectivement d’environ 75 000 et 17 000 décès prématurés. Le rapport fournit également des estimations de la mortalité prématurée à l’échelle nationale.

« Malgré les améliorations constantes observées au cours des dernières décennies, la pollution atmosphérique continue d’affecter la santé générale des Européens, réduisant leur qualité de vie et leur espérance de vie », indique le directeur exécutif de l’AEE, Hans Bruyninckx. « La pollution de l’air a aussi une incidence économique considérable. Elle est à l’origine d’un accroissement des coûts médicaux et d’une réduction de la productivité liée à la perte de jours de travail dans tous les secteurs. »

En plus de leurs effets sur la santé, les polluants atmosphériques ont aussi des effets néfastes importants sur la vie végétale et les écosystèmes. Ces problèmes, y compris l’eutrophisation causée par l’ammoniac (NH3) et les oxydes d’azote (NOX), ainsi que les dommages aux plantes causés par l’ozone, restent très répandus en Europe.

Autres conclusions du rapport

• Les particules peuvent provoquer ou aggraver des maladies cardiovasculaires et pulmonaires, des infarctus et des arythmies. Elles peuvent aussi provoquer des cancers. En 2013, 87 % de la population urbaine de l’Union européenne était exposée à des concentrations de PM2,5 dépassant la valeur fixée par l’OMS pour protéger la santé humaine. Les normes européennes en matière de qualité atmosphérique étant moins strictes, seulement 9 % de la population était exposée à des taux de PM2,5 dépassant la valeur cible définie par l’UE. Les avantages liés à l’amélioration de la qualité de l’air en Europe sont évidents. Le respect par l’ensemble des pays de l’UE des normes de l’OMS en matière de qualité de l’air permettrait de diminuer les concentrations moyennes de PM2,5 et de réduire de 144 000 le nombre de décès prématurés par an, par rapport à la situation actuelle. Les PM2,5 se réfèrent aux particules d’un diamètre maximal de 2,5 µm. Les petites particules peuvent pénétrer profondément dans les poumons.

• L’exposition à l’ozone dans les villes reste très élevée. En 2013, 98 % de la population urbaine de l’UE était exposée à des concentrations d’ozone dépassant la valeur de la directive de l’OMS. Environ 15 % de la population était exposée à des concentrations d’ozone supérieures à la valeur cible européenne (moins stricte). Les concentrations d’ozone ont également des conséquences néfastes sur les cultures, les forêts et les végétaux, dont elles diminuent le taux de croissance et le rendement. L’objectif à long terme en matière de protection des végétaux contre l’ozone a été atteint dans 86 % des zones agricoles de l’UE.

• Le dioxyde d’azote affecte directement le système respiratoire et contribue à la formation de particules et d’ozone. En 2013, 9 % de la population urbaine de l’UE était exposée à des concentrations de dioxyde d’azote dépassant les normes de l’OMS et de l’UE, 93 % des dépassements ayant lieu à proximité de routes.

• Le benzopyrène est un polluant organique carcinogène. Généralement causée par la combustion de bois, l’exposition au benzopyrène est répandue, en particulier en Europe centrale et orientale. En 2013, un quart de la population urbaine de l’UE était exposée à des concentrations de benzopyrène supérieures à la valeur cible et jusqu’à 91 % étaient exposés à des concentrations de benzopyrène dépassant le niveau de référence estimé sur la base de chiffres de l’OMS concernant les risques.

• Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont considérablement diminué au cours des dernières décennies, grâce à la législation européenne exigeant une plus faible teneur en soufre dans les carburants ainsi que l’utilisation de technologies d’épuration des émissions. Seuls quelques dépassements par rapport à la valeur limite européenne pour le dioxyde de soufre ont eu lieu en 2013.

• Les concentrations de monoxyde de carbone, de benzène et de métaux lourds (arsenic, cadmium, nickel et plomb) dans l’air extérieur étaient généralement faibles dans l’Union européenne en 2013, avec quelques dépassements des valeurs limites et cibles respectives fixées par la législation européenne.

Image © NILU

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Pollution de l’air : plus 430 000 décès prématurés en Europe par an"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité
sauf erreur de calcul de ma part, enivotn 9 % des décès dans l’UE seraient dues à la “pollution atmosphérique” (merci d’avoir parlé de la “vraie” pollution et de ne pas y avoir inclus le CO2, à qui on ne saurait de toutes façons pas pouvoir attribuer le moindre mort). 506,8M habitants, taux de mortalité toutes causes 9,7/1000 Ma remarque : comment peut-on imputer un nombre aussi précis de décès à une seule cause ? Quand il s’agit d’accidents ou de suisicdes, je veux bien (…), mais pour UN polluant particulier ??? Autre remarque, il serait utile et intéressant de… Lire plus »
Papijo
Invité

N’oubliez pas que les particules fines (et aussi moyennes et grosses), les OGMs, les GES, les NOx et SOx, les radiations nucléaires, les COVs … provoquent peut-être quelques “morts anticipées”, mais provoquent un nombre bien plus grand de “morts retardées”. La preuve, l’espérance de vie pour les hommes a augmenté de 1,8 ans en 6 ans (un peu moins pour les femmes):

Verdarie
Invité
Avant d’interdire les feux de cheminée, chose qu’on ne saura évidemment pas faire,ne vaudrait-il pas mieux s’occuper de la pollution induite par les moteurs à l’arrêt devant un feu ou personne ne passe sur les autres voies ? N’avons nous pas la technologie qui permettrait, tout en faisant des économies, de faire baisser cette pollution inutile et coûteuse? Car ce carburant consommé pour rien représente néanmoins un coût pour l’automobiliste et un coût pour le pays qui l’achète et doit donc y consacrer une part de richesse non négligeable chaque année ? Quarante neuf milliards en 2012 rien que pour… Lire plus »
gaga42
Invité
Euh, c’est quoi une mort prématurée? D’après l’INSEE ce sont les décès avant 65 ans… Ici il s’agit bien des gens qui sont décédés “plus tôt” que si il n’avait pas eu de pollution. Le problême c’est qu’il n’est dit nulle part à partir de quel “plus tôt” on les compte, et que cette notion de “mort prématurée” n’a aucun sens sans la connaissance de ce seuil. Il serait beaucoup plus logique alors de quantifier le raccourcissement de l’espérance de vie, mais ce serait moins percutant, et les médias ne reprendraient pas les 430000 décès (en oubliant bien sûr “prématurés”…).… Lire plus »
Temb
Invité
Euhh…. C’est quoi le principe de râler contre les études scientifiques qui disent que la pollution tue des gens? C’est juste que le monde que vous nous avez pourri, vous ne voulez pas le voir changer? Votre passion c’est de continuer à cramer du pétrole dans vos voitures qui doivent pouvoir circuler partout, dans la moindre ruelle même pour aller chercher le pain à 400m? Le tout avec ce cher pétrole qui permet d’enrichir de belles dictatures qui nous financent le terrorisme international et les conflits dans la plupart des pays africains et du moyen-orient avec ses effets directs de… Lire plus »
Dan1
Invité
gaga42
Invité
Cher Temb, ce n’est pas parceque la pollution est un fléau qu’il faut se permettre, dans un forum à priori scientifique, de dire tout et n’importe quoi, vous regardez TF1 tous les soirs ou quoi? Nous avons devant nous beaucoup de problèmes d’ordre environnemental social et économiques dont le traitement va demander des arbitrages de priorité: ça c’est le job des politiques conseillés par les experts et élus par les citoyens. Si les citoyens (et certains experts des politiques…) sont informés par des chiffres ou notes systématiquement exagérés, alors les politiques prendrons les mauvaises décisions, ou les citoyens contesteront les… Lire plus »
Papijo
Invité

… même si vous ne faites que reproduire les mensonges d’autres “écolos”. Le progrès (et la “pollution” qui va avec) nous permet de vivre plus longtemps, c’est ce que montrent toutes les statistiques, à part bien sûr dans les pays en guerre. Même dans les grandes villes polluées chinoises, l’espérance de vie augmente et est bien meilleure que dans les campagnes ! () Admettez au moins qu’il vaut mieux vivre “plus vieux” pollué que mourir plus tôt non pollué !

Verdarie
Invité

C’est incroyable d’apprendre dans vos propos que le progrès doit systématiquement s’accompagner de pollution ? Et que, pour que nous puissions NOUS, vivre plus longtemps,il faudrait laisser à nos enfants et petits enfants la gestion de notre inconséquence , Mais le progrès c’est justement l’inverse!

trimtab
Invité
“……Le progrès (et la “pollution” qui va avec) nous permet de vivre plus longtemps, c’est ce que montrent toutes les statistiques…….” C’est surtout les progrès (prévention, vacinations, depistage précoce, education, meilleur medicaments, rapidité de prise en charge des services de ‘secours’ etc) dans toutes les domaines autour de la ‘santé’ qui nous fait vivre plus longtemps…….. Certes, ‘certaines’ pollutions se sont bien amélioré. mais des nouvelles sont arrivées en masse (ex: augmentation expotentiel des nombres de véhicules, de nouveaux ‘molécules’ insére ici et là dans notre quotidien….).etc, qui problement nous ‘tuent à petit feu’ ou même ont commencer à ‘zapper’… Lire plus »
Grisette
Invité

Le Pékin d’aujourd’hui n’est guère différent du Londres d’il y a 60 ans.

Grisette
Invité

Comparez les photos autour de la célèbre colonne Nelson Nelson, c’est le coup de Trafalgar

wpDiscuz