Enerzine

Pour Angela Merkel, sortir du nucléaire est une erreur

Partagez l'article

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé que la décision de sortir le pays du nucléaire était une erreur, même si la coalition qu’elle dirige a accepté de s’en tenir à ce plan.

Lors d’un discours à Wiesbaden, Merkel a critiqué le refus des sociaux-démocrates, ses partenaires dans la coalition, de revenir sur les lois qui prévoient la fermeture de toutes les centrales nucléaires allemandes à l’horizon 2020. "C’est une erreur de vouloir poursuivre le processus de fermeture de nos centrales nucléaires pour la seule raison qu’il y a eu un accord en ce sens", a-t-elle dit. "La mauvaise nouvelle est, en revanche, que les sociaux-démocrates jugent cela important."

La chancelière a estimé que les conservateurs pouvaient faire pression en faveur d’une réévaluation de cette décision. "Personne ne peut nous empêcher de discuter de la question énergétique", a-t-elle dit. "Nous sommes face à des défis et devons développer des stratégies qui nous assureront notre approvisionnement en énergie au cours des années qui viennent."

Le nucléaire fournit actuellement à l’Allemagne un tiers de son énergie. L’opinion allemande est largement opposée à une extension du parc nucléaire. Le SPD et les Verts ont voté avant les élections de 2005 une série de lois organisant la sortie graduelle du nucléaire. Le SPD a présenté cette réforme comme non négociable lorsque les conservateurs ont sollicité sa participation à une grande coalition dirigée par Merkel.

 
Cette information est un extrait du BE Allemagne numéro 308 du 25/10/2006 rédigé par l’Ambassade de France en Allemagne. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    9 Commentaires sur "Pour Angela Merkel, sortir du nucléaire est une erreur"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Eole
    Invité

    mais on peut les enterrer… Aujourd’hui on ne peut pas en dire autant des émissions des centrales à charbon allemandes qui sont de vraies usines à polluer! (les projets de capture du CO2 ne sont encore que dedoux rêves pour le moment) L’éolien se développe peut-être mais à n’en pas douter l’arrêt ne du ucléaire en Allemagne est plus en faveur du charbon et au détriment de l’environnement plutôt qu’en faveur du développement de l’éolien. Angelina, tu as mon soutien! Rouvre le débat que diantre !

    Claude
    Invité

    de 1950 à 1993 la France a jeté en mer tous ses déchets radioactifs . La question n’est pas de savoir s’ils sortiront un jour de leurs conteneurs mais quand . Mais c’est une évidence le nucléaire ne pollue pas !

    Eole
    Invité

    Ma foi, l’océan est grand et profond… Non, je plaisante: peu probable qu’Areva ou EDF rejete des tonneaux de déchets à la mer aujourd’hui. Le nucléaire sagement exploité est de loin moins nuisible que les émanations de CO2 qui contribuent à l’effet de serre. Mieux vaut être pragmatique que s’obstiner à refuser une énergie potentielle qui limiterait d’autant l’effet de serre.

    Claude
    Invité
    Depuis la convention de Londres du 12 mai 1993 , il est interdit de jeter à la mer les déchets radioactifs . C’est pourquoi depuis cette époque on les stocke « provisoirement » à la Hague et à Marcoule . Mais depuis 13 ans on n’a toujours pas trouvé de solution pour les stocker à long terme de manière fiable . Pour les stocker provisoirement à La Hague , on a imaginé un stockage des conteneurs dans des bassins remplis d’eau . Mais pour éviter que la radioactivité de l’eau ne monte trop on la renouvelle régulièrement . C’est pourquoi au large… Lire plus »
    jacques
    Invité

    C’est l’éternelle ritournelle:les déchets nucléaires ne sont pas gérables. Bien entendu cela est inexact. Premier point: combien de déchets nucléaire sont générés par la consommation en électricité nucléaire d’une famille de quatre personnes(entièrement « électrifiée ») en 30 ans? Le volume d’une petite boite d’allumettes! Que peut-on faire des déchets les plus dangereux? Les faire consommer à des surgénérateurs qui en retour produiront des déchets moins dangereux et plus faciles à stocker. Combien de déchets industriels ( notamment métaux lourds) produits par an et par personne en France , sans contrôle sérieux: environ 70 kg! Arrêtons les idéologies ravageuses.

    Claude
    Invité

    L’inconvenient des surgénérateurs c’est qu’ils produisent plus de déchets de plutonium qu’ils n’en consomment . Avec la surgénération les dechets de plutonium ne feraient donc qu’augmenter avec le temps . La demi vie du plutonium est de 24000 ans . La radioactivité résiduelle diminerait encore de moitié au bout de 24000 ans supplémentaires donc se situerait au bout de 48000 ans au quart de ce qu’elle était à l’origine . Ces données basiques incontournables ne sont pas une idéologie .

    Gerard
    Invité

    Claude, on est pas dispensé de se renseigner un peu vant d’écrire des aneries dans les blogs sur la gestion des déchets. C’est vrai qu’on a tous dix doigts et deux yeux seulement mais il vaut mieux lire avant de taper sur son clavier….

    Claude
    Invité

    on peut se renseigner par exemple sur la convention de Londres du 12 mai 1993 qui interdit les rejets en mer et sur http://www.nea.fr/html/reports/2006/nea6179-havl.pdf qui montre bien que depuis l’interdiction du rejet en mer les états Européens cherchent une solution pour s’en débarrasser sous terre . le titre est : « surete du stockage géologique de dechets radioactifs HAVL en France » . bonne lecture . nb : HAVL = Haute Activite Vie Longue , ce sont les dechets issus des cœurs des réacteurs .

    Claude
    Invité

    pour la durée de vie des divers isotopes du plutonium le site http://www.ieer.org/ensec/no-3/no3frnch/transfor .html indique que l’isotope 239 du plutonium qui est le plus uilise (56%) a une demi vie de 24110 ans .

    wpDiscuz