Pour British Energy, Suez pose ses conditions

Suez ne veut pas d’une simple participation financière dans le groupe britannique British Energy, mais se dit en revanche "prêt à discuter" en vue d’une coopération industrielle.

Gérard Mestrallet, PDG de Suez ne se prononcera que lorsqu’il "connaîtra le rôle que British Energy et le gouvernement veulent faire jouer aux partenaires". 35% du capital de British Energy, actuellement entre les mains de l’Etat, doivent être cédés. Des discussions sont en cours en vue d’éventuels partenariats ou rapprochements. EDF est également concerné.

"S’ils disent ‘prenez une participation dans British Energy, et c’est tout, alors nous ne sommes absolument pas intéressés" a prévenu Gérard Mestrallet. "Mais s’ils veulent nous impliquer dans le développement et la production d’un ou plusieurs réacteurs, alors nous sommes prêts à discuter" a exposé le dirigeant.

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz