Enerzine

Pour débattre de la géopolitique du pétrole

Partagez l'article

Depuis les années 1930, on entend dire souvent que le pétrole c’est 10% d’économie et 90% de politique. Le choc pétrolier du début des années 1970, plusieurs guerres livrées pour et par le pétrole, ainsi que le prix du brut qui « flambe » depuis 2004, notamment sous la pression de tensions géopolitiques, semblent confirmer cette formule. Le baril a même dépassé le prix record de 70 dollars, mettant ainsi en exergue les enjeux considérables et les tensions sur les marchés pétroliers.

Cette géopolitique des hydrocarbures révèle le poids déterminant sur la scène internationale des acteurs traditionnels, compagnies et pays producteurs, mais aussi des nouveaux venus dans le club des grands pays consommateurs. Plus que jamais, les grands enjeux de la sécurité des approvisionnements et des infrastructures sont déterminants. Car les menaces terroristes s’ajoutent désormais aux capacités incertaines des différents acteurs de répondre à la demande croissante pour cette énergie qui fait tourner le monde depuis plus d’un siècle.

Philippe Sébille-Lopez, consultant spécialiste en géopolitique et en analyse risque pays au sein du cabinet Géopolia, qu’il a fondé, livre un texte éclairant d’un regard global sur l’évolution des relations internationales à travers ces géopolitiques du pétrole, qui peuvent expliquer et/ou préfigurer bien des conflits. L’intérêt majeur de cet ouvrage, unique en son genre, réside dans le lien subtil que l’auteur, fin connaisseur de ces questions, nous propose d’analyser entre une description fine des enjeux planétaires de puissances et affirmations politiques régionales, et leur poursuite à travers un tour du monde des zones majeures de production, le long de ces « routes du pétrole » où se déroulent de grandes manœuvres, plus stratégiques que jamais, entre acteurs étatiques, compagnies pétrolières transnationales et intérêts politiques et financiers mondialisés.

Les enjeux en cours, du Venezuela à la Russie, de la Caspienne au Golfe arabo-persique, de la Méditerranée au Golfe de Guinée, qui intègrent bien sûr les Etats-Unis et la Chine, dépassent en effet, largement, les seules conséquences immédiates au plan économique liées à la flambée des cours. Ils se prolongent avec la sécurité des approvisionnements à partir des zones de production, jusqu’aux grands pays consommateurs. Ces questions expliquent autant qu’elles la préfigurent l’instabilité politique et militaire croissante qui agite certaines zones de la planète.

La fin inévitable de la manne pétrolière requiert aussi une réflexion prospective, que nous propose l’auteur, au terme d’une analyse complète des rapports de forces politiques et économiques, qui oscille entre politiques étrangères officielles et diplomaties parallèles parfaitement huilées. Pressions, tensions, menaces, tractations, nouvelles alliances, ruptures et conflits potentiels : les motivations complexes de ces acteurs multiples sont ainsi parfaitement expliquées, cartes et chiffres récents à l’appui.

 
Agenda : Pour engager et approfondir ce sujet, l’IPSE et le mensuel Arabies ont le plaisir de vous inviter à un dîner-débat avec Philippe Sébille-Lopez, diplômé de l’Institut français de géopolitique, Consultant fondateur du Cabinet conseil Géopolia.
Date : Mercredi 12 juillet 2006 à partir de 19h30
Lieu : Restaurant : Le Mâchon, 16 rue Commines – 75003 PARIS
Métro : Filles du Calvaire – Ligne 8

A lire :
Le pétrole dans les relations internationales
Géopolitiques du pétrole, Philippe Sébille-Lopez, Editions Armand Colin, janvier 2006, 479 pages, 27 euros

 
Emmanuel Dupuy est secrétaire général de l’IPSE et consultant pour le cabinet CI2S

Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz