Poweo est t’il en train de jeter l’éponge ?

L’opérateur alternatif énergétique Poweo qui a annoncé très récemment une perte opérationnelle probable comprise entre 40 et 50 millions d’euros, pour l’exercice 2010, pourrait selon le journal Les Echos "sortir du marché de masse".

En effet, même avec un portefeuille de 400 000 clients, Poweo perd environ chaque mois "quelque 4 millions d’euros" ajoute le quotidien économique.

Dans sa publication de résultats pour le troisième trimestre 2010
, le Groupe énergétique estimait que "compte tenu de la consommation de trésorerie élevée entraînée par le maintien de conditions réglementaires et de marché adverses pour ses activités de Commercialisation, Poweo étudiait différentes options stratégiques afin de mettre un terme à cette situation intenable dans la durée."

Sans attendre la loi Nome, qui sera votée mercredi à l’Assemblée Nationale, Poweo serait ainsi contraint de tenter une autre stratégie. Rappelons que la "Nouvelle organisation du marché de l’électricité (NOME)" est censée permettre aux fournisseurs d’énergie alternatifs tels que Poweo ou encore Direct Energie d’obtenir de la part d’EDF une partie de sa production nucléaire à prix coûtant conformément aux engagements européens pris par la France dans le cadre de la libéralisation du marché de l’électricité.

Les Echos évoque également un rapprochement possible entre son concurrent direct (Direct Energie) qui demeure dans la même situation et qui détient lui un portefeuille de 500 000 clients.

A 15 heures vendredi, le titre Poweo lâchait presque 7% à 6,95 euros, pour atteindre une capitalisation de 113,9 millions d’euros. Depuis le 1er janvier 2010, le cours de l’action Poweo a chuté de moitié.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Poweo est t’il en train de jeter l’éponge ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité
La loi nome est prévue pour donner accés aux sociétés privées aux prix particulièrement bas de l’électricité nucléaire . Si d’autre sociétés doivent bénéficier de la rente nucléaire (électricité à prix coutant autour de 4 à 4,5 ct le KW ), il est juste que ces sociétés provisionnent aussi, sur un compte bloqué pour financer le démantellement ou de prolongement d’activité des anciennes centrales , les coûts de recherche et développement des nouvelles centrales (epr ,surgénératrices ) qui vont absorber des fonds publics avancés par l’ensemble des français . Qu’elles viennent ensuite se servir sans avoir participé au développement toujours… Lire plus »
Propv
Invité
La politique énergétique de la France est vraiment scandaleuse. Tout est fait pour qu’à la fin il n’y en reste qu’un seul : EDF ! EDF a réussi a bâtir sur la base du mythe du service public de l’énergie une politique de l’énergie qui va contre l’intérêt général et qui est fondée sur les pratiques les plus douteuses (désinformation, mensonges, abus de position dominante, délit d’initié, …) et qui génère une concurrence plus que déloyale avec des opérateurs privés tels que Powéo mais aussi avec les vrais acteurs de l’intérêt général (collectivités territoriales, SEM, associations de consommateurs et de… Lire plus »
Tintin
Invité
Le prix de vente du MWh nucléaire sera de 40 à 45 €, d’accord. Mais son coût de production est compris entre 16 et 22 €/MWh. Preuve : les coûts historiques Electrabel, analysés par le régulateur belge CREG, -et par définition, un français fait sûrement mieux qu’un belge…- et un livre paru en 2005 en France (je n’ai pas la référence en tête). La différence sert notamment au démantèlement, à un réinvestissement et à la marge. Voilà pour le démantèlement. La rente nucléaire, elle, est le volant de marge financière qui peut servir soit à une baisse des prix (cas… Lire plus »
Dan1
Invité
Contrairement à la logorrhée que nous sert Propv… sans le moindre argument, il existe bien en France un problème de spoliation de la rente nucléaire qui devrait revenir au consommateur mais qui est détournée au profit d’entreprises privées : David Spector a bien identifié le problème dans son livre intitulé : “électricité : faut-il désespérer du marché” Le vrai problème de la France est d’avoir su développer un système électrogène globalement très fiable et économiquement compétitif dans la durée. Or ce système, dont les entreprises françaises ont très largement bénéficié, ne colle pas avec les standards de l’économie libérale qui… Lire plus »
Papoumontchat
Invité

Ce terme de rente nucléaire me fait toujours bondir, car on n’intègre dans le prix de revient du nucléaire que le plus favorable (coût de construction et d’exploitation) et on laisse toujours tomber les sommes colossales qu’a déjà payées et que va payer le CONTRIBUABLE: coûts de recherche et de développement effectués par des organismes publics (CEA…)et coût incommensurable à ce jour du démantellement des centrales et du traitement des déchets irradiés. La rente nucléaire ne concerne bien qu’EDF et non pas la nation,car personne ne veut connaître les coûts réels du nucléaire.Il le faudra bien un jour pourtant.

Dan1
Invité
Les “gloseurs” professionnels sur les coûts du nucléaires n’apportent jamais le moindre argument chiffré, alors que nous savons qu’ils existent, même si certains chiffres portant sur l’avenir sont par nature spéculatifs. D’autre part, lorsque l’on parle de coût pour la société, pour être honnête, il faudrait aussi parler de bénéfices et pour le nucléaire, ils ne sont pas minces, même et surtout quand ils sont exprimés en milliards d’Euros (dividendes, allègement de la facture énergétique, taxes et impôts d’EDF…). Celui qui globalise en parlant que du verre à moitié vide est malhonnête ou très mal informé (il ne lit pas… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour Chelya : je suis d’accord sur le fait que la concurrence ne porte aujourd’hui que sur la commercialisation (donc pas sur la production, le transport et la distribution). Et c’est bien là que là que le bât blesse, car les concurrents ne prennent aucun des risques qui sont au coeur du métier d’électricien. Personnellement, je n’ai que faire de savoir que telle entreprise est désormais capable de me vendre un kWh plus beau qu’EDF grâce à un “packaging” de première classe. Notre société dérive vers le marketing à outrance, alors même que le produit, lui, évolue peu. Aujourd’hui, je… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
A ProPV: bon, d’accord… A Tintin:C’est quoi, les coûts de production? Si c’est ce que coûte le fait de produire 1MWh nucléaire de plus, vous avez raison , les francais font mieux que les belges.. A Chelya (et Dan1): vous n’avez décidément rien compris (où plutôt vous faites semblant…). La concurrence s’exerce sur production et consommation ( transport et distribution étant effectivement à part, car monopoles naturels). On ne demande pas des comptes à Renault sur la provenance de ses marges entre les usines et la commercialisation. Alors effectivement, le métier de commercialisateur “pur” ou de “producteur pur” peut être… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

le “vous n’avez décidément rien compris” ne s’adressait bien sûr pas à vous, je voulais juste souligner que la concurrence s’exercait sur le couple production/commercialisation…

Sicetaitsimple
Invité

La libre concurrence et l’efficacité des marchés de l’electricité, ce sont donc selon vous: -des commercialisateurs ne prenant aucun risque industriel ( un bon site WEB doit suffire) qui devraient légitimement bénéficier d’un tarif de cession de 32€/MWh de la part d’EDF. – des producteurs PV ( je me réfère à vos interventions sur ce thème) qui vendent leur electricité entre 300 et 600€/MWh à EDF… Je pense que vous avez un vrai problème d’auto-intoxication, certainement lié à vos activités professionnelles…

Henri
Invité

personne na réson car vous étes tous con

Bernar
Invité

par ce que tu croi ti connaitre toi henri non bas alors ferme la

Sicetaitsimple
Invité

Jeu, set et match une fois de plus?

wpDiscuz