Prix du gaz: UFC-Que Choisir dénonce une forte opacité

L’UFC-Que Choisir rend publique une étude montrant que l’indexation du prix d’approvisionnement en gaz sur celui des produits pétroliers n’est plus justifiée et pénalise les consommateurs.

Elle montre également qu’un meilleur encadrement des coûts liés à l’acheminement du gaz jusqu’au consommateur final est nécessaire.

Concernant l’amont de la filière, si l’on se base sur l’évolution des prix pétroliers, l’ajustement du tarif réglementé par rapport au coût d’approvisionnement s’opère bien sur la durée. Cependant, il est de moins en moins justifié d’indexer les contrats de long terme sur le prix du pétrole car les réserves en gaz sont plus grandes et les usages de ces deux énergies ne sont plus tout à fait les mêmes. Ainsi, aux Etats-Unis, où il existe un véritable prix de marché du gaz, celui-ci reste bas compte tenu de la récession et de la découverte de nouveaux gisements alors que le prix du pétrole est reparti à la hausse.

Prix du gaz: UFC-Que Choisir dénonce une forte opacité
 

Concernant l’aval de la filière (transport, stockage et distribution), L’UFCQ dénonce "une forte opacité sur les coûts". Et plus particulierement concernant les informations sur "les charges d’exploitation du transport et de la distribution" qui ne sont pas publiées. L’association de défense ajoute qu’il en est de même "des résultats financiers des activités de stockage de GDF-Suez et Total, les deux opérateurs actuels".

D’après l’UFCQ "l’ensemble des capitaux engagés pour le transport et la distribution sont rémunérés en France à un taux plus élevé que dans les autres pays européens". Un alignement au niveau européen permettrait donc selon UFCQ "de diminuer le coût de ces postes de 3% à 4% pour le consommateur final".

Prix du gaz: UFC-Que Choisir dénonce une forte opacité
 

L’association réclame "la nécessité de réguler l’activité de stockage, dont le prix – fixé librement par les opérateurs – a augmenté de 20% sur 3 ans, comme le transport et la distribution". Et "le maintien d’une capacité de stockage limitée entraine un coût élevé et un risque en cas de crise d’approvisionnement".

Cette régulation Etatique permettrait alors de "maîtriser le niveau de prix du stockage et de mettre en place une régulation incitative à la réalisation d’investissements pour augmenter ses capacités".

En conclusion, l’UFC-Que Choisir demande :

  • pour l’approvisionnement en gaz, une évolution des contrats de long terme afin qu’ils ne soient plus indexés sur les produits pétroliers,
  • plus de transparence sur le transport et la distribution,
  • un meilleur encadrement de la rentabilité,
  • une régulation de l’activité de stockage par les pouvoirs publics.


En savoir +

Télécharger ci-dessous le rapport complet  (.PDF) :

l’analyse du tarif réglementé du gaz et des propositions de l’UFC-Que choisir

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Prix du gaz: UFC-Que Choisir dénonce une forte opacité"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
marius76
Invité
Après lecture en diagonale, elle semble sérieuse, documentée, et aride à souhait. Mais il y manque à mon goût quelques éléments de contexte plus large, notamment des comparaisons avec les autres énergies. Il y a une vérité fondamentale qui ne transparait pas du tout, c’est qu’aujourd’hui, en France, les particuliers qui se chauffent au gaz (près d’un ménage sur deux) sont soumis à une triple peine : – ils paient un prix de l’énergie élevé, en lien avec les cours du pétrole et les coûts de stockage, transport et distribution comme explicité dans l’analyse d’UFC, – ils vont être soumis… Lire plus »
Dan1
Invité
Je cite : “ce qui est moins normal, c’est que l’électricité n’y sera pas soumise, alors que le chauffage électrique génère plus d’émissions de CO2 que le chauffage au gaz (pour une bonne partie hors de nos frontières, il est vrai, Ponce Pilate peut s’en laver les mains…)”. Ceci est un mensonge avéré dont nous avons largement débattu sur Enerzine et personne n’est capable de prouver que le chauffage électrique en France émet globalement plus de CO2 que le chauffage au gaz ! D’ailleurs le site de l’énergie créative a modifié sa présentation et il n’y a plus que l’AFGAZ qui… Lire plus »
christian
Invité
Il y a plusieurs choses qui me chiffonnent dans votre argument. On dirait que la pointe n’est dûe qu’au chauffage, alors que c’est typiquement un des usages “effaçables”. Ne devrait-on pas tenir le même raisonnement avec 1 million de TV, 1 milion de plaques de cuissons, ou de fours etc… puisque que l’usage de ces derniers ne se moyenne pas sur la journée ? Ensuite, la capacité de construction immobilière en France est limitée. Je crois me souvenir d’un ministre annonçant ambitieusement 100 000 logements par an, et une ONG déplorant aussitôt que l’objectif ne serait pas atteint. Il faudrait… Lire plus »
christian
Invité
Cher Marius76, Je suis désolé que vous ayez trouvé ma réaction “taurine”. Mais je vais charger une nouvelle fois, votre réponse m’ayant laissé sur ma faim. Je comprends une partie des arguments. Et pourtant… Si vous le permettez, et tant que le modérateur nous laisse libres, creusons donc encore ! Faisons un bilan : – sur les PAC on est d’accord. – sur le ryhtme de construction et les quantités de logements, effectivement vous avez raison, j’avais en tête les logements sociaux, c’est-à-dire ceux pour lesquels des décisions massives sont prises. Pour ce qui est du parc privé individuel, ne… Lire plus »
Dan1
Invité
Une fois de plus on affirme que le chauffage électrique actuel émet plus de CO2 que le chauffage au gaz : “… l’électricité n’y sera pas soumise, alors que le chauffage électrique génère plus d’émissions de CO2 que le chauffage au gaz (pour une bonne partie hors de nos frontières, il est vrai, Ponce Pilate peut s’en laver les mains…)…” Puis on essaie de justifier cette affirmation en démontrant que les installations futures de chauffage électrique vont nécessiter la construction (et le fonctionnement à plein régime de centrales thermiques). Cela revient à dire qu’aujourd’hui les un peu plus de 50 TWh… Lire plus »
napooiseau
Invité

Pourquoi Ducro se décarcasse?! Il serait tellement plus simple de demander au gouvernement d’arrêter d’empiffrer les copains et les copines!

Dan1
Invité
Pour marius76 : Vous ne manquez pas d’air en écrivant : “je vous ai dit hier ce que j’attendais de vous : pas des imprécations, mais 1) montrez moi où est la faille dans mon approche” Lorsque je vous dis que j’ai déjà démontré que le chauffage électrique ne peut pas émettre globalement en France plus de CO2 que le chauffage au gaz, il ne s’agit pas d’imprécation mais de démonstration maintes fois publiée sur Enerzine… vous le savez très bien ! Puisque vous voulez que je vous montre la faille dans votre raisonnement, je vais me répéter : Vous… Lire plus »
marius76
Invité
Je reprécise : l’an prochain, il va y avoir 300.000 ou 400.000 logements mis en chantier. Je m’intéresse aux conséquences du choix de mode de chauffage (encore décidable aujourd’hui) pour ces logements. Si l’on choisit le chauffage, il y aura, a minima pendant les 10 ou 15 prochaines années plus d’émissions de CO2 dans l’option chauffage électrique que dans l’option chauffage au gaz. Réciproquement, si l’on remplaçait des chauffages électriques par effet Joule par des chauffages au gaz ou par des PAC, on diminuerait les émissions de CO2. C’est dans ce sens que je disais dans ce premier post “le… Lire plus »
christian
Invité

“mais quels usages va-t-il délester ?” Ben… les réfrigérateurs bien sûr !

christian
Invité
Je comprends. Mais je ne suis pas encore convaincu. En effet, j’ai déjà entendu cet argument qu’il ne faut pas confondre pointe et massif montagneux. Il était employé “à l’envers” pour m’expliquer que les véhicules électriques ne sont pas la solution pour tamponner les renouvelables intermittents … par Dan1 ! Il m’expliquait dans la foulée que la fluctuation de longue fréquence -plurijournalière- était en quelque sorte (je le redis avec mes mots et il corrigera) bel et bien dans la base. Le nucléaire peut tout à fait être économiquement modulable, dès lors qu’on ne joue pas à démarrer pour quelques… Lire plus »
Dan1
Invité
Chelya ne doute de rien en qualifiant d’idéologues de salon ceux qui présentent des arguments très développés et des éléments chiffrés. Tout ce qu’il évite soigneusement de faire… notre idéologue qui dit non merci aux centrales à charbon. Au moins, marius76 a le mérite d’essayer de présenter un argumentaire construit. S’agissant de la fameuse note ADEME-RTE, justement les “idéologues” ont su la lire et ont vu que les 500 à 600 g de CO2 ne s’appliquait pas à la situation actuelle ! En effet, dans la note, il est clairement écrit que l’approche marginale : “…à partir de quel moyen de production… Lire plus »
chelya
Invité

Personne de sérieux n’a jamais prétendu que cette valeur était autre chose qu’un contenu marginal ( par exemple ici : )… Mais bon quand on a la victimisation comme seul argument, c’est forcément plus facile d’inventer le discours de ses critiques…

Dan1
Invité

Pour Chelya : Vous dites à propos des 600 g de CO 2/kWh pour le chauffage électrique  : “Personne de sérieux n’a jamais prétendu que cette valeur était autre chose qu’un contenu marginal” Peut être, sauf que bien des gens se sont appuyé sur cette méthode pour l’appliquer à l’ensemble du chauffage électrique ici et maintenant. Donc si vous avez raison, ces gens là ne sont pas sérieux ! Dites moi si l’AFGAZ ment quand elle développe son argumentaire à la page 5 pour montrer que le chauffage électrique émet plus de CO2 que le gaz (600 g contre 230 g).

Dan1
Invité
Premier point :  Votre argumentation est séduisante mais n’explique absolument pas comment le chauffage électrique pourrait avoir un contenu moyen supérieur à celui du gaz sur une saison de chauffage. Et elle ne l’expliquera pas plus demain lorsque nous produirons 600 TWh avec moins 25 millions de tonnes de CO2 émis et des importations moins carbonées puisque l’Allemagne aura réussi à marche forcée la révolution des EnR dans la production électrique. Ici le temps joue contre les défenseurs du gaz moins carboné que l’électricité car le gaz ne baissera pas, lui. Même sur une journée très tendue en hiver, en… Lire plus »
christian
Invité

pour vos arguments. Il va me falloir un peu de temps pour digérer. Toutefois, je dois avouer que le raisonnement en terme de bilan global de Dan1 me parle assez facilement, tandis que vos arguments Marius76 sont certes compréhensibles ligne-à-ligne, mais je n’arrive pas encore à comprendre l’ensemble… Je reviendrai vers vous bientôt, dès que j’aurai compris et vérifié deux-trois chiffres ! Merci encore.

Rantanplan
Invité
Ah l’éternel débat du contenu marginal ou du contenu moyen… C’est un peu comme à l’école des fans, à la fin tout le monde a 10/10. Pour revenir à l’article de Que Choisir, je m’amuse de la recommandation qui consiste à dire qu’il faudrait mettre du spot dans la formule des tarifs de GDF Suez. C’est assez réjouissant quand on connait l’opposition forcenée de Que Choisir aux mécanismes de marché et après les avoir entendu expliquer que les prix de l’électricité pour les ménages allaient s’envoler parce qu’ils seraient un jour alignés sur le marché de gros. Peut-être quelqu’un devrait… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour marius76 : Une fois de plus vous travestissez mes écrits : je n’ai jamais défendu le convecteurs et je ne cherche nullement à minimiser l’impact du chauffage électrique en matière d’émission de CO2. Je cherche juste à combattre ceux qui cherche par tous les moyens à maximiser le contenu en CO2 du chauffage électrique pour le discréditer. Je vous ai mis au défit de prouver votre affirmation du début et je vous recite : “ce qui est moins normal, c’est que l’électricité n’y sera pas soumise, alors que le chauffage électrique génère plus d’émissions de CO2 que le chauffage… Lire plus »
Dan1
Invité
Si vous vouliez connaître notre sentiment sur le chauffage par convecteur électrique, il aurait été beaucoup plus simple de nous poser directement la question plutôt que d’aller d’abord tordre la vérité sur le contenu en CO2 ! Le chauffage électrique est multiforme et ce que vous avez commencé par faire est un énorme amalgame pour finir par distinguer les modes. Pour votre affirmation en gras, vous n’avez rien démontré du tout puisque même avec un chauffage intégralement à convecteur on arrive pas aujourd’hui globalement à dépasser le niveau d’émission de CO2 du chauffage au gaz même à condensation. Maintenant, vous partez sur un… Lire plus »
Dan1
Invité

où voyez vous que le nucléaire est au maximum de sa capacité pendant 80 % du temps ? D’autre part, démontrez moi la cohérence globale de votre raisonnement quand RTE prévoit une augmentation des usages de chauffage électrique sur jusqu’en 2020 voire 2025 et parallèlement une baisse globale des émissions de CO2. Cela veut que ce qui était globalement impossible aujourd’hui (en moyenne plus de 200 g de CO2/kWh) le sera encore plus demain.

Dan1
Invité
1) Oui on voit la production nucléaire au pas horaire sur le site de RTE mais je ne vois pas le nucléaire à son maximum possible 80 % du temps car il module… tout le temps, même les jours d’hiver, entre le jour et la nuit et entre la semaine et le week end. Et avant de passer au thermique, il y a aussi l’hydraulique qui module beaucoup. 2) vous n’avez pas répondu sur la cohérence d’ensemble du raisonnement qui vise à démontrer que globalement les émissions de CO2 de l’électricité vont augmenter à cause du chauffage électrique, alors que globalement RTE nous… Lire plus »
Dan1
Invité
Afin de ne pas tout mélanger, je vais uniquement parler des capacité du parc nucléaire : Vous dites qu’il est à son maximum pendant 80 % du temps et vous le justifiez en disant qu’il est marginal pendant seulement 15 à 20 % du temps. Or on observe pas que le nucléaire est au maximum des capacités disponibles pendant 80 % du temps soit 7 008 heures par an. Il suffit de prendre un exemple récent pendant une période pourtant réputée tendue où le parc nucléaire n’est pas au mieux de sa forme : Visualisez d’abord la courbe de la disponibilité constatée… Lire plus »
Dan1
Invité
Maintenant vous abandonnez l’idée de prouver que le chauffage électrique émet plus de CO2 que le chauffage au gaz… et vous avez raison car c’est indémontrable ! En revanche vous vous focalisez sur le chauffage électrique à convecteur. Alors que vous disiez qu’il ne fallait se focaliser sur les usages (méthode qui était le fait des amis de Sauvons le climat), vous vous focalisez maintenant sur un mode précis de chauffage à l’intérieur d’un usage pour disserter sur le contenu en CO2. Et là vous nous dites que s’il n’y avait pas de chauffage électrique à convecteurs, la baisse des émissions pourrait… Lire plus »
Dan1
Invité
Vous proposez une option III (package de deux décisions) : solution gaz pour le chauffage et construction d’un EPR pour les usages “nobles” de l’électricité. Et bien RTE y a déjà pensé et cela figure dans son bilan prévisionnel de l’équilibre offre-demande version 2009 que je recite : C’est d’abord grosso modo les chiffres que j’ai déjà cités dans le scénario vision centrale page 106 et 107 où le nucléaire monte à 65 GW et où le mix alimente 73 TWh de chauffage électrique en 2025 en émettant seulement 25 Mt de CO2 ! Mais il existe un autre scénario page 111… Lire plus »
Dan1
Invité
Je constate une fois de plus que lorsque que vous ne parvenez plus à démontrer vos affirmations par des arguments factuels, vous passez en “mode philosophique” et vous proférez des propos ad hominem. Soit, mais vous ne m’avez toujours pas montré que le nucléaire est au maximum de ses possibilités techniques au moins 7 000 heures par an et cela ne se voit pas au premier coup d’oeil sur les courbes de RTE et notamment celle du 30 novembre 2009 dont j’ai parlé. Or cette affirmation est une des bases de votre “démonstration”. S’agissant du professionnalisme d’EDF, je n’ai aucun doute… Lire plus »
Dan1
Invité
Vous voulez à toute force m’appliquez ce qui est une caractéristique de votre comportement. La rationnalité et la force des arguments serait de votre côté et l’aveuglement, la mystique religieuse serait de mon côté. Les lecteurs un peu éclairés d’Enerzine jugeront ! En fait, vous jouez le moine soldat qui tente contre toute évidence rationnelle de démontrer que le chauffage électrique aujourd’hui… puis seulement demain (puis les convecteurs seulement !) émet globalement, en France plus de CO2 que le chauffage au gaz (230 g/kWh et pour les meilleures chaudières). Ne répétez donc pas sans cesse, bâtissez et exposez tranquillement une théorie qui… Lire plus »
Dan1
Invité
Là vous êtes en mode philosophique et n’appportez plus d’arguments concrets au débats. Vous ne me dites toujours pas comment le chauffage électrique, fût-il intégralement à convecteur peut émettre globalement, en France aujourd’hui ou demain plus de 230 g de CO2 par kWh sans passer par une démonstration alambiquée par usage (ou usage de l’usage) qui maximise le rôle du chauffage électrique pour mieux minimiser le rôle des autres usages. Expliquer moi comment la France pourrait produire 600 TWh d’électricité en émettant 25 millions de tonnes de CO2 (hypothèse centrale), soit une moyenne de 42 g de CO2 par kWh… Lire plus »
Dan1
Invité
Maintenant vous ne vous occupez plus que d’estimer les conséquences d’un transfert du chauffage de l’électricité vers le gaz. Vous dites que si on enlève 60 TWh de chauffage électrique et qu’on les remplace par 90 TWh de chauffage au gaz, on bascule du scénario HAUT au scénario MDE et ce faisant on économisera des tonnes de CO2 en 2025. Cependant il faut faire attention car les deux scénarios ne correspondent pas à la même réalité, notamment démographique et je ne crois pas que l’on puisse basculer de l’un vers l’autre aussi facilement. De toute façon en admettant votre hypothèse,… Lire plus »
Dan1
Invité

Puisque le 30 novembre est mal choisi, je vais prendre le mardi 20 octobre avec une température de 5°C en dessous des normales saisonnières. Là le nucléaire était disponible à hauteur de 45 653 MW et il a été utilisé au maximum à 43 060 MW et au minimum à 41 264 MW. Y-avait-il encore de la marge ?

Dan1
Invité
Merci pour votre lien vers un document de l’UFE (Union Française de l’Electricité). Je redonne le lien direct :  Le document s’appelle “défis climatiques – nouveaux enjeux électriques” Et j’en profite pour donner le lien indirect : – Le même document PDF s’appellent alors : “Vision 2020” du 03 juin 2009. Merci encore pour ce lien, je n’avais pas vu ce document sur le site de l’UFE. Tous ceux qui suivent de près ou de loin le débat sur le contenu en CO2 du chauffage électrique et plus globalement de l’électricité française voire européenne doivent absolument lire intégralement ce document de 14 pages… Lire plus »
wpDiscuz