Production de bio-coke à partir des résidus de boisson

Le laboratoire du professeur IDA Tamio de l’université de Kinki a développé une technologie permettant d’obtenir un substitut de coke (charbon) à partir de résidus de l’industrie des boissons tels que la mouture de café.

Le combustible ainsi obtenu est appelé bio-coke. Il peut être mélangé à hauteur de 20% à du charbon. Le laboratoire va développer une version commercialisable du processus en collaboration avec Mitsubishi Heavy d’ici 2009.

Le bio-coke formé doit posséder les mêmes caractéristiques que le coke de charbon : dureté, résistance à la déformation une fois dans le four, propriétés réductrices. Les chercheurs ont pour cela écarté par séparation thermique l’hémicellulose. Le bio-coke ainsi obtenu possède une résistance à la compression suffisamment élevée, pouvant remplacer de ce fait le coke de charbon.

Lors des expériences, différentes matières organiques ou biomasses issues de l’industrie des boissons ont été utilisées : mouture de café, feuilles de thé, résidus de pressage de jus de fruits etc. Les essais dans des fours de petite taille étant concluants, des tests à grande échelle vont être menés. Le laboratoire a pour cela reçu le soutien du ministère de l’économie et de l’industrie (METI) pour fabriquer une grande ligne de transformation.

La combustion de coke de charbon dégage chaque année 50 millions de tonnes de CO2. L’utilisation de ce bio-coke permettra de maintenir les niveaux de production sidérurgique tout en diminuant les émissions de CO2, les bioénergies étant considérées comme moins polluantes.

 
BE Japon numéro 460 (19/10/2007) – Ambassade de France au Japon / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/51481.htm
Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar