Projet de centrale à charbon de nouvelle génération

Comme redouté, le DoE (Le département de l’énergie des Etats-Unis) a retiré son soutien financier au projet Futuregen, un projet de centrale à Charbon propre où le CO2 produit aurait été enfoui.

La réaction des deux sénateurs de l’Illinois (D. Durbin et B. Obama) a été vive mais sans effet. Un autre projet de centrale à charbon, respectueuse de l’environnement, est lui aussi en attente. Tenaska Inc. souhaite construire, pour un coût de 2,5 milliards de dollars, une centrale à charbon à proximité de Taylorville dans le centre de l’Illinois. Le projet, capable d’alimenter en électricité environ 600 000 foyers, est soutenu par de nombreux groupes: AFL-CIO (comme Futuregen), the Clean Air Task Force, Illinois Coal Association, American Lung Association of Illinois et le groupement de consommateurs Citizens Utility Board de Chicago.

Les porteurs du projet ne peuvent cependant boucler son financement sans un accord de long-terme avec les compagnies d’électricité de l’Illinois (Ameren et ComEd). Or la dérégulation de l’électricité depuis 1997 dans l’Illinois, interdit à Ameren et ComEd de signer de tels contrats de long-terme. Un nouveau projet de loi qui permettrait cela (Clean Coal Programme Law) a été approuvé à l’unanimité par le Sénat de l’Illinois, mais s’est perdu à la chambre, sous prétexte que le projet n’allait pas assez loin dans la protection de la qualité de l’air. En fait, l’opposante de poids au projet est le ministre de la justice de l’Illinois (Lisa Madigan) dont les exigences sont relayées à la chambre par le speaker Michael Madigan, son père adoptif. Les négociations actuelles portent donc sur les aménagements du projet de loi CCPL.

Il est à noter que la construction d’une telle usine aurait des effets bénéfiques sur le prix de l’électricité. En effet la nouvelle usine permettrait de ne pas avoir recours, pendant les périodes de pointe, aux centrales à gaz naturel beaucoup plus coûteuses que les centrales à charbon, ceci au moins pour les périodes de pointe de l’été (climatisation). IGCC reste très coûteux en particulier au niveau de l’investissement. Pour que IGCC soit rentable, il faudrait que le carbone ait un prix.

BE Etats-Unis numéro 112 (22/02/2008) – Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53234.htm

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz