Projet de logements durables : moins 500t d’émissions de CO2 par an

Les émissions de CO2 devraient être réduites de 500 tonnes par an à Kingston Heights, un nouveau projet de logements durables dans le sud-ouest de Londres, grâce à l’utilisation, pour la première fois, des eaux de la Tamise pour assurer le chauffage, l’alimentation en eau chaude et la climatisation.

Lorsqu’ils seront terminés, ces logements à la pointe de la technologie seront chauffés et refroidis par un système de pompes à chaleur à eau libre de conception révolutionnaire, pratiquement sans aucune émission de carbone sur place.

Lorsqu’il a fallu choisir une solution d’entraînement pour ce système à très haute efficacité, le fournisseur de solutions d’automatisation ( Electraspec ) a opté pour les variateurs de vitesse de dernière génération ( WEG ). La société a installé quatre variateurs de vitesse à haut rendement dans l’armoire de commande des pompes à chaleur.

Kingston Heights est un projet immobilier de 70 millions de livres à Kingston-Upon-Thames qui comprendra 137 logements, dont 81 appartements privés, 56 logements à prix modéré et un hôtel de 142 chambres. Le projet repose sur l’utilisation d’un système durable de pompes à chaleur à eau libre, qui assure le chauffage, l’alimentation en eau chaude et la climatisation des bâtiments.

Le système, qui est basé sur la récupération de l’énergie solaire stockée naturellement dans la Tamise, offre un débit d’extraction pouvant atteindre 150 litres après traitement de l’eau par filtration double. L’eau traverse ensuite des échangeurs de chaleur pour récolter la chaleur de basse énergie, avant d’être renvoyée vers le fleuve avec une variation de température ne dépassant pas +/- 3°C. Le procédé est totalement écologique puisqu’il ne génère aucune émission de carbone sur place, par opposition aux 500 tonnes de CO2 estimées qui seraient émises par un système basé sur la combustion ; c’est ainsi que l’on s’attend à une réduction de la facture énergétique de l’ordre de 16 % par an sur le complexe d’habitation.

Projet de logements durables : moins 500t d'émissions de CO2 par an

Une solution d’entraînement offrant fiabilité et simplicité d’emploi était indispensable pour atteindre cet objectif ambitieux en termes d’économies d’énergie. C’est pourquoi la société s’est tournée vers Electraspec, une entreprise spécialisée dans l’automatisation, qui a conçu un panneau de commande sur mesure pour le système de pompage, équipé de quatre variateurs de vitesse CFW11, deux de 18,5 kW et deux de 30 kW.

"Vu le côté ambitieux et novateur du projet Kingston Heights, notre choix s’est porté naturellement sur des variateurs de vitesse WEG en raison de leur haut rendement, de leur fiabilité et de leur simplicité d’emploi", souligne Eric Knight d’Electraspec. "En régulant efficacement le débit en fonction de la température, les variateurs de vitesse WEG contribuent à renforcer l’efficacité énergétique du système de pompes et devraient jouer un rôle essentiel pour aider Kingston Heights à atteindre ses objectifs ambitieux d’économie d’énergie."

Les variateurs de vitesse CFW11 de WEG sont destinés à assurer un contrôle précis de la pression, du débit et de la température tout en optimisant la consommation d’énergie par régulation de vitesse, notamment dans les applications telles que les systèmes de régulation de pompes. Le CFW11 garantit une haute fiabilité de fonctionnement grâce aux fonctionnalités de gestion thermique intelligentes qui assurent le refroidissement automatique des composants internes.

Il inclut également une interface homme-machine conviviale dotée d’un afficheur graphique à grands caractères, pour une installation simple et rapide. La solution intègre également la fonction SoftPLC, qui attribue des fonctions d’automate programmable au convertisseur et qui peut être télécommandée. Cette fonction contribue à réduire les coûts de maintenance et les frais associés, pour une productivité et une efficacité optimales. "Nous pouvons contrôler le système depuis nos ordinateurs portables, et nous sommes avertis immédiatement en cas de problème", commente Eric. "Par exemple, cette fonction nous permet d’utiliser les commandes de vitesse et de marche sans devoir être présents sur place."

Grâce à la fonction de régulation multipompe, le CFW11 peut contrôler jusqu’à cinq pompes et maintenir une pression constante indépendamment des fluctuations de débit. Le variateur de vitesse surveille également la pression d’aspiration et les niveaux des cuves, en alternant les pompes en fonction de leur durée de fonctionnement et en assurant une usure uniforme des moteurs et des pompes.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Projet de logements durables : moins 500t d’émissions de CO2 par an"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
chanois
Invité

“Le procédé est totalement écologique puisqu’il ne génère aucune émission de carbone sur place, par opposition aux 500 tonnes de CO2 estimées qui seraient émises par un système basé sur la combustion” … tout est dit. Encore une fois, on ne compara pas la même chose : aucune émission sur place versus émissions d’un système basé sur la combustion d’une énergie primaire. Avec quoi est produite l’électricité pour que l’on puisse juger du caractère “totalement écologique du sytème ?

Pb
Invité

pour info 60 millions de conso, teste des douchettes à économie d’eau et préconise la pose de matériel d’économie d’eau sur les robinets et WC. Une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d’eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d’économie d’eau par an, tout en gardant le même confort. Ce qui représente 45% de la facture d’eau (30% d’économie pour l’eau et 15% supplémentaire sur l’énergie). plus d’infos sur

wpDiscuz