Quand la lumière directe du solaire déplace des objets

Des chercheurs de l’Université de Berkeley – Californie – ont réussi à faire propulser de petits mécanismes sur l’eau grâce à la lumière du soleil concentrée directement sur des nanotubes de carbone.

Comme les molécules d’eau sont attirées naturellement les unes aux autres, des interactions peuvent engendrer des pressions sur un objet en surface. Lorsque la lumière du soleil ou d’un laser est concentrée sur l’un des dispositifs flottants, les nanotubes s’échauffent et font augmenter la température de l’eau. Cela entraîne une diminution de la tension délivrée en surface et localisée à un endroit proche de la machine, qui se retrouve alors propulsée en avant.

Ainsi, le bateau en plastique rectangulaire d’un centimètre de long doté d’une bande en nanotube effectue sans problème un mouvement linéaire. En orientant la lumière du laser au centre ou dans les coins de la bande en nanotube, le bateau se dirige spontanément soit vers l’avant ou soit en mouvement concentrique. Le bateau est capable de naviguer à une vitesse de huit centimètres par seconde.

La seconde machine est constituée d’un simple rotor comprenant une bande en nanotube de carbone disposée sur chacune de ses quatre pales. Lorsque ces dernières sont soumises à la lumière directe du soleil, elles tournent à une vitesse d’environ 70 rotations par minute.

"La turbulence est un facteur énorme à l’échelle millimétrique ; la tension délivrée en surface bat la gravité." a indiqué Jean Fréchet, ingénieur en chimie appliquée à Berkeley. "La puissance de la lumière pourrait potentiellement être utilisée pour faire déplacer des objets à l’échelle manométrique au travers de dispositifs microfluidiques employés dans le diagnostic médical".

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar