Quand le nucléaire cartographie les eaux souterraines

Le Bhabha Atomic Research Cenre (BARC), le tout premier centre de recherche nucléaire du pays a, pour la première fois, mis sa technique de détection d’isotopes au service du rechargement d’aquifères, pour augmenter le débit de sources d’eau.

Ce procédé a d’abord été employé dans le district de Rudrapayad dans l’Etat de l’Uttaranchal, situé dans les contreforts de l’Himalaya, et où l’alimentation en eau potable est souvent synonyme, pour les femmes, de longues marches dans la montagne. Ce remplissage des aquifères a été réalisé en deux temps : d’abord les scientifiques ont retracé les voies de l’approvisionnement des sources taries, ensuite, ils ont construit des réservoirs d’eau de pluie aux endroits repérés comme étant des points importants d’approvisionnement des aquifères.

La technologie du BARC a évidemment été utilisée dans la première partie du projet : l’eau est différemment chargée en isotopes radioactifs au cours de chaque étape du cycle hydrologique, il est donc possible, en mesurant la teneur en isotopes radioatifs dans l’eau de cartographier les sources d’eaux souterraines.

Cette technique est déjà pronée par l’Agence Internationale à l’Energie Atomique depuis plus de 10 ans, et elle a déjà été appliquée dans de nombreux pays avec succès, mais il s’agit d’une première pour un organisme indien.

 
Cette information est un extrait du BE Inde numéro 21 du 12/01/2007 rédigé par l’Ambassade de France en Inde. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz