Enerzine

Quand les algues aident à concevoir des batteries

Partagez l'article

Un groupe de chercheurs suédois des Laboratoires Ångström à l’Université d’Uppsala ont découvert que la nanostructure en cellulose constituant l’algue "Cladophora" pourrait servir de substrat dans la fabrication des batteries.

"Ces algues qui ont une structure en cellulose très particulière sont caractérisées par une très grande surface", indique Gustav Nyström, étudiante en nanotechnologie et auteur de l’article publié dans Nano Letters. "En enrobant cette structure avec une fine couche conductrice en polymère, nous avons réussi à produire une batterie qui ne pèse presque rien et qui a établi des capacités et un temps de charge record pour des batteries à base de cellulose."

Ce type de cellulose possède une nanostructure unique, entièrement différente de celle des végétaux terrestres, et fonctionne déjà en tant qu’agent épaississant dans des préparations pharmaceutiques et comme liant dans les aliments.

L’article paru dans Nano Letters met en scène une nouvelle électrode – un matériau utilisé dans des dispositifs de stockage d’énergie – constituée d’une nanostructure de cellulose algale recouverte d’une couche de 50 nm de polypyrrole. Les batteries basées sur ce matériau ont la capacité de stocker jusqu’à 600 mA par cm3, avec seulement 6% de perte pour 100 cycles de recharge.

Quand les algues aident à concevoir des batteries

Cette découverte offrirait donc de nouvelles possibilités pour une production à grande échelle d’un système de stockage d’énergie léger associé à un bon rapport coût/efficacité.

Quand les algues aident à concevoir des batteries

[Professeurs / Maria Strömme / Gustav Nyström]


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    6 Commentaires sur "Quand les algues aident à concevoir des batteries"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Rorotropic
    Invité
    Comme quoi les progrés pour des batteries plus legeres et plus performantes n’en sont qu’a leurs debuts.Donc n’en deplaise au anti vehicule electrique, tout les espoires sont permis et des progres probablement tres rapide vont regler les derniers verrous.Il faut regarder devant et non derriere pour avancer meme si cette vérite ne semble pas etre tres courante , il faut cesser de chercher la petite bete et avancer courageusement pour se debarrasser des technologie d »un autre siecle qui ne serve qu’a remplir les poche de quelques uns et que nos gouvernements aient le courage d’abandonner cette manière bien trop facile… Lire plus »
    Simonbarreau
    Invité

    La voiture électrique, la voiture de demain ? On en est vraiment au début de cette nouvelle « aire » de l’électricité. Il y a encore 30ans on était avec nos batteries au plomb qui n’avais presque pas d’autonomie et qui faisait un poids monstre ! Aujourd’hui, nos batteries sont légère, efficace, assez puissance et maintenant en plus d’être de qualité, les nouvelles batteries vont être écologique ! Bientôt les voitures équipé de panneau solaire, avec des batteries écolo ? C’est pas ça l’utopie d’un monde vert ?

    Clara
    Invité

    comment fait on pour avoir du polypyrrole et des electrodes en celluloses d’algues de polypyrrole est-ce que vous pouvez nous dire repondez sur mon adresse e-mail

    Clara
    Invité

    c d’algues de cladophora

    Guydegif(91)
    Invité

    Encourageant cette piste de batteries à base d’algues…des batteries vertes en somme ! Keep going! dans ces recherches vers cette ère du VE à batteries écolo ! A+ Salutations Guydegif(91)

    marcarmand
    Invité

    Que signifie 600 mA/cm3? Peut-être 600 mAh/cm3, càd de l’ordre de 600 Wh/kg? A comparer avec les quelques dizaines de Wh/kg des batteries actuelles.

    wpDiscuz