Quel avenir énergétique pour l’île de Sein ?

Depuis 3 ans, des habitants de l’île de Sein se mobilisent pour prendre leur destin en main et mener un vrai projet de transition énergétique.

Ils ne se contentent pas de changer des ampoules mais souhaitent passer du 100 % fioul au 100 % renouvelable.

La loi sur la transition énergétique en cours de discussion va-t-elle tenir ses promesses et leur en donner les moyens ?

Depuis plus d’un an, Patrick Saultier, directeur d’Île de Sein Énergies et Damien Grenier, enseignant chercheur à l’École Normale Supérieure de Rennes travaillent ensemble pour construire un partenariat.

Ce partenariat impliquera en outre l’école d’ingénieur Télécom Bretagne et les PME bretonnes 3DStreoProd et Apix et enfin Tietronix Europe, dirigée par le spationaute Jean-Loup Chrétien.

Fin septembre, Damien Grenier est venu sur l’île pour travailler avec le conseil de direction d’IDSE et préparer le lancement effectif de la collaboration. L’objectif est d’utiliser le projet porté par les habitants de l’Île de Sein pour expliquer, à travers des vidéos, les défis scientifiques techniques liés à la transition énergétique. Le public cible de ces outils didactiques va des élèves des écoles primaires jusqu’à ceux des écoles d’ingénieurs en passant évidemment par le grand public.

Une attention toute particulière sera portée à ce qui fait l’originalité de ce projet, à savoir les aspects « réseaux intelligents » et « équilibre entre l’offre et la demande ».

Des habitants et l’équipe enseignante de Sein ont été rencontrés. Une réflexion est engagée sur la participation des enfants de l’île à ce projet pédagogique.

Dans un deuxième temps, il est envisagé de mener des recherches avec des élèves de l’ENS Rennes, de Telecom Bretagne ou de Supélec Rennes sur des cas concrets : quelles solutions techniques pourraient être mises en œuvre pour que chaque besoin soit couvert dans un système 100 % renouvelable ?

Stéphane Le Golvan, le boulanger de l’île, a ainsi par exemple été rencontré. Il est un des gros consommateurs de l’île avec un besoin impératif. L’analyse de ce cas sera très riche d’enseignements pour les étudiants et les chercheurs qui les encadrent, pour lui et bien évidemment à terme pour IDSE.

Quel avenir énergétique pour l'île de Sein ?

Quel avenir énergétique pour l'île de Sein ?

Damien Grenier s’explique sur son implication dans ce projet :

"D’un point de vue pédagogique, le projet IDSE est particulièrement adapté pour illustrer les problématiques liées à la transition énergétique. Il est d’un côté suffisamment simple pour être facilement appréhendable : peu d’acteurs impliqués, peu de sources de production d’énergie possibles ; il n’y a même pas à prendre en compte la question de la mobilité automobile."

"D’un autre côté, il est très représentatif des défis que l’inévitable abandon des énergies non renouvelables posera à terme. Notamment en ce qui concerne les changements de mode de consommation."

"De plus, le projet d’IDSE est dès à présent techniquement viable, économiquement judicieux et évident d’un point de vue environnemental. Bref un projet qui a toutes les raisons d’être
consensuel. Ce qui est plutôt rare dans le domaine. Ce projet est pour nous et à tout point de vue, un véritable « cas d’école », ce qui, pour un usage pédagogique tombe plutôt bien
."

"Le projet d’IDSE est un projet pour le futur et pour les enfants. Nous sommes très fiers qu’ils puissent servir à la pédagogie et à illustrer auprès des écoliers de France la thématique de la transition énergétique sous forme de vidéos. Nous sommes aussi particulièrement intéressés de travailler avec l’enseignement supérieur et la recherche pour la mise au point de solutions techniques qui serviront au réseau du futur" a ajouté Serge Coatmeur, président d’IDSE.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "Quel avenir énergétique pour l’île de Sein ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité
Beau cas d’école (ou d’éole ?) une île, plutôt “venteuse”… ayant déjà sa “centrale” au fioul. Donc pas besoin de créer une unité de back-up. Maintenant, aussi venté soit-elle, éole ne poura pas fournir 100% d’électricité 365/365, et sans faire outrage aux habitants, le PV c’est encore pire. Ne parlons pas de la géothermie, ni de l’hydroélectricité. La biomasse est à priori bien peu abondante, reste quoi ? ETM ? peut être pas en mer d’Iroise ! L’énergie des vagues ? trop intermittent Ah oui, les hydroliennes… quand elles seront au point, et même pour “seulement” les besoins de Sein,… Lire plus »
zoziau
Invité

Effectivement on peut penser que ça va être “compliqué” pour reprendre un terme à la mode malgré les modestes besoins à couvrir sur cette petite île (1 450MWh/an) et les ressources énergétiques bien présentes. L”opérateur historique” n’est sans doute pas pressé de voir aboutir ce genre d’initiabive, on s’en rendra compte à la lecture de cet article sur les tracasseries rencontrées depuis le lancement du projet.

Herve
Invité
EDF est une grosse structure, et ils ne doivent pas avoir envie de consacrer du temps à ce genre de “chiure de mouche”. Il ont investit dans un materiel qui tourne, et la pollution engendrées est peanuts vis à vis du reste du pays. Toutefois, il serait préférable qu’ils jouent le jeu , quitte à y laisser quelques plumes au début. du Kwh, on doit pouvoir faire du 100% ENR, surtout sur une ile, techniquement c’est probablement possible. Le plus regrettable, c’est qu’ils mettent des batteries en test sur le continent alors que ça sert a rien, et la ou… Lire plus »
Tech
Invité

à pastille verte, parceque vous pensez qu’avant de lancer cette opération personne n’a fait une simulation démontrant sa faisabilité? ce n’est pas parceque vous êtes incapable de comprendre comment fonctionnera le système que celui çi ne fournira pas le sefvie requis, d’ailleurs il semblerait que les habitants participants pensent le contraire! avec des personnes comme vous on ne serait même pas sortis de l’age de pierre

Sicetaitsimple
Invité
Nous avions déjà eu un débat de ce type à propos d’une autre ile bretonne dont je n’ai plus le nom en tête… L’ile de Sein, c’est 120 habitants au creux de l’hiver et près de 1500 en été. Personnellement, je ne vois aucun inconvénient de fond à ce qu’un système electrique “renouvelable” ( qui comprendra forcément des batteries) soit mis en place à hauteur de la consommation des habitants “permanents”. Mais pas pour les résidents secondaires de l’Ile de Sein. Quand il y a des pointes ( même de 2 ou 3 mois cumulés), les diesels c’est et de… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Je suis un peu perplexe quant à vos choix éditoriaux : Vous couvrez l'”avenir énergétique de l’île de Sein” (que je ne souhaite absolument pas dénigrer), mais vous choisissez de ne pas présenter certaines actualités autrement plus dimensionnantes pour l’avenir énergétique européen :

Bachoubouzouc
Invité
“L”opérateur historique” n’est sans doute pas pressé de voir aboutir ce genre d’initiabive, on s’en rendra compte à la lecture de cet article sur les tracasseries rencontrées depuis le lancement du projet.” L’article que vous citez est très complet. Il détaille notamment les tracasseries mentionnées par EDF : “L’hydrolien ? Pas possible, les courants ne le permettent pas dans ce coin. L’éolien ? Faut voir, mais c’est un site naturel, il y a la loi Littoral. La maitrise de l’énergie ? C’est marginal. La gestion du réseau : seule EDF est habilitée à le faire. L’usage de la CSPE :… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
au risque d’être un peu provocateur, est-ce que quelqu’un trouve normal que les “résidents secondaires” de l’le de Sein (rapport 10 par rapport aux habitants permanents, voir le lien déjà cité), qui viennent là en vacances, bénéficient de la péréquation tarifaire? C’est certainement très sympa pour eux, car ça permet de maintenir la maison “hors gel” ou plutôt “hors humidité” car il ne doit pas souvent geler, à peu de frais , payé par de la collectivité nationale . Pourquoi ne pairaient-ils pas plein pot, le vrai prix? Je suis persuadé qu’on verrait tout-à-coup la consommation d’electricité de l’Ile de… Lire plus »
Stephsea
Invité
Décidément, les poissons ont du souci à se faire ici. Même dans les iles on cherche à les noyer… Il y a pourtant de l’eau, de la bonne eau, tout autours, mais non les esprits chagrins trouvent toujours un moyen d’empoisonner l’atmosphère. C’est une maladie ou quoi?! Sur un plan technique, toutes les solutions existent pour que ces iles passent au 100% renouvelable.Ces solutions sont chères, multiples, complémentaires, technologiques, mais amortissables. Le calcul est fait. Après amortissement, dans 15 à 20ans, elles auront été payées par les consomateurs, quitte d’ailleurs à ce que cette énergie soit renchérie à certaines périodes… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Vous avez raison. Affirmez que des solutions existent sans vraiment savoir si c’est vrai, et mettez tout sur le dos “du pouvoir” si ça n’avance pas. Comme ça au moins, vous pouvez vous donner des airs de rebelle. Parce que pour vous les écolos, il n’y a que les apparences qui comptent n’est-ce pas ?

Herve
Invité

“L’ile de Sein, c’est 120 habitants au creux de l’hiver et près de 1500 en été.” B’en c’est parfait, pour une production solaire. Pour une fois qu’on a une conso en phase avec la production… 120 tonnes de batteries, 2000 m2 de panneaux et c’est gagné (enfin, à peu prés…)

Herve
Invité

ce qu’Herve et EDF ne comprennent pas c’est que de plus en plus de personnes se prennent en mains et cette multitude de chiures de mouche deviendra la norme! oui quand toutes les chiures de mouches se seront occupé seules de leur sort énergétique , les gros fournisseurs se mordont les doigts de ne pas les avoir accompagné, ce sera trop tard!

Sicetaitsimple
Invité

Stephsea nous en fait une tonne sur tout ce qui serait possible ( tout est possible, l’homme est allé sur la Lune il y a déjà bien longtemps), mais c’est bizarre , quand je suggère de réserver ( pour ce type d’ile avec une très forte différence entre habitants permanents et résidents secondaires ou vacanciers) le bénéfice de la péréquation tarifaire aux seuls habitants permanents, il n’y a personne pour répondre….. La “sécurité sociale à 100%” pour les heureux propriétaires d’une résidence secondaire à l’Ile de Sein, voilà l’idéal vers lequel il faut tendre. Il n’y aurait pas d’autres priorités?

Stephsea
Invité
M. Bachou, si les seuls propos dont vous êtes capables sont des procès d’intention à la limite de l’insulte personnelle, alors taisez vous! Vous êtes connus ici comme un ardent et infatigable chevalier servant du NUKE, et seulement du NUKE à l’exclision de toute autre énergie, alors n’en rajoutez pas… Si en plus vous le faites gratuitement par pure bonté d’âme ou “au service de la vérité”, alors vous êtes d’un sectarisme aussi profond que permanent, un chronique… Vous n’avez donc de leçon philosophique à donner à personne, et surtout pas à moi. Je ne suis personnellement encarté à aucune… Lire plus »
plouc73
Invité
1) 1er constat : tout système non interconnecté est plus coûteux que le système électrique métropolitain (voir les tableaux de la CRE à ce sujet) 2) Ceux qui accusent EDF de torpiller toutes les solutions écologiques géniales (par définition) pour soi-disant maintenir son monopole devraient savoir qu’EDF ne souhaiterait qu’une chose: se débarrasser des mini-réseaux qui lui coûtent très cher et pour lesquels les compensations des surcoûts via la CSPE ne sont pas suffisantes. Là encore il faut faire l’effort d’analyser les tableaux de la CRE. A ceux qui croient qu’EDF bénéficierait d’une rente de situation dans les ZNI, il… Lire plus »
Tech
Invité
et oui le nouveau ce n’est pas évident, il faut le penser et le faire contrairement à l “ancien ” qu’on laisse aller s’en plus s’en occuper. votre premier constat devrait dire” c’était” d’énormes progrès ont été réalisés et vous semblez négliger l’avis des habitants qui participent au projet! seraient ils incapables de mesurer les conséquenses de leur choix? 2. tout le monde est d’accord pour dire que les 60 centimes initiaux du prix du kWh pour essayer de “lancer” le PV étaient trop élevés, mais ces prix ont grandement été revus à la baisse dèjà vous parlez de 42cts… Lire plus »
Herve
Invité

@ Hervé n°2 Ce que j’appele “chiure de mouche c’est ces petits réseaux. Et comme le dit plouc73, je ne pense pas qu’EDF ai tellement envie de s’en occuper. C’est extremement couteux pour eux et il est probable que la CSPE ne couvre pas l’ensemble des frais occasionnés. Si les habitants veulent réellement reprendre les choses en main et payer eux même leur électricité, et que EDF soit dégagée de toute obligation de financement, il est plus que probable qu’un accord rapide soit possible avec EDF. EDF et les consommateur d’electricité en métropole seraient les grands gagnants.

Herve
Invité
Concernant votre point n°2, non tout le monde n’est pas d’accord (au moins pas moi) Si vous vous contentez de faire qq % du mix avec des panneaux, on peut effectivement consoidérer le prix de production (sortie du panneau) comme un cout de reviens. Par contre si vous voulez en faire beaucoup, il faut raisonner cout du système. Dans cet exemple, le rempacement du groupe diesel ne se fera pas par seulement des panneaux, il faudra aussi des unitées de stockages et des unitées de backup. Il faudra bien evidemment pauyer la maintenance de tout cela. Dans le meilleur des… Lire plus »
energiestr
Invité

Le stockage par volant convient bien à ces petits réseaux. ABB a intégré dans sa gamme le volant POWERSTORE développé par PILLER, qui permet de faire cohabiter des centrales Diesel avec des énergies renouvelables intermittentes. Et chez Energiestro nous développons des volants qui permettront de stocker à un coût bien plus bas que celui des batteries.

Stephsea
Invité
soit disant pointus mais finalement très approximatifs? Encore une fois, je deviens gaga, cela ne fait que noyer le poisson dans une foison de données aussi invérifiables ici qu’improductives. Les “anti” – apparaissant toujours comme d’excellents techniciens zélés – en profitent pour contester pied à pied ces données toujours constestables en effet, surtout quand elles sont mal exploitées. Cela ressemblme au bataille de chiffres qui nous épuisent sur nso petits écrans. Nous en concluons : tous des menteurs. J’en profite pour demander ouvertement quel est l’objectif profond de ces farouches et pugnaces concervateurs, si ce n’est la protection du système… Lire plus »
plouc73
Invité
Le prix de revient de l’énergie dans les territoires isolés est forcément plus coûteux que sur le continent; ceci dit, s’il n’y avait pas eu de péréquation, peut-être que les solutions locales auraient été mises en oeuvre depuis longtemps et auraient abouti à des résultats excellents. Mais je doute que les habitants de Sein renoncent à un droit qui leur est reconnu depuis 1946. Le problème, c’est que toutes les expérimentations sont coûteuses. D’autre part, il ne faut pas confondre bonne conscience écologique avec succès industriel avéré et durable. Par exemple, les système houlomoteurs sont théoriquement séduisants, mais depuis plus… Lire plus »
Stephsea
Invité
@ plouc, multiplier les pico éoliennes est évidement ridicule… Une éolienne pour une maison “économe” (à définir) devrait faire autours de 4m de diamètre avec un axe à 12m de hauteur, et plus si obstacles. A cette source d’énergie probablement très suffisante sur Sein se rajouterait un système de stockage, évidement. Mais tout cela est théorique. On reste là dans du micro éolien et du micro réseau individule ce qui est certes efficace pour les sites isolés mais très cher. Sein n’est pas exactement un “site isolé”. Le gros éolien avec un système de stockage centralisé est plus logique et… Lire plus »
Dan1
Invité

“en gros ça vient du contrat du concessionnaire de service public, pour faire rapide EDF SEI a le droit de marger beaucoup plus sur les couts d’exploitation que sur les investissements” Pour le cas particulier de l’île de Sein, je ne vois pas de EDF-SEI dans la boucle ? Corse + Outre-mer, mais pas d’îles bretonnes

Yvon44
Invité

Un truc facile et qui peut rendre service, autoriser AREVA à installer son éolienne OFFSHORE de 8 MW au large de l’ile de Sein avec injection sur l’ile pour ses essais et l’éolienne devient propriété de l’ile ensuite …….

wpDiscuz