Quel « juste » prix pour l’électricité nucléaire (ARENH) ?

La loi du 8 décembre 2010 portant sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité (NOME)  a mis en place l’accès régulé des fournisseurs alternatifs à l’électricité produite par les centrales nucléaires d’EDF (ARENH).

Ce dispositif de l’ARENH repose sur trois piliers : un volume maximal d’électricité d’origine nucléaire garanti pour les fournisseurs ; l’adaptation des tarifs réglementés de vente de l’électricité : un prix de l’ARENH reflétant les conditions économiques de production de l’électricité des centrales nucléaires.

Enjeux et objectifs du prix de l’ARENH

Le troisième pilier est crucial pour le simple fait que le prix de l’ARENH ne doit être ni trop haut par rapport au coût de production de l’électricité nucléaire (ce serait pénaliser les fournisseurs), ni trop bas (ce serait pénaliser le producteur, à savoir EDF). Il s’agit donc essentiellement d’une question de « juste » transfert de marge (ou de « rente nucléaire ») entre producteur et fournisseurs.

Aussi, et afin d’assurer une juste rémunération à EDF et de garantir aux fournisseurs alternatifs des conditions économiques équivalentes à celles résultant pour EDF de l’utilisation de ses centrales nucléaires historiques, la loi stipule que le prix de l’ARENH doit être représentatif des conditions économiques de production d’électricité par les centrales nucléaires historiques sur la durée du dispositif.

En d’autres termes, le prix de l’ARENH doit refléter les coûts complets du parc nucléaire historique.

Comment calculer le coût complet de production d’électricité nucléaire ?

La loi NOME stipule que ces coûts complets sont composés :

► « D’une rémunération des capitaux prenant en compte la nature de l’activité ;
► Des coûts d’exploitation ;
► Des coûts des investissements de maintenance ou nécessaires à l’extension de la durée de l’autorisation d’exploitation ;
► Des coûts prévisionnels liés aux charges pesant à long terme sur les exploitants d’installations nucléaires de base. »

Les ministres, en charge de la fixation du niveau de prix de l’ARENH, l’ont fixé à :

►  40 €/MWh à partir du 1er juillet 2011 afin de garantir la continuité du coût de l’électricité pour les industriels ;
► 42 €/MWh à compter du 1er janvier 2012.

Cette légère hausse vise, dans une perspective de prudence, à permettre à EDF de réaliser les investissements de sécurité nécessaires dont le niveau et le calendrier sont particulièrement incertains suite à l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima.

Perspectives

Certains paramètres tels que le coût de démantèlement restent difficiles à évaluer et illustrent le problème de l’objectivité et de la vérification des coûts complets du parc nucléaire français. Ainsi, certains producteurs alternatifs avancent que le prix de l’ARENH se situe entre 5 et 7 €/MWh plus haut que la réalité. Au contraire, EDF prône que ce niveau de prix est le minimum lui permettant de couvrir l’ensemble des charges.

Notons enfin que bien d’autres dispositifs auraient pu être imaginés :

► L’Etat aurait pu confier à d’autres exploitants, également fournisseurs d’électricité, l’exploitation de certaines centrales nucléaires ;
► L’abrogation définitive des tarifs réglementés de vente de l’électricité ;
► Le prélèvement fiscal de la rente nucléaire aux fins de diminuer les taxes sur la facture des consommateurs finals alimentés par les fournisseurs n’ayant pas accès à la ressource nucléaire.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Quel « juste » prix pour l’électricité nucléaire (ARENH) ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nd
Invité

42 € du MWh pour un moyen de production déjà amorti, c’es énorme, et encore ça ne convrira certainement pas toutes les futures charges de la fin de vie des centrales et le traitement des déchets. Et ne parlons pas de l’EPR et des générations 4, qui seront encore et toujours plus chers. STOP à la désinformation sur le nucléaire pas cher ! Je suis d’accord avec Montebour : le démentèlement nucléaire, filiaire d’avenir ! ND

zelyaener
Invité

D’autres articles sur le même thème sont consultables à l’adresse suivante:

dede29
Invité

ne serait -il pas :” L’abrogation définitive des tarifs réglementés de vente de l’électricité ” ? Au moins tout le monde comprendrait !

Ambiel
Invité
Du nucléaire amorti c’est 42 puis bientot 54€ du MWh avant de nouvelles hausses De l’éolien amorti c’est moins de 30€ le MWh Du solaire amorti c’est à peine 10€ le MWh De l’hydraulique amorti c’est autour de 20€ le MWh… La chance du nucléaire c’est qu’il peut durer 40, 50 voire 60 ans en prenant toujours plus de risque sur les cuves (mais ça on s’en moque pas mal car quand on est ingénieur des mines se 60ans on sera mort avant que ça ne pose problème). Un panneau ça peut durer 60ans mais le rendement devient minable, 35/40ans… Lire plus »
bolton
Invité

“Un panneau ça peut durer 60ans mais le rendement devient minable, 35/40ans semble être la limite pour un rendement qui reste au dessus de 70% de celui de départ.” Sur quelles études vous basez-vous ? Il me paraît difficile de savoir ceci pour des panneaux qui ont été installés il y a moins de 20 ans.

Ambiel
Invité

Si cela vous intéresse il ya quelques infos ici : Sinon les certifications garantissent 20 à 25ans avec plus de 80% de rendement. Les courbes de baisses de rendement utilisée par les organismes de certification et les fabriquants indiquent qu’en gros au dela de 35/40 ans le rendement se met à plonger de manière très importante

spagoo75
Invité

Je ne vous suis pas, 42€ du MW, c’est du MW vendu cher ou pas ? Car vous dîtes que c’est énorme pour un moyen de production déjà amorti et dans la même phrase vous affirmez que ce n’est pas assez pour couvrir les charges qu’on connait. Moi je trouve ça bien si ce prix permet de financer la sécurité de nos centrales, en espérant qu’elles dégagent rapidement..

wpDiscuz