Raccordement d’installation renouvelable : l’hémorragie continue

Selon les derniers chiffre d’ErdF – le Gestionnaire français du réseau de distribution, et repris par le SER**, les énergies renouvelables électriques – éolien et solaire photovoltaïque – continuent de connaître un net ralentissement.

Eolien terrestre : Sur les 9 premiers mois de l’année, moins de 500 MW éoliens terrestres ont été raccordés au réseau électrique confirmant un rythme très en-deçà de celui nécessaire à l’atteinte des objectifs 2020 (19 000 MW, soit 1 400 MW par an). La puissance installée, fin septembre, est en retrait de 46 % par rapport à la même période 2010 et de 33 % par rapport à 2011.

Photovoltaïque : Avec seulement 134 MW installés durant ce troisième trimestre, le rythme de développement du parc solaire photovoltaïque décroît de 47% par rapport au deuxième trimestre. Ce chiffre traduit l’épuisement du portefeuille des projets pré-moratoire et les difficultés des acteurs à porter de nouveaux projets sur les bases économiques actuelles.

Face à ce constat, le Syndicat des énergies renouvelables appelle les pouvoirs publics à mettre en œuvre, sans délai, les mesures d’urgence annoncées depuis la conférence environnementale.

Eolien terrestre

Cette chute inquiétante du développement du parc s’explique par la complexité des démarches administratives redondantes qui allongent artificiellement la réalisation des projets ; la multiplication des recours contre les projets ; la fiscalité qui a été modifiée ; les difficultés de raccordement au réseau électrique (augmentation des coûts et des délais).

Raccordement d'installation renouvelable : la dégringolade continue

Les professionnels, réunis au sein de la commission éolienne du SER, réclament en conséquence une simplification des procédures superfétatoires et redondantes ; des mesures plus strictes pour limiter les recours abusifs ; une amélioration de l’équilibre économique des projets ; un retour à des coûts équitables pour les producteurs.

Par ailleurs, la fragilité du cadre économique de la filière éolienne, née du recours déposé devant le Conseil d’Etat par des opposants, risque d’aggraver encore la situation. Le SER attend avec impatience une sécurisation du tarif actuel.

Photovoltaïque

Concernant la filière solaire photovoltaïque, au-delà des problèmes de raccordement analogues à ceux que connaît la filière éolienne, les raisons de la décroissance constatée réside essentiellement dans l’épuisement des portefeuilles de projets engagés avant le moratoire de l’hiver 2010-2011, qui avaient permis de maintenir un certain niveau d’activité. Ensuite viennent les délais inhérents à la mise en place des appels d’offres : "les premiers, annoncés en juillet, ne généreront, au mieux, de chiffres d’affaires qu’en 2013." Enfin, la dégressivité du tarif d’achat pour les installations domestiques et professionnelles de 0 à 100 kW a été trop brutale.

Raccordement d'installation renouvelable : la dégringolade continue

Les professionnels de la branche photovoltaïque du SER, réunis au sein de SER SOLER, appellent à la mise en œuvre, le plus rapidement possible, du nouvel arrêté tarifaire relevé et de sa bonification en fonction de l’origine européenne des panneaux. Ils attendent également avec impatience la publication des résultats des appels d’offres simplifiés dont la 3e et la 4e tranches devraient déjà être annoncées.

"Ces chiffres traduisent le mauvais dimensionnement du cadre administratif et économique qui régit les filière éolienne et solaire. Les mesures d’urgence, annoncées par le Gouvernement, doivent être amplifiées et leur mise en œuvre accélérée si nous voulons que notre pays soit au rendez-vous des objectifs 2020 et pour préserver l’emploi que ces filières ont généré, ces dernières années, sur notre territoire national", a expliqué Jean-Louis BAL, Président du Syndicat des énergies renouvelables.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Raccordement d’installation renouvelable : l’hémorragie continue"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Ambiel
Invité

Grace aux cocos qui se sont alliés à l’UMP hier soir la PPL de Brottes sur la tarification progressive de l’énergie est rejettée, avec pour corollaire le retard dans l’application de la simplification administrative de l’éolien qui doit redonner du souffle à la filière. Marrant de voir les cocos haïr à ce point les éoliennes et se retrouver avec l’UMP sur le sujet… Comme quoi les conservateurs des deux bords qui vivent avec le même logiciel des années 80 s’entendent très bien !

christophe1007
Invité

Les tarifs de l’électricité augmenteront peut-être moins que ce que l’on pouvait craindre avec tous les projets d’éolien et PV subventionnés par nos factures.

Mamouth
Invité

L’électricité éolienne a un coût de production inférieur ou égal à celle de l’EPR de Flamandville (cf. rapport de la Cour des Comptes au 1er semestre 2012). L’électricité photovoltaïque coûte moins cher que celle du réseau dans le sud de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne. Ce sera bientôt le cas en France.

Flexo
Invité
Vous et ceux de votre génération pense à court terme. Avec des réflexion telle que ” os facture sont ainsi moins cheres” vous faite partie de ceux qui pour des raisons économiques ont laissé polluer, détruire des biotops, fait diapraitre les mares, les haies et favorisé un monde de plus en plus pourri ou nulle part rien n’est plus pollué. Ce que vous ne comprenez pas, c’est que l’argent ne permettra pas de revenir en arrière; il y a des choses qui ne s’achetent pas; mais vous vous en fichez; vous serez mort qund vos petit enfants devront porter des… Lire plus »
Ambiel
Invité

C’est déjà le cas du PV dans le sud de la France, entre 400 et 800MW sont en cours de financement sur la base des tarifs 12 à 10 centimes soit sous le prix payé TTC par les particuliers.

Pro enr
Invité
Je ne sais pas quel âge as-tu Flexo, mais je pense que nous sommes de la même génération, celle des années 70-80 qui devra payer la facture laissée par nos chers parents… Pour abonder dans ce sens, je crois qu’on peut qualifier nos parents baby boomers de criminels contre l’humanité (puisqu’ils nous mettent nous et nos enfants – leurs petits fils – en grave danger) et criminels contre la biosphère. Ils faudra bien qu’on paye la facture, mais christophe 1007 devrait se méfier car avant de mourir, il aura sans doute une longue retraite. Pourrons-nous payer la facture que sa… Lire plus »
aphi
Invité
“Pour rappel L’électricité éolienne a un coût de production inférieur ou égal à celle de l’EPR de Flamandville (cf. rapport de la Cour des Comptes au 1er semestre 2012). ” Vous comparez un prix série moyenné sur plusieurs milliers d’éolienne à un prix de kWh issu d’une tête de série industrielle, ce qui n’a pas de sens. D’autant moins que les deux ne rendent pas le même service énergétique, mais à la limite passons sur ce point. Avec un minimum d’experience industrielle vous ne pourrez que convenir que les têtes de série, quel que soit le produit (réacteur, éolienne, A380,… Lire plus »
Stephsea
Invité
Nous vivons à crédit! J’espère que c’est bien clair pour tout le monde, surtout pour les “egoistes” qui imputent aux ENR la hausse de leur petite facture personnelle d’électricité. Et si ce n’est pas le cas, je les invite à y réfléchir à nouveau. Prenons une image : j’ahibite dans le désert dans un cahteau d’eau rempli il y quelques millions d’années. J’ai de l’eau gratuite au dessus de ma tête, plus qu’il ne m’en faut pour toute ma vie. En bas, les autres ne ramassent sur la tête que les gouttes de mes eaux usées. Je ne paie pas… Lire plus »
Ambiel
Invité
Sauf qu’on neva pas comparer du nucléaire amorti à une turbine tête de série… Par contre on peu tcomparer la H150 à l’EPR, qui sont tous 2 des têtes de séries. Et l’avantage va à l’EPR avec ses 90/100€ face à la H150 qui tournera entre 120 et 220€ suivant le pays d’accueil et les conditions du site… Mais l’EPR est l’un des rares produits dont la facture augmente avec le temps, pour mémoire au UK EDF demande selon les sources un tarif garanti de 120 à 210€…et pendant 25ans. Et avec en plus un prêt à taux bonifiés garanti… Lire plus »
Lax
Invité
Le sénat n’a pas forcément tort non sur le fond mais sur la forme en effet l’état fixe déjà les prix de vente d’EDF, une modification de la structure de ceux ci demandée par les pouvoirs publics permettrait d’obtenir un résultat similaire mais sans nouvelle loi….et pour la concurrenvce il suffit de modifier la structure de prix de l’ARENH de même. De plus ce projet n’apportait pas de réponse au mal français qui est le chauffage électrique responsable de la pointe et de nos importation d’énergie carbonée il aurait même plutot tendance à le favoriser car le quota d’énergie pas… Lire plus »
dede29
Invité
que l’on ne peut pas soupçonner d’etre anti-éolien ou anti-solaire montraient bien les difficultes liées à ces nouvelles énergies. Pour l’éolien terrestre avec le bruit constant et lancinant pour les proches voisins , la volonté de son implantation pour les autres soit par idéologie soit par appat du gain financier ( 20 à 30 % de rentabilité annuelle !) , les difficultés de transports de l’énergie ,le prix des taxes à payer pour le consommateur ,l’impact sur les paysages ,le problème de l’intermittence de production et l’accélération de l’utilisation du charbon . J’ai été aussi frappé par la contestation en… Lire plus »
aphi
Invité
“Il vaut mieux subventionner le passage d’un chauffage électrique à un autre mode de chauffage. ” La particularité francaise en matière de chauffage entraine d’une part un pic de conso aux heures de pointes en hiver (conséquences pour la société), d’autre part une forte conso d’energie pour beaucoup de consommateurs (conséquences individuelles). Il y a deux facons de supprimer cette specificité : ou bien on applique un cataplasme, à savoir on continue à chauffer des passoires energetiques mais en utilisant un moyen de chauffage ne présentant pas de risque de surchauffe (gaz, bois, fioul) ; mais la cause du problème… Lire plus »
Catalan
Invité

la politique economique c’est du Tango, après les incitation de l’ADEME pourfaire des toits bleus puis le moratoire pour tout arréter, voilà que maintenant ils vont pleurer pour relancer la profession ! un pas an avant en 2009, 2 pas en arrière en 2010, et en 2012 ou va faire 2 pas sur le coté !! merci à nos enarques qui n’en ont rien a cirer !

Luis
Invité
¨ En Allemagne, le tarif d’achat de l’électricité provenant de toutes les nouvelles centrales photovoltaïques contruites depuis avril 2012, de la plus petite à la (presque) plus grande, est inférieur à tous les tarifs non industriels (dits “résidentiels”), quel que soit la tranche (quantité) de consommation. De même, le tarif d’achat pour les centrales de 1 à 10 MW (13,50 cts/kWh) est inférieur à tous les tarifs industriels (de 27,11 à 13,73 cts/kWh ttc). Cela est valable pour les plus gros consommateurs, de 70.000 à 150.000 MWh (mégawatts-heures) par an (30.000 fois plus qu’un consommateur résidentiel moyen). Le tarif d’achat… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Les mots “parité réseau” seraient-ils devenus tout-à-coup grossiers? Car c’est bien ce dont vous nous parlez, non? Ce que vous dites est exact, je tiens à le préciser. Et alors? on peut le prendre dans tous les sens, la “parité réseau” n’a de sens que dans le cas d’une production inférieure au max de la consommation d’un site, ou stockage local . Sinon, il faut bien injecter sur le réseau, et là la parité réseau n’a plus de sens. Vous vouliez dire quoi, au-delà d’un rappel factuel?

Sicetaitsimple
Invité

Même punition.. Vous pouvez toujours dire que 400 à 800MW sont en cours de financement sur une base inférieure au tarif TTC des particuliers, si ces projets débitent sur le réseau, c’est un coût direct et palpable pour le consommateur et la collectivité. On peut discuter du coût acceptable, vous avez noté que ça va devenir un sujet d’actualité en Allemagne.

Sicetaitsimple
Invité

“au mal français qui est le chauffage électrique responsable de la pointe et de nos importation d’énergie carbonée” On voit que l’hiver approche…. Ce qui est bizarre, c’est que plus il y a de chauffage electrique en France, moins il y a d’émissions de carbone issues de la production electrique.Je vous invite à faire une petite recherche sur Enerzine à ce sujet et on en reparle ensuite, d’accord?

fredo
Invité

le reportage Arte hier soir (l’Energie du Sahara) porte surtout sur Desertec, et les difficultés que rencontre ce projet allemand de mon point de vue utopique (risque pays financier ). Desertec part aussi du principe que grâce aux ENR au Maghreb, l’Europe quittera On y apprend que le coût du solaire thermique cylindro parabolique (tête de série d’Oudja Maroc ) y serait 2 fois plus élevé que l’éolien (excellentes conditions de vent) mais le thermodynamique a l’avantage considérable de fonctionner de jour comme de nuit.

Luis
Invité
¨ La comparaison entre les tarifs d’achats pour les installations récentes et les tarifs “réseau” a tout simplement pour objet de montrer ce qui est maintenant possible en Allemagne. Dans d’autres régions ou pays aussi. Une maison individuelle, un immeuble de bureaux, une école, un hôpital, un centre commercial, une entreprise industrielle ou non, petite ou grande … tous ont intérêt, si leurs bâtiments le permettent, de s’équiper en photovoltaïque pour produire la plus grande partie possible de l’électricité qu’ils consomment. Cela leur coûtera moins cher de produire cette électricité que de l’acheter auprès de leur fournisseur habituel. A certaines… Lire plus »
traonvouez
Invité
“gouverner, c’est prévoir”, quel langage petit bourgeois. En tout cas, ceux qui préveoient, ce sont nos petit-bourgeois de EDF avec 32h + avantages+ contrat béton, ils laissent venir et faire les travaux, et après….Zip le coup dans le dos, “on ne peut pas raccorder” etc etc… Du grand art, cautionné par nos politiques financés pendant des années par les gouvernant africain+ ELF + commissions sur les marchés et trop peureux pour affronter EDF et autres dockers. De toute façon, ce sont les “masses” qui payent, comme d’habitude; j’ai bien peur que le grand soir soit plus brun que rouge, mais… Lire plus »
Tech
Invité

réponse avec du retard, mais sur le reportage arte desertec et les besoins en eau, on croit rêver! il n’ont même pas inventé …….. la goutierre !!!! cela m’a paru absurde de voir les laveurs de miroir parabolique laisser l’eau de lavage s’infiltrer dans le sable, sans essayer de la récupérer recycler !!! on dirait un gros manquement du bureau d’étude qui a oublié le coût de l’eau surtout dans les pays qui n’en dispose pas ou peu!

Sicetaitsimple
Invité

Nous sommes d’accord. Au moins quelqu’un qui ne brandit pas la “parité réseau” comme un Graal qui une fois franchi va permettre un développement naturel du PV ( ou de toute autre energie partiellement auto-consommée) sans tarifs d’achat. Remarque quand même, il n’y a pas encore beaucoup de pays comme l’Allemagne, dont le prix de l’electricité est particulièrement élevé, notamment du fait des renouvelables en général et du PV en particulier!

wpDiscuz