Records de chaleur pour le mois d’avril

Après un hiver particulièrement doux, le mois d’avril a été marqué par de nouveaux records de températures.

Avec un moyenne supérieure de 4,3°C aux normales saisonnières, le mois s’avère le plus chaud observé depuis 1950.

"Tous mois confondus, un tel écart de température n’a été observé sur la France qu’à trois reprises depuis 1950", précise Météo France : "en juin 2003 (+4,7°), en août 2003 et en février 1990 (+4,5°)."

C’est au Nord, au Centre et à l’Est que les plus gros écarts ont été observés avec les moyennes, une différence pouvant aller jusqu’à 12°C.

Des pointes de 25 à 28°C sur la majorité du pays ont été relevées, contre 16° au nord et 19° au sud habituellement. Certaines villes ont battu des records absolus pour un mois d’avril, comme Rouen (24,5° le 28), Nice (25,5° le 16), Troyes (27,8° le 25), Lille (27,9° le 15), Biscarrosse (30,2° le 24) et Orange (31,2° le 24).

Les mois de janvier et février avaient déjà été plus chauds de 3°C en moyenne par rapport aux normales, mars ayant été plus conforme.

Menaces de sécheresse

Cette chaleur s’est accompagnée d’une très faible pluviométrie. "Si les pluies ont été localement abondantes sur les Pyrénées et le Languedoc-Roussillon, le déficit est quasi-généralisé sur le reste du pays", particulièrement sur le Nord.

Ainsi Lille n’a pas vu tomber une seule goutte de pluie depuis le 1er avril. Seuls 2 mm ont été relevés à Besançon, 5 mm à Paris, 10 mm à Lyon et 16 à Rennes.

Nelly Olin, ministre de l’Ecologie, a fait part de son inquiétude à l’égard de la situation hydrologique du pays. La chaleur pourrait amener les agriculteurs à irriguer avant l’heure.

Elle a indiqué que la situation était tendue à l’est de la chaîne pyrénéenne, sur l’Ariège, et à l’amont de la Garonne, où les débits des cours d’eau sont faibles.

Les grandes nappes souterraines, qui sont sur des cycles de recharge pluriannuels, affichent des situations préoccupantes, en particulier la nappe de Champigny pour le bassin parisien et la nappe de la région lyonnaise dans la vallée du Rhône.

A ce jour, seuls trois départements du bassin parisien (60, 77 et 91) ont mis en place des mesures d’économie significatives, s’inquiète la ministre

La France n’est pas le seul pays touché par la vague de chaleur, puisque la météo britannique a annoncé que le pays s’apprête à battre un record vieux de 140 ans. Avec une moyenne de 11,1°C, la Grande-Bretagne n’avait pas connu un tel mois d’avril depuis 1865.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz