Rénovation énergétique des bâtiments : l’Etat débloque 23,5 ME

Quatre projets cofinancés par les investissements d’avenir dans le cadre de l’appel à manifestations d’intérêt (AMI) « bâtiments et îlots performants » piloté par l’Ademe pour le compte de l’État ont été sélectionnés.

Avec près de 44% de la consommation d’énergie en France, le bâtiment est le secteur économique le plus énergivore et génère près du quart des émissions nationales de gaz à effet de serre. Il devient nécessaire pour atteindre les objectifs de la France en matière de climat (division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050) et de consommation d’énergie (-38 % dans le secteur du bâtiment en 2020 et réduction de moitié de notre consommation d’énergie finale à l’horizon 2050), d’accroître l’efficacité énergétique des bâtiments neufs et existants.

La rénovation énergétique est devenue un véritable enjeu national et doit pouvoir disposer de solutions de réhabilitation maîtrisées par les acteurs du bâtiment, économiquement compétitives et reproductibles sur une large typologie de bâtiments. La réduction de la consommation d’énergie sur le long terme implique de favoriser le développement de nouveaux matériaux d’isolation, d’équipements de production de chaleur innovants ou encore de systèmes multifonctions de pilotage des consommations d’électricité, utilisés pour le chauffage, l’éclairage, les procédés industriels mais aussi de plus en plus pour des consommations spécifiques avec la multiplication des appareils ménagers.

Les 4 nouveaux projets de R&D, réalisés par des partenariats recherche publique et industrie, répondent à ces problématiques:

IBIS : Isolants biosourcés destinés au bâti ancien

Les pertes liées à l’isolation représentent en moyenne 55 % des déperditions d’un bâtiment.

L’objectif du projet est la fabrication à une échelle industrielle d’un mortier isolant à base de chènevotte (partie centrale et moelleuse de la tige de chanvre obtenue par défibrage mécanique) grâce au développement d’un liant spécifique. Le marché visé est principalement celui de la réhabilitation des maisons individuelles d’avant 1950. La solution d’isolation sera étudiée sur plusieurs plans : la performance même des produits, les techniques de mise en œuvre et les contraintes techniques et architecturales des maisons ; 30 chantiers démonstrateurs seront réalisés dans le cadre du projet. Le projet prévoit à l’utilisation d’une ressource locale et permettra, non seulement de réduire la consommation énergétique des bâtiments rénovés, mais également de réduire l’impact environnemental lié à la fabrication des matériaux isolants.

SMARTLIGHT : Eclairage intelligent à haute efficacité énergétique pour les bâtiments tertiaires et industriels

D’après l’Ademe, l’éclairage en France, hors éclairage public, représente 10 % des consommations annuelles d’électricité soit 49 TWh/an. Le projet SMARTLIGHT vise à développer une gamme de produits d’éclairage intelligents « plug and play » en substitution aux solutions existantes : cela permettra, dans le cas d’une rénovation, de changer uniquement le bloc luminaire sans travaux de câblage. Les luminaires développés seront tous équipés d’un détecteur de présence, d’un capteur de lumière du jour, d’un outil de transmission sans fil et d’une intelligence embarquée. Le but est d’automatiser le réseau d’éclairage afin de l’adapter aux besoins de l’utilisateur (éteindre quand il n’y a pas de besoin d’éclairage, adapter le niveau d’éclairage à la disponibilité de l’éclairage naturel) et ainsi générer des économies d’énergie.

VIPER : Isolation intérieure à haute performance pour l’habitat et le tertiaire en zone urbaine

L’intérêt du projet Viper est de viser la mise sur le marché d’une solution d’isolation thermique par l’intérieur qui présente des performances thermiques importantes tout en ayant, grâce au levier de l’isolation sous vide, une épaisseur moindre par rapport aux autres solutions concurrentes. Cette offre d’isolation thermique s’appuie sur les techniques traditionnelles d’isolation par l’intérieur, qui intégreront des panneaux isolants sous vide. Afin d’aboutir à cette offre, le projet finalisera les solutions de super-isolation sous vide, proposera le déploiement technique des solutions (ingénierie adaptée, mise en œuvre…) et mettra en place plusieurs chantier démonstrateurs.

WOOD’ITE
: Solutions de rénovation en bois pour l’habitat collectif

Le projet consiste à développer une solution d’isolation thermique par l’extérieur utilisant le bois, qui sera préfabriqué en atelier et intégrera les menuiseries et des équipements techniques (en particulier : ventilation, réseaux, photovoltaïque). Cette solution permet de coupler une réhabilitation des bâtiments existants avec une solution économique d’augmentation des surfaces habitables par surélévation bois. Dans le cadre du projet, 3 sites de démonstrations situés dans le Morbihan et gérés par Bretagne Sud Habitat seront équipés et testés. Ces sites concernent des maisons individuelles et de l’habitat collectif pour tester, dans un nombre maximal de situations représentatives, le caractère économique et l’acceptabilité de la solution développée.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Rénovation énergétique des bâtiments : l’Etat débloque 23,5 ME"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Baleineau
Invité

Nos voisins ont développés de nombreuses solutions d’isolation. Est-il indispensable de consacrer 23.5M€ pour de nouveaux produits? Cette somme serait mieux utilisée à garantir des prêts à taux zéro permettant d’isoker quelques milliers de logements.

Pierrotb001
Invité

Ce qui manque ce n’est pas les solutions, elles existent déja et sont disponibles en France! C’est : – La formation des acteurs (Artisans et ….y compris des politiques) : il faut un vrai choc – Les aides J’aimerai bien savoir la suite de cet AMI…

wpDiscuz