RTE : financement pour 150 km de nouvelles lignes

RTE et la Banque europénne d’investissement ont conclu un accord de financement de 400 millions d’euros pour le développement du réseau public de transport d’électricité.

La Banque européenne d’investissement (BEI) financera à hauteur de 400 millions d’euros le programme d’investissement de RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, pour le renforcement et le développement du réseau sur la période 2009-2012.

Philippe de Fontaine Vive, Vice président de la BEI, et Dominique Maillard, Président du Directoire de RTE, ont signé le contrat de financement relatif à ce programme à Paris ce 29 janvier.

Sur la période 2009-2012, le programme d’investissements de RTE devrait s’élever à 5 milliards d’euros.

Dans ce programme, 31 projets, d’un montant de 1 milliard d’euros, ont suscité l’intérêt de la BEI. Pour la réalisation de ces projets sélectionnés, la Banque européenne a consenti à RTE un prêt de 400 millions d’euros qui permettra de couvrir 40% des investissements correspondants. RTE souligne que les conditions très attractives de ce prêt bénéficieront à l’ensemble des utilisateurs du réseau.

Le financement de ces projets s’inscrit pour la BEI dans sa politique énergétique visant à soutenir la sûreté et la diversification des sources d’approvisionnement de l’Union européenne, ainsi que le développement des énergies renouvelables et des projets favorisant les économies d’énergie ; des objectifs auxquels elle a consacré plus de 10 milliards d’euros l’année dernière.

Sur l’ensemble du territoire français, les 31 projets du programme d’investissement de RTE financé par la BEI représentent la création de plus de 150 km de lignes et le renforcement de 700 km de lignes à 400 000 volts, 225 000 volts et 90 000 volts.

RTE précise que ce programme contribuera à l’augmentation des capacités de transport du réseau face à la croissance de la consommation, au renforcement de la sécurité d’approvisionnement, notamment de la région PACA, et à la poursuite des efforts engagés depuis 2002 en faveur de la sécurisation du réseau.

Il permettra également le raccordement au réseau de RTE de nouvelles centrales de production  d’électricité de filières variées, en particulier les énergies renouvelables, qui devront représenter 20% de la consommation énergétique de 2020.

Ce programme porte également sur l’augmentation des capacités de transport transfrontalières par les interconnexions électriques, entre la France et la Belgique (avec la connexion Moulaine-Aubange sur l’axe France – Belgique – Pays-Bas – Allemagne), ainsi qu’entre la France et l’Italie.

Ces deux liaisons avec ces pays voisins sont reconnues comme prioritaires par l’Union europénne (réseaux trans-européens d’énergie ou RTE-E) et constituent des liens indispensables entre les régions et les pays pour partager, échanger et ainsi garantir une alimentation électrique optimale aux citoyens européens.Il participera par ailleurs au déploiement d’environ 3200 km du réseau de fibres optiques et à la création du centre d’administration et de supervision du réseau de téléconduite intégrant l’infrastructure « fibres optiques » de RTE.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz