RTE prévoit des risques modérés de coupures cet hiver

A températures normales, les prévisions sur l’équilibre offre–demande pour l’hiver 2007-2008 sont moins favorables que celles de l’hiver dernier, annonce le Gestionnaire du Réseau de Transport d’Electricité (RTE).
 
RTE réalise chaque année une étude prospective de l’équilibre entre l’offre et la demande en électricité pour l’hiver à venir, sur l’ensemble de la France continentale. Cette période de l’année est caractérisée par de forts niveaux de la consommation électrique en ces périodes de températures froides.

L’étude, publiée vendredi 9 novembre, permet d’identifier les périodes de tension sur cet équilibre ; elle explore les leviers à activer par les acteurs du marché de l’électricité et par RTE pour éviter toute rupture d’approvisionnement pendant les pointes de la consommation en France, du fait d’une insuffisance de l’offre.

Pour l’hiver 2007-2008, l’étude s’est basée sur des prévisions de consommation en hausse par rapport à l’an dernier, avec une pointe estimée à 82 600 MW la deuxième semaine de janvier, cette valeur étant établie pour des températures conformes aux normales saisonnières.

Plusieurs semaines pourraient être tendues du point de vue de l’équilibre offre-demande. En effet, la couverture du risque 1% est assurée avec un solde maximum des échanges restreint pour toute la période allant de mi-novembre à début février, excepté la période des fêtes de Noël.

Pour ces périodes, ce solde, calculé en considérant que l’ensemble des effacements de consommation communiqués à RTE par les fournisseurs sur leurs portefeuilles de clients seront mis en œuvre, est inférieur à 2 500 MW.

Cependant, en cas de vague de froid intense et durable, les marges prévisionnelles se réduiront du fait de la forte dépendance du niveau de la consommation électrique aux températures.

Dans une telle situation, les fournisseurs du marché français mettraient en œuvre des effacements supplémentaires de la consommation sur leurs portefeuilles de clients ou s’approvisionneraient sur le marché européen grâce aux capacités d’interconnexion mises à disposition par RTE.

 

Lire le rapport (PDF)

 
(src : CP – RTE)
Partagez l'article

 



            

Articles connexes

2
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
TUGUDU
Invité
TUGUDU

Si EDF n’avait pas fermé la plupart des centrales termiques du palier de 250 MW (qui auraient pu tourner encore 20 ans sans problème car elle fonctionne surtout l’hiver) (Centrales de Vaires sur Marne, Champagne sur Oise, Montereau, Ambes, Loire sur Rhone, Albi, …) Sous prétexte de lutte contre la pollution, ces centrales ont été fermées pour faire flamber le marché de l’électricité…et ca marche. C’est vraiment scandaleux !!!

Theo de Zennace
Invité
Theo de Zennace

Fermer des centrales polluantes et produisant des kWh bien plus chers que les kWh hydrauliques et nucléaires n’a rien de condamnable. Rassurez-vous, avec cette nouvelle folie spéculative éolienne, et ces kWh en dents de scie, il va falloir les « rallumer », et empester de nouveau la Planète.