RU : 10% des besoins en carburant grâce à des bactéries

Lors d’un colloque de microbiologie générale au collège de Trinity à Dublin, des scientifiques se sont entendus sur l’hypothèse suivante : Si on utilisait des bactéries – les mêmes que celles trouvées dans les tas de compost – pour convertir les déchets en éthanol, il serait alors possible de fournir jusqu’à 10% des besoins énergétiques dans le secteur du transport au Royaume-Uni.

Les chercheurs de Guildford ont en effet développé avec succès une nouvelle souche de bactéries qui a la capacité de digérer de la paille, des résidus de plantes agricoles, du carton, des copeaux de bois et d’autres déchets municipaux afin de les convertir en carburants renouvelables utiles pour l’industrie du transport.

La nouvelle souche de bactéries permet de produire beaucoup plus d’éthanol de manières plus efficaces et à moindre coût, par rapport à la traditionnelle levure à fermentation, utilisée couramment dans la production commerciale de bioéthanol.

Les scientifiques estiment que près de 7 millions de tonnes de surplus de paille sont disponibles au Royaume-Uni chaque année. Transformé en éthanol, ce substitut pourrait remplacer 10% de l’essence consommée dans le pays.

"Notre nouveau micro-organisme, appelé TM242, peut convertir efficacement les sucres des biomasses ligneuses en éthanol. Cette bactérie thermophile fonctionne à haute température, entre 60 et 70 ° C et digère un large éventail de matières premières très rapidement", a déclaré le directeur du développement de fermentation de TMO Renewables.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "RU : 10% des besoins en carburant grâce à des bactéries"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité
Bravo à ce team de Dublin College ! Belles perspectives ! Timing svp?”…10% des besoins énergétiques dans le secteur du transport au Royaume-Uni.” Not bad ! Prometteur !”La nouvelle souche de bactéries permet de produire beaucoup plus d’éthanol de manières plus efficaces et à moindre coût, par rapport à la traditionnelle levure à fermentation, utilisée couramment dans la production commerciale de bioéthanol.” Bingo !!!”…nouvelle souche de bactéries qui a la capacité de digérer de la paille, des résidus de plantes agricoles, du carton, des copeaux de bois et d’autres déchets municipaux afin de les convertir en carburants renouvelables utiles pour l’industrie… Lire plus »
Caramba
Invité

Quelle économie ? Ce qui sera produit en agrocarburant d’un côté, avec une consommation énergétique non précisée mais sans doute égale ou supérieure à l’énergie récupérée, sera perdu d’un autre côté avec un besoin plus important d’engrais dans les champs. – La paille constitue un engrais naturel pour les champs et permet aussi de conserver un peu d’humus dans ceux-ci. Cela permet de mieux absorber l’eau de pluie pour recharger les nappes phréatiques et limite le ruissellement, donc les inondations. – Coût total de l’opération : supérieur au gain espéré pour le veau d’or automobile.

js
Invité

Tu n’as pas tout à fait tort mais cette bacterie ne digere pas que la paille, ne minimisons pas trop les efforts

wpDiscuz