“SarkObama” : le “Yes you must” de Greenpeace

Depuis une semaine, Greenpeace a placardé dans Paris des affiches détournant un visuel de campagne de Barack Obama, présentant le visage de Nicolas Sarkozy et scandant  "Yes We Can ! "

"Cette campagne de buzz vise à éveiller la curiosité du grand public et à faire le maximum de bruit à propos d’un événement essentiel qui, aujourd’hui, malheureusement, n’intéresse pas grand monde : l’adoption imminente du paquet "climat/énergie" par l’Union européenne, alors que la Conférence des Nations unies sur le climat bat son plein à Poznan", déclare Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France.

"Le président français porte une lourde responsabilité, reprend Pascal Husting. Il a laissé les États membres s’engluer dans la défense de leurs intérêts nationaux de court terme, au lieu de porter haut et fort l’intérêt collectif et les impératifs de la lutte contre les changements climatiques. Avec lui, c’est Noël tous les jours : des droits à polluer gratuits pour les centrales à charbon polonaises, ou 30 g de CO2/km offerts aux constructeurs allemands Mercedes et BMW !"

Selon l’organisation environnementale, l’Europe doit se doter d’une réglementation ambitieuse et le paquet climat/énergie est très loin du compte. C’est pourquoi Greenpeace a lancé l’opération " SarkObama " : pour faire dire à Nicolas Sarkozy ce qu’il ferait s’il était à la hauteur du défi climatique et de la présidence de l’Europe :

  • Confirmer l’engagement de l’UE à réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre sur son territoire d’ici à 2020 ;
  • Impulser une politique d’économies d’énergie ambitieuse, avec comme objectif contraignant de réaliser d’économiser 20 % de la consommation énergétique d’ici à 2020 ;
  • Développer les renouvelables à hauteur de 20 % de la consommation d’énergie d’ici à 2020 ;
  • Mettre aux enchères 100 % des quotas d’émissions de CO2 accordés aux industries et aux électriciens européens (application du principe pollueur/payeur) ;
  • Affecter 100 % du revenu de la mise aux enchères des quotas à la protection du climat, dont 50 % à l’aide aux pays en développement (adaptation, atténuation, transfert de technologies).

 

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "“SarkObama” : le “Yes you must” de Greenpeace"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

Tout est dit ! ”Yes We can ! Yes We must !” C’est un travail de Solidarité globale avec une prise de conscience individuelle, qui peut être certes impulsée par les dirigeants, dont notre Président, mais la Prise de Conscience doit être avant tout et déjà INDIVIDUELLE ! Donc, oui, il faut sensibiliser un tout un chacun et instaurer uneréglementation ambitieuse pour le paquet climat/énergie de l’UE !A+ Salutations Guydegif(91)

Stratos
Invité

Entièrement d’accord avec toi Guydegif sauf peut être sur un point :l’individualité de la perception et de la prise de conscience.Ce n’est pas, en demandant aux ‘masses populaires” de prendre consciense du problème que nous convaincrons la “classe dirigeante” sauf peut-être en la relevant de ses fonctions !Là je dis :Yes, We must !

Stratos
Invité

We can do it and we must !Sauvons ce qui peut l’être encore !Signé celui qui confond ( peut être, … Vas savoir ! ) Pile à combustible et Réacteur  !!! ( quelle honte : il ne s’agit absolument pas d’une “REACTION” ! )ps : a moins que …………….!

wpDiscuz