SeaWing, l’aile volante qui veut révolutionner le transport maritime

AirSeas propose aux armateurs d’équiper leurs navires d’une grande aile souple autonome, SeaWing. Celle-ci est capable de leur faire économiser 20% de fuel et d’émissions, soit une économie d’au moins 1 à 2 M€ par an et par navire.

Véritable épine dorsale de notre économie mondialisée, le transport maritime est un marché colossal : 28 000 navires de plus de 100 mètres de long transportent 90% du fret mondial. Ils consomment chacun 5 à 10 M€ de carburant par an, c’est-à-dire environ 50% de leurs coûts opérationnels. Non seulement les armateurs sont soumis à une pression économique croissante (surcapacité, prix du carburant, concurrence…), mais ils doivent aussi faire face à des exigences environnementales grandissantes.

L’impact environnemental du transport maritime n’est plus un débat. Les navires marchands comme les bateaux de croisière utilisent essentiellement comme carburant un fioul lourd, sous-produit du pétrole, qui émet de grandes quantités de particules fines, des oxydes d’azotes, et surtout, des oxydes de soufre.

La réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’oxydes de soufre (SOx) et d’oxydes d’azote (NOx) est désormais l’objectif prioritaire de l’OMI, l’Organisation Maritime Internationale émanant des Nations Unies. AirSeas a développé la solution pour aider les armateurs à faire face à leurs responsabilités environnementales tout en réalisant des économies : une aile automatisée de traction qui leur permet de réduire de 20% leur consommation de fuel et d’émissions CO2/SOx/NOx.

Une aile est totalement automatisée

Au travers d’une interface à l’ergonomie optimisée, les actions de l’officier de pont se limitent à activer ou désactiver le système et tout le reste se gère de manière automatique. L’aile se déploie, fonctionne et se replie en totale autonomie.

Un logiciel de routage et de gestion propose au capitaine la route la plus économique, et lui indique les périodes d’utilisation possible afin de le guider dans ses décisions. SeaWing analyse en temps réel un ensemble de données météorologiques et océaniques complexes ; elle s’adapte de façon intelligente aux conditions, optimise seule ses performances tout en garantissant une sécurité maximale.

Cette solution permet un retour sur investissement en moins de deux ans pour l’armateur.

Enfin, sa modularité en permet l’installation lors de simples arrêts au port afin d’en faciliter le déploiement très rapide sur les flottes existantes. Avec SeaWing, AirSeas transfère au secteur maritime le savoir-faire et la technologie mature des commandes de vol qui ont hissé Airbus au rang de leader mondial face à Boeing.

« L’équipe s’est construite sur la base de deux critères, se souvient Vincent Bernatets. Le premier, c’était l’état d’esprit : une envie de changer le monde en toute humilité et en se faisant plaisir, et le second, c’était l’expertise : chacune des personnes de l’équipe est une pointure
dans son domaine
».

« Certains rêvent d’être pilotes, explique Emmanuel. Moi ce que j’aime par-dessus-tout, c’est faire voler ce que je crée. J’aime jouer avec l’eau, l’air ou le vent… c’est incroyable de pouvoir utiliser ces éléments pour réaliser des choses qu’on ne pourrait pas faire au sol »

Se lancer dans une start-up demande une incroyable détermination et une motivation inébranlable. Cela demande du temps et une belle force de conviction, mais in fine, et comme le dit le motto de l’équipe : « L’authenticité est la meilleure forme de persuasion ».

Le lancement industriel du premier prototype pourrait intervenir fin 2019 selon les prévisions de la start-up.

Un potentiel unique issu d’Airbus

AirSeas est né d’Airbus. Ainsi, SeaWing bénéficie tout d’abord du savoir-faire aéronautique d’Airbus pour maîtriser l’aile et son pilotage :

• Sécurité garantie du décollage à l’atterrissage
• Calcul et logiciel haute performance
• Performances maximisées de l’aile
• Ergonomie de pilotage simple

SeaWing bénéficie ensuite de moyens exceptionnels de développement :

• Moyens de calculs, et autres moyens d’essais
• Protospace, le fablab d’Airbus
• Navires Airbus pour essais de développement et entrée en service

Partagez l'article
  • 54
    Partages

 



[ Rédaction ]

         

Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "SeaWing, l’aile volante qui veut révolutionner le transport maritime"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trimtab
Invité

Une idée qui remonte déjà à une dixaine d’années – so what’s new really ? http://www.skysails.info/english/company/

trimtab
Invité

On a même parler beaucoup ici sur Enerzine – il faut que les ‘start up’ arretent de réinventer de l’eau chaude tous les jours…..!

Seb
Invité

Trimtab, je vous trouve un peu désenchanté sur ce coup !
Certes, l’idée n’est pas nouvelle, mais on a un grand groupe aéronautique qui se lance dans l’aventure, et je pense que ça peut changer la donne.
Après, nous sommes encore (même si c’est moins vrai qu’il y a quelques années) dans une phase ou il y a beaucoup d’essais, dont la majorité échoue, mais ou quelques uns changent la donne.
Nous verrons ce que donne celui-ci, mais c’est un assez beau projet je trouve !

wpDiscuz