Ségolène Royal demande aux entreprises du renouvelable d’accélérer

A l’occasion de la publication d’un rapport sur l’évolution des modes de soutien aux énergies renouvelables électriques, Ségolène Royal a reçu les acteurs de la filière des énergies renouvelables.

Alors que la discussion sur le projet de loi reprend au cours des prochaines semaines au Sénat, Ségolène Royal a rappelé que « l’exemplarité est un levier d’accélération de la transition énergétique et de la croissance verte ». La ministre a annoncé une série de mesures pour atteindre l’objectif ambitieux de 32% d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale à l’horizon 2030 :

► Encourager les opportunités de développement : les 200 premiers lauréats de l’appel à projets « territoires de la transition énergétique pour la croissance verte » seront annoncés avant la fin du mois de janvier.

► Accompagner l’innovation : un nouvel appel à manifestation d’intérêts sur les hydroliennes fluviales sera lancé dans les prochains mois.

► Simplifier les procédures : La Ministre a rappelé que le projet de loi sur la transition énergétique prévoit la généralisation du permis unique pour les éoliennes et les méthaniseurs. Les règles d’urbanisme en loi littorale ont été allégées pour faciliter l’implantation d’éoliennes.

► Donner de la visibilité sur le rythme de développement : la ministre va lancer dès le mois de février les premiers travaux d’élaboration du Plan de Performance Energétique (PPE).

► Mobiliser les financements par les tarifs d’achat (Ségolène Royal a rappelé son engagement de modifier le tarif photovoltaïque dit « T4 » pour relancer les projets) et par des appels d’offres ( l’appel d’offres pour les installations de plus de 250 kWc a été publié fin 2014). La ministre a annoncé qu’un appel d’offres spécifique pour les Outre-mer serait lancé dans les prochaines semaines.

Les conclusions du groupe de travail sur l’auto-consommation seront publiées avant la fin du mois et la ministre précisera les 5 chantiers de mise en œuvre.

Ségolène Royal demande aux entreprises du renouvelable d'accélérer

"J’ai inscrit notre engagement européen de 27% d’énergie électrique renouvelable en 2020 (en 2014, nous venons de dépasser pour la première fois le seuil de 20%), j’ai fixé un objectif de 32% d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie en 2030, ce qui suppose d’atteindre 40% d’énergie électrique renouvelable en 2030" a rappelé S. Royal en introduction de la réunion des entreprises d’énergies renouvelables.

Et d’ajouter : "L’atteinte de ces objectifs dépend beaucoup de votre dynamisme et de votre mobilisation. Pour que vous puissiez accélérer, je mets toute mon énergie pour vous accompagner."

Par ailleurs, le ministère a souhaité lancer en 2014 une large consultation auprès des parties prenantes (syndicats professionnels, producteurs d’électricité, fournisseurs, ONG, …). Elle porte sur les dispositifs de soutien aux énergies renouvelables électriques et leurs impacts. Plus d’une centaine de contributions ont été reçues. Les résultats complets de la consultation sont disponibles sur le site Internet du ministère : retrouvez le Rapport "mécanismes de soutien"

Suite aux retours de la consultation, Ségolène Royal a décidé de mettre en place des dispositifs de soutien adaptés aux différentes typologies d’installations pour les petites installations avec un maintien des tarifs d’achat, ainsi que pour les grandes installations : "un dispositif de vente sur le marché de l’électricité associé à une prime, c’est à dire l’instauration d’un complément de rémunération."

Lorsque le projet de loi sera promulgué, les projets de décrets élaborés en consultation avec les acteurs au 2ème trimestre 2015 seront examinés par le Conseil supérieur de l’énergie et le Conseil d’Etat à l’été 2015.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

34 Commentaires sur "Ségolène Royal demande aux entreprises du renouvelable d’accélérer"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Steph
Invité
Alors que cette annonce avait deja ete faite en aout pour application en septembre, il n’y a toujours rien. Et on parle d’un truc enorme : remonter le tarif de 13.3 a 15 c€ / kWh, de quoi faire exploser la CSPE en somme. A comparer avec les 11 c€ / kWh qu’a besoin l’EPR. Et encore faut-il faire avec ErDF qui se goinfre au passage : 50 000 € de frais de raccordement pour un 100 kW, ca serait combien si un operateur privé sous concurrence s’en chargeait ? Par contre 18-20 c€ / kWh pour l’eolien off-shore, ca… Lire plus »
Sonate
Invité

Quand le gouvernement met des limitations de vitesse, des dos d’ânes et des feux tricolores à tout bout de champ aux EnR depuis 5 ans, celle-là elle est forte !

Tassin
Invité
J’ai eu un petit rire nerveux à la lecture de ce foutage de gueule en règle de la part d’une ministre aux acteurs des EnR qui ne demandent qu’à pouvoir travailler. Qui a flingué les tarifs PV 9-100 kWc ? Qui a supprimé les tarifs de plus de 100 kWc ? Qui nous oblige à faire de l’IAB sur les 0-9 kWc entrainant 30% de surcout ? Qui délivre des appels d’offres 100-250 et + de 250 kWc au compte goutte en foutant une telle pression sur les prix que ça recommence à installer du panneau chinois et à employer… Lire plus »
edc10
Invité

Elle vous donnera ça peut-être quand vous arrêterez d’être stupides. Car continuer à comparer des énergies fatales intermittentes avec des centrales à puissance pilotable, c’est vraiment prendre les gens pour des c … Bref, sans prendre sa défense, ça ne doit pas être facile tous les jours d’être ministre …

Jackber
Invité

C’est assez étonnant de voir que le marché de gros de l’électricité est en train de baisser sérieusement pour cause de demande atone( crise économique), et le marché réglementé continuer à monter. Ca va tenir combien de temps sauf à inciter les particuliers à se regrouper pour accéder au marché de gros. Encore une fois je remarque qu’en France le contribuable et le petit va payer pour le gros consommateur. Si celui-ci est une petite entreprise ça ne me choque pas mais elle peut être aussi une multinationale qui servira d’abord ses actionnaires…

Luis
Invité
¤ Pour un réel développement du photovoltaïque, il serait bon de remettre le tarif T5 à un niveau crédible, alors qu’il a été abaissé de 20% en novembre 2012. Ce qui a entraîné l’abandon de très nombreux projets de 100 kW et plus. Ce tarif d’achat de 6,80 c€/kWh fin 2014 pourrait être augmenté de 20%, soit 8,16 c€/kWh, ce qui permettrait de faire des installations avec des panneaux français (eh oui, ça existe) et de redonner vie à la filière solaire. Ce serait toujours moins cher que de l’électricité EPR et contribuerait pour de bon au remplacement de 25%… Lire plus »
b api
Invité
SI l’accélération consiste à rajouter des freins, ca va chauffer ! C’est toute la stratégie photovoltaïque actuelle ultra compliquée car pondue par des cerveaux sortis de nos grandes écioles qu’il faut revoir. Certes, il faut des règles, mais simples, encourageant les installations les moins coûteuses à la CSPE. Que ce soit en toiture ou au sol, au Nord ou au Sud peu importe. Le résultat sera naturellement de grandes centrales au sol dans le Sud, à moins de 10 cent/kWh, car c’est juste là que le soleil brille le plus ! Et peu importe si le contenu est Chinois ou… Lire plus »
Luis
Invité

¤ En fait, c’est un remplacement de 25 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité qui est promis pour 2025 : passage de 75% à 50%. Comme la consommation d’électricité ne va guère varier au cours des dix prochaines années, reduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité, c’est la réduire de 400-410 TWh en moyenne à 270 TWh. Soit un tiers de l’électricité nucléaire et pas 25%. Et 130 à 140 TWh d’électricité renouvelable à ajouter, à moins de réduire le solde annuel des exportations.

Gofast
Invité
Bonjour Mais même quand le photovoltaïque du futur proche produira des MW à 10 euros, quand une centrale aura pété en France (le désastre européen à venir tsss !!), il y aura toujours un bachi pour nous expliquer qu’en dehors du nucléaire, point de salut ! Nous avons eu la ligne maginot, le concorde, le char Leclerc, le rafale, super(très)phénix, notre fameux porte avions, nucléaire lui aussi, les abattoirs de la villette, etc… On va pas s’arrêter comme ça ! Vous imaginez les 55 Milliards (annoncés !) du grand carénage nucléaire investis dans les énergies propres ? En 5 ans… Lire plus »
Dan1
Invité

Il n’est même pas sûr que le MWh EnR soit toujours compétitif à 10 Euros. Car c’est grosso modo le coût du MWh nucléaire historique marginal, c’est à dire celui qui est produit en supplément quand on met un peu plus de vapeur dans la tranche. C’est en gros le prix du combustible supplémentaire.

Steph
Invité
@edc : J’installe du Voltec Solar (France), du SolarFabrik (Allemagne), du Socomec (France), KACO (Allemagne), renseignez-vous mieux avant de debiter des aneries. @badrien : je vous invite a exercer votre sagacite sur le cout reel du nuke et vous devrez voire que les des sont pipes, par la ministre elle-meme qui non contente de sapper les EnR (et pas que le PV) par un tarif debile et erratique, empeche le developpement par l’auto-consommation en bloquant l’adaptation du prix de vente a son VRAI cout. En France les EnR font face a un conglomerat favorable au statu quo regressiste qui favorise… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Allez vous relancer le débat sur “les coûts cachés” du nucléaire ? Il est vrai qu’on n’a pas encore eu de commission parlementaire sur le sujet cette année. Et avec les fêtes, les antinucléaires ont eu le temps d'”oublier” les conclusions des précédentes…

Dan1
Invité
Si le coût du nucléaire est élevé (enfin tout est relatif et encore faut-il le démontrer), alors cette filière est riche en emploi probablement relativement bien payé. Si le photovoltaïque est si peu cher (reste à le démontrer… surtout à service rendu identique), c’est qu’il procure peu d’emplois ou alors des emplois nombreux mais très mal payés. Quand on affirme à la fois que le photovoltaïque est très peu cher et dans le même temps qu’il procure énormément d’emplois durables, il y a mensonge, tromperie ou ignorance totale des principes de base de l’économie. Sachant que les “écologistes” politiques ne… Lire plus »
Gofast
Invité
bonjour tout le monde ! Coût du nucléaire: des EPRà X milliards d’euros pièce+ traitement des déchetsà X milliardsd’euros+démantèlement des centrales à X milliards d’euros ! Bref coût du nuke =X*X ! C’est vrai que c’est pas cher ! Evidemment on ne prend pas en compte un impossible accident ou sabotage qui rajouterait quelques X ! En France et en Europe ! Donc tout baigne, Cruas 2 a pris vapeur (comme disait aggripine !) hier mais tout va bien ! Avec de la chance on passe l’hiver ! Nuke uber alles for ever ! vive la France ! Tin! on… Lire plus »
Dan1
Invité

X * X = Y Le troll rapide ne sait rien, mais il parle !

Verdarie
Invité

Pourquoi, si le coût de l’énergie nucléaire est si intéressant ne construit-on pas de centrales dans les pays en développement ?

Dan1
Invité
Quand je parle d’intensité en emplois des filières ENR, j’évoque surtout le photovoltaïque, car cette filière a la particularité de s’appuyer sur des systèmes essentiellement statiques qui nécessite très peu de personnel d’exploitation et peu de personnel de maintenance. Si la fiabilité est à la hauteur des promesses, je ne vois pas bien ce que cela peut créer comme emplois durables une fois le parc installé parvenu à maturité. Si à l’aval de la filière il n’y a pas beaucoup d’ emplois, on peut bien sûr invoquer les emplois à l’amont dans la fabrication des matériels (panneaux, onduleurs…). Mais là,… Lire plus »
Herve
Invité
Cette partie m’a fait bondir: ” un nouvel appel à manifestation d’intérêts sur les hydroliennes fluviales sera lancé dans les prochains mois” Faut quand même se rappeler que: 1) Le potentiel hydrau fluvial est limité mais il est trés interessant car il est beaucoup plus prévisible (à la baisse) que l’eolien / solaire et trés régulier a court terme. 2) Les turbines actuelles + barrages correctement permettent de le récupérer entre 40 et 75% du potentiel total d’un site. Beaucoup d’installations se feraient sans subventions car viables si l’état n’y mettait pas autant de batons dans les roues…( Le cout… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Pourquoi, si le coût de l’énergie nucléaire est si intéressant ne construit-on pas de centrales dans les pays en développement ?” Pourtant l’essentiel des réacteurs en cours de construction sont dans les pays en voie de développement. Les chiffres en 2012 : – 28 en Chine – 7 en Inde – 2 au Pakistan – 1 aux EAU – 11 en Russie – 2 en Ukraine – 2 en Slovaquie – 1 au Brésil – 1 en Argentine Donc sur 68 réacteurs en construction, il y en avait 55 dans des pays en voie de développement. Soit 80%.

Luis
Invité
¤ Ce n’est pas tout d’étaler un nombre de réacteurs nucléaires en construction, encore faut-il regarder de plus près quand a commencé la construction de ces réacteurs et quelle est leur puissance. Début de construction : – Watts-Bar-2 (USA) : 1972 – Beloyarsk-4 (Russie) : 1985 – Khmelnitski-3 (Ukraine) : 1986 – Khmelnitski-4 (Ukraine) : 1986 – Mochovce-3 (Slovaquie) : 1987 – Mochovce-4 (Slovaquie) : 1987 – Lungmen-1 (Taïwan) : 1997 – Lungmen-2 (Taïwan) : 1997 On en trouve de faible ou très faible puissance : – Chasnupp-3 (Pakistan) 315 MW – Chasnupp-4 (Pakistan) 315 MW – Shidao-Bay-1 (Chine) 200… Lire plus »
lr83
Invité

Ah l’argument de l’emploi dans le vertueux nucléaire. Mais oups, y a comme des ratés : Et on pourrait aussi évoquer les sous-traitants de sous-traitants qu’utilise EDF pour des missions pourtant de sécurité. Mais bon, le nucléaire vaincra ! lol

Dan1
Invité
A lr83 Voius changez de sujet en évitant de répondre à la question sur l’emploi durable à propos du photovoltaïque. Je rappelle donc le questionnement : “Si le photovoltaïque est si peu cher (reste à le démontrer… surtout à service rendu identique), c’est qu’il procure peu d’emplois ou alors des emplois nombreux mais très mal payés. Quand on affirme à la fois que le photovoltaïque est très peu cher et dans le même temps qu’il procure énormément d’emplois durables, il y a mensonge, tromperie ou ignorance totale des principes de base de l’économie.” N’oublions pas que cette question est très… Lire plus »
lr83
Invité

Bizarre cet amalgame entre “peu cher” et “énormément d’emploi” ! En quoi le fait que le PV (et les EnR, inutile d’essayer de restreindre le champ) soit de moins en moins cher serait à mettre en opposition avec les emplois ? Vous essayez simplement d’éviter ce que j’ai dit sur le nucléaire et les emplois soi-disant que lui produirait.

Dan1
Invité
Ben si, il y a une contradiction flagrante dans l’affirmation que le PV sera en final très peu cher, mais que cela procurera plein d’emplois durables. Car si un système global à base de photovoltaïque est capable de rendre le même service (et dans le long terme) que les filières conventionnelles à un coût et un prix bien plus compétitif, cela signifie que globalement, le photovoltaïque est moins intensif en emplois. Et honnêtement, une fois le système fabriqué et installé, je ne vois pas où sont les dizaines et centaines de milliers d’emplois promis. Comme le fait justement remarquer Trimtab,… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Comme je l’ai déjà dit, je comprends assez mal l’allemand, mais je suis quand même capable de décrypter un tableau de chiffres. Si j’en crois ce document ( page 7): les emplois dans le PV seraient passés de plus de 100000 à environ 56000 entre 2012 et 2013 en Allemagne. Raison de plus pour ne pas refaire les mêmes erreurs en France et avancer à pas raisonnables et mesurés. On a beaucoup à apprendre de l’expérience de nos voisins.

Dan1
Invité
Un article en français : Pour le photovoltaïque, il est évident qu’une fois le parc installé, l’emploi s’effondre. Une des raisons est le caractère statique et relativement fiable du ssystème. L’autre raison est la concurrence internationale, car il est évident que les Chinois ne viendront pas chercher des ouvriers allemands pour construire leurs parcs photovoltaïques et pas plus pour fabriquer les modules et les panneaux. Tout au plus ont-ils acheté à l’Allemagne les machines-outils nécessaires… avec l’idée de les copier rapidement : Là c’était le 12ième plan qui a scellé le sort du photovoltaïque. Que va-t-il y avoir dans le… Lire plus »
Dan1
Invité

En Allemagne, le parc photovoltaïque monte et l’emploi descend : Si les Allemands peinent à expliquer les courbes de l’emploi, on peut leur envoyer des spécialistes !

Dan1
Invité

Et on pourrait conclure que les kWh EnR sont pas chers, car plus il y en a, moins il y a d’emplois dans ces filières.

Reivilo
Invité
Pour sortir du discours anti-allemand et anti-EnR habituel de nos atomistes labellisés, on peut par exemple regarder ce qui se passe dans l’éolien aux USA. (l’éolien devrait produire autant d’électricité que le nucléaire aux states en 2030 !) … ou en France ou un emploi non délocalisable est créé chaque fois que 6 éoliennes sont mises en service et ou ce secteur fait travailler des centaines d’entreprises sur le territoire. Sait-on que le leader mondial des couronnes d’orientation pour éoliennes est français avec 40 000 machines équipées dans le monde ? Une carte pour découvrir celles qui sont proches de… Lire plus »
Dan1
Invité

A Reivilo Sauf que là, je parle essentiellement du photovoltaïque et que j’ai déjà écrit que j’étais beaucoup moins sûr pour l’éolien, notamment offshore :

lr83
Invité

Que d’éloge pour le PV : Système fiable, requiert peu de maintenance. Merci Dan1. Les emplois n’existent que pour la pose. Et justement, cela représente des millions d’heures de travail non délocalisable et réparties sur la France entière si on se donnait la peine d’équiper un peu plus de toiture. En plus, pour chaque installation, c’est la possibilité de revoir un peu l’isolation de la maison, donc là encore du travail pour des BE, des couvreurs, des charpentiers, …. Hé oui, le PV, c’est faire une pierre trois coups.

Dan1
Invité
Pour ma part, il ne s’agit d’un éloge du PV, mais simplement d’un constat objectif qu’un type un poeu averti peut vite faire. D’où le corollaire que je propose : Si le photovoltaïque est si fiable et si peu intensif en main d’oeuvre durant l’exploitation… où sont les emplois durables qu’ont nous promet par dizaines ou centaines de milliers. En résumé, le photovoltaïque dans la durée c’est : Pôle d’emplois ou Pôle Emploi ? Et ma démarche n’est pas si contradictioire car sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur, mais je ne travaille pas au Figaro !… Lire plus »
O.rage
Invité

Je crois savoir où sont les autres emplois non délocalisables du PV… il ne faut sans doute ne jamais sous-estimer les groupes d’intérêts cachés derrière les “renouvelables”… même ceux “sous-terre”

lr83
Invité

Sachant qu’un panneaux solaire est recyclable à 99.99%, avoir des panneaux solaires sur son toit est donc un vrai investissement. Dommage qu’en plus ils ne soient pas plaqué or !

wpDiscuz