Enerzine

Septembre 2011 : la conjoncture énergétique de la France

Partagez l'article

D’après le dernier bulletin de la conjoncture énergétique publié par le Commissariat Général au développement durable, la consommation totale d’énergie primaire du mois de septembre 2011 est inférieure de 2,1 % à celle de septembre 2010 : "La clémence des températures, le prix élevé des énergies et la faiblesse de l’activité expliquent ce recul."

De son côté, la production nationale d’énergie primaire du mois de septembre est inférieure de 0,8 % à son niveau d’il y a un an. En cumul sur un an, elle augmente toutefois de 5 % avec le retour à la normale du nucléaire.

En cumul sur les 12 derniers mois, la consommation augmente de 2,3 % en données corrigées du climat, sous l’impulsion de la demande d’électricité qui croît de 5,6 %. Avec une consommation qui décroît davantage que la production, les exportations d’électricité augmentent sensiblement en septembre.

Le cours du baril de pétrole brent daté se maintient à plus de 110 $ (dollars). La facture énergétique du mois d’août reste proche de 5 milliards d’euros, mais en cumul sur un an à 57 milliards d’euros, elle augmente de 32 %.

La production

La production nationale d’énergie primaire du mois de septembre est inférieure de 0,8 % à son niveau d’il y a un an. La production nucléaire diminue de 0,6 % et l’hydraulique de 9,4 %, alors que l’éolien progresse de 62 %. En cumul sur les 12 derniers mois, la production nationale augmente de 5 %, avec + 6 % pour le nucléaire et + 15 % pour l’éolien.

Le taux d’indépendance énergétique reste proche de 49 % en septembre comme sur l’année écoulée.

La consommation d’énergie primaire

La consommation totale d’énergie primaire du mois de septembre 2011 est inférieure de 2,1 % à son niveau de septembre 2010. La consommation de chaque énergie primaire diminue : – 1 % pour l’électricité, – 2 % pour le pétrole, – 5 % pour le gaz et – 8 % pour le charbon. En cumul sur un an, la consommation d’énergie primaire progresse de 2,3 % en données corrigées du climat.

Les consommations finales par énergie

La consommation de charbon est orientée à la baisse dans les centrales thermiques, elle rebondit dans la sidérurgie.

Les livraisons de produits pétroliers du mois sont faibles pour un mois de septembre, 2 % de moins qu’il y a un an, du fait des carburants (- 0,6 %) et du fioul domestique (- 7,7 %). Pour ce dernier, les livraisons diminuent en raison de la hausse des prix, alors qu’elles augmentaient depuis deux mois quand les prix baissaient. En cumul sur 12 mois, les livraisons de produits pétroliers augmentent de 0,7 % en données corrigées, leur hausse provenant des carburants routiers, des carburéacteurs et des fiouls lourds industrie.

La consommation totale réelle de gaz diminue de 5 % en septembre 2011 comparé au même mois de 2010. En données corrigées du climat et en cumul sur un an, elle est stable.

La consommation d’électricité diminue pour le quatrième mois consécutif, de 2,7 % en septembre par rapport au même mois de 2010. Alors que la consommation diminue en basse et haute tension, elle augmente en moyenne tension. En cumul sur un an, la consommation augmente de 0,2 % en données corrigées.

Les émissions de CO2

Les émissions de CO2 liées à la combustion de l’énergie, corrigées du climat, diminuent de 2,7 % en septembre 2011 comparé à septembre 2010, et de 1 % en cumul sur un an. Elles se situent ainsi 7,6 % en dessous de leur niveau de l’année 1990.

La facture énergétique

La facture énergétique s’élève à 4,8 milliards d’euros en août, 20 % de plus qu’en août 2010. Elle reste voisine de 5 milliards d’euros depuis novembre 2010. En cumul des 12 derniers mois, la facture énergétique augmente de 32 % par rapport aux 12 mois précédents, pour atteindre presque 57 milliards d’euros.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Septembre 2011 : la conjoncture énergétique de la France"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Pastilleverte
    Invité

    ;;; hélas, car c’est sans doute l’explication principale. bravo l’éolien, + 62% sur le mois (plus venté qu’en 2010 ?) et +15ù sur l’année, soit, au fait ça représente quelle part dans , l’électricité et l’énergie primaire totale ?

    wpDiscuz