Shadow EBike : le 1er vélo électrique sans câbles

La société Daymak qui a développé le "Ebike Shadow", le premier vélo à assistance électrique dépourvu de câbles sera commercialisé dès le printemps 2011, au Canada.

En effet, ce vélo atypique ne comporte ni câbles de frein, ni dérailleur, ni fils électriques reliant le moteur, les batteries, le contrôleur ou encore les câblages concernant la manette d’accélération.

Comment cela est t’il possible ? C’est grâce à l’utilisation de la technologie sans fil ISM – 2,4 GHz (même bande de fréquences du Wifi ou du Bluetooth), que le Shadow fait disparaître tous les câbles de freins et de roulements. Chaque composant électronique est intégré à l’intérieur du vélo avant d’être relié au système de contrôle.

Alors que le Shadow pèse 26 kilos, sa vitesse maximale de 38 km/h est limitée électroniquement à 32 km/h. La roue avant comprend un concentré technologique impressionnante. Ainsi, on trouve en son sein un port USB, une prise de recharge électrique, un affichage LED donnant des informations sur l’état de la batterie, une technologie de récupération d’énergie au freinage, etc.

Shadow EBike : le 1er vélo électrique sans câbles

Le Ebike Shadow sera disponible en 2 versions, soit avec un moteur électrique de 250 W ou un autre de 350W, et dans tous les cas, livré avec une batterie au lithium-ion de 36V (10 Ah).

Shadow EBike : le 1er vélo électrique sans câbles

L’autonomie du Ebike Shadow dépend en grande partie du profil de l’utilisateur. La distance moyenne sera de 20 à 25 km en fonctionnant uniquement avec le moteur, et d’environ 35 à 40 km avec le pédalage à assistance électrique. La batterie dotée d’un cycle de 800 recharges pourra être chargée en 5 heures.

Shadow EBike : le 1er vélo électrique sans câbles

Enfin, le 2 roues sera disponible sur le marché canadien à partir du 30 avril 2011 et le prix annoncé par le concepteur sera de 1.999 dollars canadien (soit 1.471 euros).

Shadow EBike : le 1er vélo électrique sans câbles

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Shadow EBike : le 1er vélo électrique sans câbles"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

Je n’aimerais pas être sur le velo, dans une descente, le jour où la connection WIFI entre le guidon et les freins plante…

Sixcube
Invité

Pour ma part, sans parler de l’électronique embarquée (sur lequel il y a manifestement du développement), je ne mettrai même pas un pied sur les pédales : le cadre et les composants installés me semblent tout simplement dangereux… qui plus est à 38km/h… Très clairement, l’aspect mécanique a été négligé afin de garder un prix final attractif malgré le coût des composants électriques et électroniques

bolton
Invité

… ou comment créer de l’inutile… Expliquez-moi l’utilité de créer un vélo “sans fil” ??? Ils auraient mieux fait de mettre des gardes-boue !!!

Tantine golo
Invité

Il ya encore du boulot pour les ingénieurs de ce Ebike par ce qu’n vélo limité à 32 km/h c’est vraiment une blague pour les amateur de la petite reine !

Mathiou
Invité

moche,cher, et pour terminer niveau qualité des materiaux on peut difficilement faire pire… Comment mettre 1500 Eur à la poubelle…

Shok
Invité

c’est vrai qu’il est moche mais je le trouve surtout lourd mais ça droit être a cause de la baetterie ( enfin je l’espère) . je pense qu’il est surtout sans cable car ça a du leur permettre de faciliter le freinage : une commande electronique pour le moteur + un freinage manuel classique directement sur la roue , ça doit pas être aussi simple à gérer qu’un systeme uniquement electronique. mais cette couleur, on dirait presque qu’ils visent la poste 😀

Pastilleverte
Invité

oui mais les systèmes avions sont triplés quand ce n’est pas quadruplés, avec une toute petite partie de secours mécanique. Et puis les lecteurs d’Enerzine ne prennent pas (plus) l’avion, c’est pour les bobos (paraît-il), et en plus c’est le monstre polluant émetteur de CO2 qui augmente l’effet de serre responsable du réchauffement climatique anthropique (j’ai la flemme de mettre des “tirets” entre chaque terme de cette dernière phrase, devenue obligatoire si on ne veut pas être condamné au bûcher pour hérésie carbonique)

erwann-29
Invité
hé héh hé!  j’ai hate de voire le resultat !  ça va être joyeux qd le fiston du voisin utilisera sa wiimote dans tous les sens ! Bon je blague….. mais c’est clair quà l’a lecture de l’article j’ai été étonné du prix annoncé malgrès toutes les geekerie intégré … et effectviement ! mécaniquement ça fait peur à voir ! Quant à la question de l’avion de pastilleverte….. qd on pense que la pluspart des gens ne vollenht que pour leurs loisir (ou faire du business destructeurs) on se rend compte que c’est un peu comme les 4×4 de trotoire…… Lire plus »
trimtab
Invité

Ma première vrai ‘bécane’ (il y a presque 50 ans! – après mon ‘tricycle enfant – si cher à toute une géneration de ‘petits anglais) était un ‘pignon fixe’, sans freins, avec un guidon en ‘corne de boeuf’ pour faire du ‘cross’ sur le terrain vague d’a coté avec mes pôtes. Très casse gueule ! Ici c’est la même chose avec ‘the Copenhagen Wheel’ de MIT ?: Peut être moins ‘casse gueule’ avec ‘l’électronique embarqué’ ? trimtab

Tassin
Invité

Pour les non-connaisseurs, sachez que le cadre, la fourche, l’amortisseur et tous les autres composants visibles sont du très bas de gamme comme on en trouve sur les vélo de supermarchés à 100€. Pour des VTT électriques de qualité :

bolton
Invité

Il ne faut pas tout confondre ! Dans les avions si ces choix ont étés faits c’est soit   1-pour des raisons économiques 2-pour des raisons de fiabilité 3-pour des raisons de fonctionnalités   Dans le cas du VTT, je ne vois pas où est l’intérêt : mettre du wifi pour freiner : c’est plus cher, ça m’étonnerait que ce soit plus fiable qu’un câble, et je ne vois pas ce que ça apporte…

Ebic
Invité

les Stealth Electric Bike sont a 5000€ ! () tout le monde n’a pas une grand mere nommée betancourt

wpDiscuz